Copy
Le Temps de la RAM Newsletter n° 8
Novembre 2016

Vous avez reçu cette newsletter sur la Résistance aux Antimicrobiens (RAM) parce que vous avez travaillé sur cette question, vous êtes membre ou simplement supporter de la WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance) ​ /ACdeBMR, ou alors vous aviez contribué à la publication AMR control 2015 (ou à la nouvelle édition 2016).

Pour les newsletters précédentes, veuillez cliquer ici, et pour vous abonner à la newsletter, veuillez cliquer ici

À La Une dans ce numéro
 

  • ACdeBMR/WAAAR partenaire clef de la Coalition Française contre la Résistance Bactérienne
     
  • Des SuperBactéries dans la chaîne d’approvisionnement d’antibiotiques - DSM Sinochem Pharmaceuticals exige d’urgence la propreté des sites
     
  • Transmission du SARM dans la chaîne alimentaire, cas de la viande de dinde
     
  • ACdeBMR a rejoint l'Alliance mondiale contre les infections chirurgicales
     
  • OMS Le lancement de l’initiative contre les infections chirurgicales ; 29 façons d'éviter les infections chirurgicales ainsi que les superbactéries
     
  • Le plan d'action de l'UE contre la RAM
     
  • Le suivi de l'AG de l’ONU
     
  • La tuberculose multirésistante est une menace majeure
     
  • Du matériel en cuivre dans une clinique française
WAAAR in Action
 
 
ACdeBMR/WAAAR se joint à l’Alliance Globale sur les Infections en Chirurgie
 
De son nom complet: l’Alliance globale pour la recherche et les Initiatives dans la Prévention, le Traitement et le Contrôle des Infections en Chirurgie (Global Alliance for Research and Initiatives in Prevention, Treatment and Control of Infections in Surgery), cette alliance, présidée par le Dr Massimo Sartelli est une entité indépendante promue en 2016 par la WSES (World Society of Emergency Surgery/ Société Mondiale pour la Chirurgie d’Urgence), qui promeut une approche globale et cohérente pour favoriser la recherche et l’éducation dans le domaine de l’infection en chirurgie. Le président d’ACdeBMR/WAAAR, le Docteur Carlet est membre du board.
Web=link: https://infectionsinsurgery.org/

ACdeBMR/WAAAR partenaire clef de la Coalition Française contre la Résistance Bactérienne
 
ACdeBMR est partenaire et initiatrice de la nouvelle Coalition française contre la Résistance Bactérienne, avec l'Institut Pasteur, la Fondation Mérieux, l'ONERBA (l’Observatoire National de l’Epidémiologie de la Résistance Bactérienne aux Antibiotiques), la grande association nationale des patients, LE LIEN, ainsi que de grandes sociétés savantes dans le domaine de l'infectiologie: les SPILF, SFM, et SF2H. La coalition sera l'actrice principale dans la réalisation des objectifs du gouvernement français qui mettent la Résistance aux Antibiotiques comme Grande Cause Nationale, le but étant de sensibiliser tant le public que les professionnels de santé à cette problématique. ACdeBMR/WAAAR a joué un rôle clef dans la formation de cette coalition. 
Web=links (pour de plus amples informations sur les partenaires):
www.waaar.org
http://www.pasteur.fr/en
http://www.fondation-merieux.org/
http://www.institutmauricerapin.org/
http://www.onerba.org/
http://www.lelien-association.fr/asso/index.php
http://www.infectiologie.com/
http://www.sfm-microbiologie.org/
https://sf2h.net/
 
La participation de ACdeBMR / WAAAR à l’Assemblée générale des Nations-Unies, suite
 
AcdeBMR/WAAAR a participé à l’AG de l’ONU sur la RAM comme nous en avons parlé dans notre édition d’octobre, avec Dr J. Carlet et G. Upham. ACdeBMR a aussi participé à la réunion de haut niveau organisée par le gouvernement du Royaume-Uni (avec Dame Sally Davies et le nouveau candidat à la direction de l’OMS David Nabarro ce dernier sur le podium), à la réunion d’experts gouvernementaux et ONG organisée par le CDDEP, où notre publication AMR Control 2016 fut distribuée aux participants (avec Tom Frieden, directeur des CDC, Sally Davies, Centre Sud, DSM Phamaceuticals, John-Arne Rottingen et bien d’autres). Nous avons aussi (Upham) participé à la réunion du groupe d’experts AGISAR établi par l’OMS, ainsi qu’à la réunion du programme ASSIST (URC-USAID) à Bethesda, près de Washington.  Nous ne reprendrons que quelques nouvelles dans AMR-Times faute d’espace, et nous nous concentrons sur la nouvelle édition d’AMR Control avec la participation de beaucoup d’experts participants à ces réunions, et nous espérons que la création de notre site web en 2017 nous permettra de porter plus de nouvelles, et ce en plusieurs langues. Voir nos anciennes éditions d’AMR-Times et de "AMR Control“. Ci-dessous le discours officiel à l’ONU pour la France.
 
Le discours du Professeur Christian Brun-Buisson, lors de la 71ème AG de l’ONU
 
Le 21 septembre 2016, lors de la 71ème AG de l'ONU, se tenait la Réunion de Haut Niveau sur la résistance Antimicrobienne, le Professeur Christian Brun-Buisson, Délégué du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé à l’Antibiorésistance est intervenu au nom de la France. Celui-ci rappela les conséquences sanitaires, environnementales et économiques que l’antibiorésistance entraîne inéluctablement et proposa « trois actions prioritaires » qui se traduisent par une appréhension plus intégrée des enjeux liés à l’antibiorésisitance. En effet, le Pr. Brun-Buisson proposa, en premier lieu, une régulation intégrée des antibiotiques, qu’il s’agisse du domaine environnemental ou de la santé humaine et animale. Puis, il appela à la création de mesures incitatives pour l’innovation, la production d’alternatives aux AB et le maintien de production d’AB essentiels, mais délaissés faute de débouchés. Finalement, le professeur invita à une plus grande coordination internationale des initiatives des recherches. (L’ensemble du discours peut être lu à la fin de cette édition)

La tuberculose pharmaco-résistante à l’AG de l’ONU
 
Lors de l’AG des Nations-Unies, la Russie a appelé les Etats à venir à une réunion interministérielle à Moscou en 2017 sur la tuberculose résistante aux médicaments, que l’orateur a situé comme étant dans les traces de la première réunion ministérielle sur la RAM organisée par les Pays-Bas, alors que le ministre sud-africain de la Santé, Aaron Motsoaledi, a rappelé son souhait de voir les NU lutter contre la maladie la plus mortelle dans le monde: la tuberculose, en organisant une session spéciale de l'ONU sur cette maladie. Aaron Motsoaledi répand son plaidoyer et son message partout dans les réunions.
 
Le contrôle et la prévention des infections

 
OMS – Le lancement de l’initiative contre les infections chirurgicales ; 29 façons d'éviter les infections chirurgicales ainsi que les superbactéries
 
«Personne ne devrait tomber malade en allant consulter ou en recevant des soins», a déclaré le Dr Marie-Paule Kieny, Sous-Directrice générale à l’OMS pour Systèmes de santé et innovation. «La prévention des infections en chirurgie n’a jamais été aussi importante, mais elle est complexe et nécessite toute une panoplie de mesures. Ces lignes directrices sont un outil très précieux pour protéger les patients.» On trouve dans les lignes directrices 13 recommandations à appliquer avant l’intervention et 16 pendant et après l’acte chirurgical pour la prévention des infections. Il est également recommandé de n’utiliser les antibiotiques pour la prévention des infections qu’avant et pendant l’opération seulement. En effet, contrairement aux idées reçues, il ne faut pas les utiliser après les interventions. Dans son communiqué de presse, l’OMS mentionne qu’une étude pilote dans 4 pays africains a mis en évidence que l’application d’une sélection des nouvelles recommandations pouvait entraîner une baisse de 39 % du nombre des infections du site opératoire. S’appuyant sur ces exemples de réussites, l’OMS prépare un guide et un kit pratique qui aideront les autorités nationales et locales à appliquer les recommandations.
 
Mme la Pr Benedetta Allegranzi, responsable du Group d’élaboration des lignes directrices – a notamment présenté cette initiative remarquable à la réunion du Groupe d’experts sur la RAM (STAG - (Groupe Conseil Technique et Scientifique) de l’OMS le 3 novembre à Genève. L’ACdeBMR a assisté en tant qu’observateur, au même titre, et entre autres, que DNDI, le Centre Sud, MsF, REACT et les représentants des Etats membres de l’OMS, Missions auprès des Nations-Unies.
Web=links: http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2016/recommendations-surgical-infections/en/
http://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(16)30398-X/abstract
 
Une clinique française utilise un revêtement de cuivre afin de combattre la RAM et les infections nosocomiales
 
La Clinique privée Arago (Groupe Almaviva Santé) en France, spécialisée dans les opérations de la hanche est pionnière dans le monde entier avec un équipement complet en cuivre pour les rails, les poignées de porte ainsi que pour les portes d'ascenseur afin de réduire le risque d'infection en milieu hospitalier. Dans une courte vidéo sur YouTube (en français), le Dr Philippe Lapresle, Directeur de la clinique Arago, relève que le cuivre était déjà connu au 19e siècle. Néanmoins, le chirurgien Dr Charrois ajoute que c'est une association du patient, Le Lien (membre fondateur de l'alliance de l’ACdeBMR), qui a porté cette méthode de protection contre les infections nosocomiales à leur connaissance. A noter que l’AMR-Times a largement rapporté les avantages du cuivre dans les éditions précédentes.
Web=links: https://www.youtube.com/watch?v=lPFU6hHEGTI
http://www.lelien-association.fr/asso/index.php
www.cliniquearago.com
 
L’environnement, les déchets, et la chaine alimentaire
 
 
«Superbactéries dans la chaîne d'approvisionnement» & DSM Sinochem Pharmaceuticals appelle au retraitement des déchets de toute urgence
 
Le 19 octobre 2016, l’organisation Changing Markets a publié un rapport alarmant intitulé «Superbugs in the Supply Chain ». Ce rapport pointe du doigt l’implication des industries pharmaceutiques dans l’accroissement de bactéries résistantes aux AB en Inde. En effet, ce premier mentionne les résultats d’analyses menées par l’Université de Cambridge sur des échantillons prélevés par Ecostorm en juin dernier dans les points d’eau avoisinant ces producteurs pharmaceutiques. Il ressort de ce rapport que près de la moitié des sites testés en Inde contenaient des bactéries résistantes aux principales familles d’antibiotiques (les cephalosporines, les fluoroquinolones et les carbapenems). Les conséquences environnementales et sanitaires de cette pollution aux antibiotiques sont, tant au niveau local que mondial, désastreuses même si l’OMS n’a pas encore chiffré l’imputabilité de ces firmes dans la montée de la résistance antimicrobienne (RAM). Si trois usines indiennes sont désignées comme des productrices irresponsables et considérées comme de dangereuses incubatrices de bactéries résistantes aux AB, l’Occident a sa part de responsabilité. En effet, le rapport met en lumière la chaîne globale d’approvisionnement en AB.
Dans un communiqué de presse, la société DSM-Sinochem Pharmaceuticals appelle à la responsabilisation des producteurs et acheteurs pour ne plus polluer l’environnement :
« Le rapport trace également une ligne directe entre ces fabricants aux acteurs du marché aux États-Unis et dans les pays européens comme le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne. D'autres maillons de la chaîne d'approvisionnement ont également été découverts entre les usines polluantes chinoises et les marchés occidentaux.» (DSM-Sinochem Pharmaceuticals - DSP). 
DSM Sinochem Pharmaceuticals (DSP) réitère son appel alors tant les producteurs que les acheteurs à plus de vigilance afin d’éviter une augmentation de la RAM qui, selon l’OMS, pourrait tuer près de 10 millions de personnes par ans d’ici 2050. En effet, DSP, qui est considéré comme le leader mondial dans la production durable d’antibiotiques, avait participé à l’élaboration d’un plan d’action pour agir efficacement contre la RAM (UNGA Industry Roadmap). Un plan qui fut présenté en septembre 2016 à l’AG de l’ONU et signé par treize des plus grandes compagnies pharmaceutiques, s’engageant alors à réduire l’impact environnemental de la production d’antibiotiques. Cela implique pour les compagnies signataires de réexaminer leurs chaînes de production et d’approvisionnement, ainsi que d’établir un cadre commun permettant une évacuation sécurisée des AB, un retraitement des déchets. De plus, les signataires s’engagent à asseoir scientifiquement des objectifs précis en matière de déversement d’AB dans les déchets des entreprises. Selon Lucas Wiarda, chef du service de DSP du programme concernant la production d’antibiotiques durables, le rapport de Changing Markets, est la preuve de l’urgence et de la nécessité de voir un plus grand nombre de compagnies ratifier l’UNGA Industry Roadmap.
Web=links: 
http://www.dsm-sinochem.com/news/dsm-sinochem-pharmaceuticals-calls-for-urgent-cleanup-of-antibiotics-supply-chain
http://epha.org/wp-content/uploads/2016/10/Superbugsinthesupplychain_CMreport.pdf
https://s3.amazonaws.com/s3.sumofus.org/images/BAD_MEDICINE_final_report.pdf
 
Une seule santé

 
Données probantes sur l'adaptation humaine et la transmission d'origine alimentaire du SARM lié au bétail
 
Jesper Larsen (Microbiology and Infection Control, Statens Serum Institut, Copenhagen) et ses collaborateurs «ont étudié l'évolution et l'épidémiologie d'une nouvelle souche de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline associée au bétail (SARM) qui colonise et infecte les Danois vivant en milieu urbain, cela même sans la présence de réservoir humain danois. Les preuves génétiques suggèrent une adaptation tant humaine qu’aviaire avec pour origine la viande de volaille, comme source probable de transmission.
Web=link: http://cid.oxfordjournals.org/content/63/10/1349
 
La viande de dinde comme source de  SARM CC9 / CC398  chez les humains?  
 
Une étude menée par Alexandra Fetsch (Institut fédéral Allemand pour l’Evaluation du Risque) appuie d'autres études réalisées par Larsen Danemark (voir plus haut) et montre que si le SARM est manifestement plus facilement transmis de l'animal à l'homme à la ferme, la transmission peut également se produire par la chaîne alimentaire. Les chercheurs, dans le cas d’étude, retracent la contamination à une région spécifique de la Pologne. Ils concluent que ces résultats prouvent la nécessité de l’élaboration d’une surveillance complète de la ferme à l’assiette, ainsi que proposent des stratégies d’interventions afin d’empêcher une nouvelle transmission du SARM pathogène provenant du bétail via la chaîne alimentaire mondiale et des comparaisons approfondies entre les souches du SARM humaine et de l’origine gallinacée."
Web=link: http://cid.oxfordjournals.org/content/early/2016/10/27/cid.ciw687.full
 
Outils de  Diagnostic, Equipements et Tests de Laboratoire

 
De nouveaux instruments de diagnostic pourraient permettre des prescriptions plus avisées
 
Dans cet article, un groupe d'étudiants de l'Université de Sheffield a déclaré travailler sur un dispositif qui permettrait de faire la distinction entre les infections bactériennes et virales, et en retour, aider les médecins à faire des prescriptions plus avisées. "La RAM est un problème énorme, et c'est pourquoi nous fondons notre projet sur elle", a déclaré Saylee Jangam, un étudiant de l'Université de Sheffield. Selon le groupe d’étudiants, ce dispositif permettra de différencier les infections bactériennes et virales en détectant une protéine connue sous le nom de lipocaline, qui est présente à des niveaux élevés dans les cellules du système immunitaire lors d’une réponse aux infections bactériennes. Le dispositif utilisera des bactéries génétiquement modifiées qui se mélangent avec l'échantillon de sang du patient et deviennent fluorescentes lorsqu’il y a de faibles niveaux de lipocaline, indiquant, alors, une infection virale.
Web=link: http://www.news-medical.net/news/20161024/New-disgnostic-tool-could-help-doctors-make-more-informed-prescriptions.aspx
 
Gouvernance et politiques étatiques

 
Le Plan d’action de l’UE contre la RAM 
 
Le commissaire pour la Santé et la Sécurité Alimentaire Vytenis Andriukaitis a déclaré: «L'UE a toujours été aux avant-postes de la lutte contre la résistance aux antimicrobiens, qui restera une priorité pour la Commission au-delà de 2016. Nous avons l'intention de publier en 2017 le prochain plan d'action, qui continuera de faire de l'UE le leader dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens.» 
 
Le plan d’action de la commission (2011-2016)
 
Le plan d’action de la commission de 2011-2016 contre la menace croissante de la RAM se concentre sur: 
  • Un usage médical et vétérinaire d’AB approprié
  • Prévenir les infections microbiennes et leur propagation
  • Développer de nouveaux antimicrobiens efficaces ou des traitements alternatifs
  • Coopérer avec des partenaires internationaux pour contenir les risques de la RAM
  • Améliorer la surveillance en médecine humaine et animale
  • Promouvoir la recherche et l'innovation
  • Améliorer la communication, l'éducation et la formation
L'évaluation du plan d'action 2011-2016 - Le Plan a montré l'engagement politique qui a été démontré par les mesures prises par les États membres et a montré la force de la coopération internationale. Le Plan d'action a également fourni un cadre pour guider et coordonner les activités relatives à la RAM au niveau international en ce qui concerne le suivi, la surveillance et la R & D.
Lancement du deuxième plan d'action (2017) - En mettant en place du nouveau plan d'action, la Commission européenne se concentrera sur le soutien aux États membres, l'établissement, la mise en œuvre et le suivi de leurs plans d'action nationaux. Le plan rassemblera également des fonds et des instruments de l'UE pour promouvoir l'innovation et la recherche contre la RAM.
Sensibiliser: Réduire la surutilisation et l'abus des médicaments antimicrobiens est essentiel pour arrêter l'apparition de micro-organismes résistants. Selon le rapport, parmi d'autres bonnes pratiques, il est essentiel d'aborder cette question:
  • De meilleures pratiques de prescription (y compris la prescription d'antibiotiques en cas de nécessité uniquement)
  • Arrêter l'automédication dans les pays où les antimicrobiens sont disponibles gratuitement
  • Respecter les dosages
  • Arrêter la surexploitation et l'abus des médicaments antimicrobiens dans l'agriculture et le domaine vétérinaire
Pour sensibiliser le public à cette question, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a créé la Journée européenne de sensibilisation aux antibiotiques (EAAD) - marquée annuellement le 18 novembre – et qui s'est transformée en une plateforme internationale, en partenariat avec de nombreux pays de l’UE ainsi que les parties prenantes concernées. 
 
Projets & Recherches: La Commission finance plusieurs projets contre la RAM par le biais de son programme de santé et de recherche. Par exemple, la Commission a alloué des fonds pour une action préparatoire visant à promouvoir l'utilisation appropriée des antimicrobiens en médecine humaine: le projet ARNA (Antimicrobial Resistance and causes of non-prudent use of antibiotics in human medicine). La Direction Générale de la Recherche et de l'Innovation a également apporté un soutien financier important à plusieurs projets dans différents domaines de recherche visant à résoudre le problème mondial de la RAM. En outre, dans le cadre de l'Initiative pour des Médicaments Innovants (IMI) - un partenariat entre l'UE (par l'intermédiaire de la Commission) et l'industrie pharmaceutique européenne, mais également des fonds sont également alloués à la recherche sur la RAM.
Web=links: http://ecdc.europa.eu/en/EAAD/Pages/Home.aspx
http://ec.europa.eu/health/programme/policy/index_en.htm
http://www.nivel.nl/en/arna
http://ec.europa.eu/research/health/index.cfm?pg=area&areaname=amdr
http://www.imi.europa.eu/content/home

Tuberculoses résistantes aux Antibiotiques


Alors que le congrès de l'UNION contre la TB et les Maladies Respiratoires de Liverpool se termine, quelle est la situation concernant la tuberculose?
  
L'émergence de la pharmaco résistance est une préoccupation majeure, et sa distribution est particulièrement hétérogène. Globalement, la prévalence de la TB-MR est estimée à 5% (3,5% dans les nouveaux cas de tuberculose active et 20,5% dans les cas précédemment traités), mais cette prévalence varie d'environ 1% dans de nombreux pays d'Afrique subsaharienne, d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord à plus de 20% dans les zones de l'ex-Union soviétique, comme l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, le Kirghizistan et la Moldavie. Le problème de la tuberculose pharmaco résistante en Chine (où un quart de tous les cas de tuberculose active résiste à l'isoniazide ou à la rifampicine) et à l'Inde (qui a été témoin de l'apparition de ce qu'on appelle les souches résistantes entièrement aux médicaments). Dans chaque pays, la prévalence de la TB-MR peut varier d'un facteur ≥ 10 au niveau d’un sous-district; Dans les villes, l'incidence par habitant de la TB-MR peut varier presque 100 fois d'un centre de santé à l'autre. On estime que la plupart des cas de tuberculose multirésistante reflètent la transmission plutôt que l'acquisition initiale. Ainsi, une priorité élevée pour la réponse à la TB pharmaco résistante est d'identifier et de cibler les «hot spots» de la transmission de la TB-MR. 
 
AMR-Times: maîtriser la demande des «hot spots»: attention à la pauvreté et aux déterminants socioéconomiques: prison, logement médiocre; À la nécessité de services de santé puissants capables de mener un bon diagnostic / traitement et d'un véritable contrôle infectieux, la face trop souvent oubliée du contrôle de la RAM. 
Web=link: http://www.nature.com/articles/nrdp201676

Articles de la presse scientifique sur la RAM

 
Une large diffusion d’Acinetobacter baumannii produisant OXA-23 résistants aux carbapénèmes appartenant au complexe clonal II dans différents hôpitaux au Liban
 
Le principal objectif des chercheurs de cette étude était d'étudier l'épidémiologie moléculaire des souches d'A.baumanii isolées dans différents hôpitaux de différentes régions du Liban. L’A.baumanii est connue pour être l'une des bactéries Gram-négatives les plus opportunistes, causant des infections au sein des hôpitaux et de la communauté, en particulier chez les patients gravement malades. Il est également connu pour résister à la dessiccation, pour survivre sur des surfaces non vivantes et pour être résistant à de multiples médicaments disponibles cliniquement. Les chercheurs ont étudié la prévalence des isolats d’A.baumanii résistants aux carbapénèmes (CrAb) dans les hôpitaux libanais entre 2013 et 2015. 119 isolats ont été recueillis et 76,5% ont été résistants aux carbapénèmes, ce qui est supérieur au taux rapporté dans d'autres pays. Cette résistance était principalement due au gène blaOXA-23, de sorte que la propagation de l'OXA-23 producteur de CrAb appartenant au complexe clonal II international a été largement observée au Liban.
Web=link: http://www.ijidonline.com/article/S1201-9712(16)31174-2/abstract
 
Une étude méthodologiquement plurielle pour comprendre les attentes des patients en ce qui concerne les antibiotiques pour une infection des voies respiratoires supérieures

Cette étude, qui a eu lieu en Australie, visait à enquêter sur l'utilisation abusive des antibiotiques par la communauté, ce qui est un facteur principal dans le développement de la RAM selon les auteurs. Il a été souligné, dans les études antérieures, que «le faible niveau d'éducation et socioéconomique, l'âge et l'origine ethnique étaient associés à des variations dans les connaissances, les attitudes et les comportements concernant l'utilisation d’antibiotiques». L'étude a révélé que les patients qui savaient que «les antibiotiques ne tuent pas les virus» et convenaient que «prendre des antibiotiques lorsque cela n'est pas nécessaire signifie qu'ils ne fonctionneront pas à l'avenir» étaient moins susceptibles d'attendre ou de demander des AB. Il a donc été théorisé que la principale raison derrière attendre des antibiotiques était de croire que les antibiotiques sont un traitement efficace pour le rhume ou la grippe et qu'ils ont raccourci la durée et la détérioration potentielle de leur maladie.
Web=links: http://aricjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13756-016-0134-3
 
Des Microorganismes en habitats confinés: Surveillance et contrôle microbiens des unités de soins intensifs, des salles d'opération, des salles blanches et de la Station Spatiale Internationale
 
Une étude, parue dans la publication Frontiers in Microbiology, s’intéresse à la question de l’évolution du microbiome dans un environnement confiné, et l’émergence de la résistance aux antibiotiques dans ces environnements. Les unités de soins intensifs, les salles d'opération, les salles blanches et la Station Spatiale Internationale (ISS) sont des habitats confinés avec des échanges limités avec l'environnement afin de protéger les personnes contre les infections, assurer la qualité du produit ou protéger l'espace des conditions extérieures menaçant la santé. Ces habitats doivent être régulièrement désinfectés ou nettoyés des organismes microbiens. Cependant, ces pressions exercées par ces mesures peuvent augmenter la résistance aux antibiotiques augmentant ainsi la propagation de souches multirésistantes. Par conséquent, les auteurs de cette étude ont rapporté les données sur le microbiome dans ces habitats clos et ont mis l'accent sur l'importance de comprendre les effets du confinement sur la diversité microbienne, la menace de certains de ces microorganismes et l'évolution de la RAM. Il a été signalé précédemment que le corps humain est la principale source de microorganismes nuisibles dans ces espaces. Cependant, dans cette étude scientifique, il est fait mention que l'ISS est considéré comme un espace de travail sûr, car aucun incident épidémique grave n’a été signalé. 
 
Le rapport conclut que «dans tous les habitats considérés dans cette revue, les voies de transmission microbienne ne sont pas encore clairement résolues, ce qui conduit à une incertitude quant au maintien optimal et à la gestion des risques. Selon notre expérience et les informations résumées dans cette revue, les stratégies d'hygiène et de maintenance doivent être revues de façon critique et le rôle des micro-organismes bénéfiques, qui suppriment naturellement les micro-organismes indésirables, doit être réévalué. »
Web=link: http://journal.frontiersin.org/article/10.3389/fmicb.2016.01573/full
 
Intervention du Professeur Christian Brun-Buisson, Délégué du Ministère des affaires sociales et de la santé à l’antibiorésistance - Salle du Conseil de Tutelle
 
"Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les Hauts représentants, Mesdames et Messieurs, La France tient à saluer à nouveau l’initiative prise l’année dernière par l’Assemblée Générale des Nations Unies de tenir la Réunion de Haut Niveau sur la résistance antimicrobienne qui nous rassemble ici aujourd’hui afin d’adopter la première déclaration politique des nations unies contre l’antibiorésistance. Alors que la découverte des antibiotiques est l’une des plus grandes avancées médicales permettant de sauver des millions de vies dans le monde, les bactéries contre lesquelles les antibiotiques nous protègent, sont devenues de plus en plus résistantes à ces médicaments, et de nouvelles résistances se propagent maintenant rapidement à travers le monde. 
 
La France accorde la plus haute importance à la lutte contre l’antibiorésistance, devenue un enjeu majeur de santé publique mondial, enjeu dont le coût humain est désormais connu.
 
Notre Institut de Santé publique a ainsi estimé le nombre de victimes à 12500 par an en France, dans le cadre du rapport d’expertise commandité par la ministre des Affaires sociales et de la santé et coordonné par le Dr Carlet. Le rapport de Sir O’Neill établi à la demande du Royaume Uni, fait état de projections alarmantes à l’échelle mondiale, chiffrées en millions de victimes à l’horizon 2050, si rien n’est fait. Le coût économique de la résistance est également substantiel, l’antibiorésistance fait peser une menace sur le PIB de nombreux pays et risque aussi de compromettre l’atteinte des objectifs de développement durable que les chefs d’Etats et de Gouvernement ont approuvé l’an dernier ici même à l’horizon 2030. Elle fait aussi peser une menace sur l'environnement et sur l'économie des élevages. 
 
Il est donc temps d’agir et la riposte se doit d’être internationale et coordonnée.
 
Pour vaincre la résistance microbienne aux antibiotiques, 3 actions nous semblent (sont) prioritaires :
 
1) Consolider l’approche transectorielle « One Health », en favorisant les actions intégrées qui prennent en compte à la fois les domaines de la santé humaine et animale et l’impact de l’utilisation des antibiotiques sur l’environnement. La France en a fait la priorité d’une feuille de route intersectorielle, impliquant l’ensemble des ministères concernés par la maitrise de l’antibiorésistance, et qui sera lancé avant la fin de cette année. Nous devons également nous fixer des objectifs partagés. C’est ainsi que de manière conjointe, les ministres en charge de l’agriculture et de la santé ont fixé pour objectifs une baisse du nombre de décès associés aux bactéries multirésistantes sous la barre de 10 000 et réitéré l’objectif de baisser la consommation d’antibiotiques, en médecine humaine comme en médecine vétérinaire, de -25 %. Nous sommes convaincus qu’une lutte efficace contre la résistance microbienne aux antibiotiques, visant à assurer en priorité la protection de la santé humaine, mais aussi de la santé animale et de l’environnement ne peut se concevoir sans des mesures fortes incitant à l’utilisation responsable et prudente des antibiotiques dans tous les secteurs, y compris le secteur agro-alimentaire.  

En tout état de cause, pour agir efficacement et de manière cohérente, plusieurs actions fortes doivent être prises:
  • tout antibiotique doit faire l'objet d'une prescription obligatoire par un professionnel de santé, un médecin ou un vétérinaire;
  • la vente par internet d'antibiotiques doit être interdite ;
  • il faut réserver les antibiotiques aux usages thérapeutiques et il doit être mis fin à l’utilisation des antibiotiques comme promoteurs de croissance dans les productions animales, mesure que l’UE applique déjà. 
2) La France estime en outre que le modèle classique de régulation du médicament n’est pas adéquat pour les antibiotiques et plus généralement pour les produits qui contribuent à prévenir et lutter contre l’antibiorésistance, qu’il s’agisse de nouveaux antibiotiques, d’alternatives, de vaccins ou d’outils diagnostiques performants pour aider à mieux utiliser les antibiotiques. Pour ces produits, différents d’autres classes thérapeutiques, nous devons inventer un autre modèle, un statut spécifique qui devrait permettre d’adapter le cadre réglementaire et renforcer les mesures incitatives  encourageant les industriels à s’engager pour innover, ainsi qu’à maintenir la production d’anciens antibiotiques essentiels, délaissés, faute de marchés suffisamment larges.
 
3) En troisième lieu, et c’est pour nous  un élément clé, il faut créer un écosystème international, propice à l’innovation.  

La France est convaincue qu’il faut assurer une forte coordination internationale des initiatives de recherche. Celle-ci pourrait être conduite sous l’égide de l’OMS. 
 
Monsieur le Président,
 
La France soutiendra tous les efforts entrepris au plan international pour la lutte contre l’antibiorésistance. Nous saluons le consensus qui a pu être dégagé en faveur de l’adoption de la Déclaration politique sur l’antibiorésistance. Cette déclaration renouvelle l’engagement en faveur du programme d’action mondial contre l’antibiorésistance de l’OMS, porte une approche transsectorielle  du problème en y associant l’OIE et la FAO, et met en place un mécanisme inter-agences de suivi du programme d’action. 
 
Vous pouvez compter sur le soutien de la France à cette Déclaration ; la France apportera tout le concours nécessaire à sa mise en œuvre.
 
Je vous remercie pour votre attention."
Rappel: Interview du professeur W. Keevill dans notre numéro de mai, sur l’importance du cuivre pour les surfaces de contact
 
Professeur Bill Keevil, Directeur de l'Unité Santé environnementale à l'École des Sciences biologiques de l'Université de Southampton, est un chercheur spécialisé sur la contamination des surfaces, les biofilms et les mécanismes physiologiques d’adaptation de survie des pathogènes. Il est également membre du groupe de pilotage du réseau NAMRIP, « UK Network for Anti-Microbial Resistance and Infection Prevention.»
Pour plus d'informations: 
http://www.antimicrobialcopper.org/fr/r%C3%A9sistance-antimicrobienne
www.southampton.ac.uk/biosci/about/staff/cwk.page

Agenda des conférences et événements sur la RAM


Nov. 28-29, 2016, Espagne

Contrôle infectieux / Infection Prevention and Control, IPC, Valence, Espagne

Web=link: http://infectionprevention.conferenceseries.com/scientific-program/



Nov.31 – Dec.2, 2016, Royaume-Uni

Codex Alimentarius Groupe de travail sur la RAM, Londres



Dec. 15-17, 2016, Suisse

OMS / Contrôle infectieux / WHO IPC Global Unit international meeting d’experts sur la Mise en place de Priorités dans le Contrôle Infectieux dans les régions aux ressources limitées”, Genève Suisse.

 


2017



Jan. 11t-13 2017, France

Réanimation 2017-PARIS Expo, Porte de Versailles

Web=link: http://www.srlf.org/en/congres/



Fev. 8-9-10, 2017, Portugal

22nd Symposium International sur les Infections et les septicémies / Symposium International sur les Infections chez le patient en soins intensifs.  International Infections and Sepsis symposium/ International Symposium on Infections in the Critically Ill Patient. Porto, Portugal, Dr Jean Carlet, WAAAR President, parmi les présentateurs.

Web=link: www.infections-online.es



Mars 4-5 2017, Liban

Première conférence de la région Moyen-Orient Afrique du Nord sur la Santé Publique et les Maladies Infectieuses. L’ESCMID (European Society of Clinical Microbiology and Infectious Diseases), Le LANCET Infectious Diseases, la Fondation Mérieux, ESA (Ecole Supérieure des Affaires) et l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) organisent une conférence commune sur la santé publique et les maladies infectieuses. Beyrouth, Liban

Secretariat: MENAIDPH, PO Box 45-343, Beyrouth, Liban; contact. MENAIDPH@gmail.com



Mars 14, 2017, RU

BSAC: Réunion de printemps 2017: Le défi mondial des infections bactériennes à Gram négatif multirésistante. International Convention Centre, Birmingham Royaume-Uni. 

Les résumés et les affiches sont les bienvenus, à envoyer à: edavies AT bsac.org.uk - Date limite le 20 janvier 2017.



Juin 26-28, 2017, Allemagne

Le 7 e symposium : Antimicrobial resistance in Animals and the Environment / sur la résistance aux antimicrobiens chez les animaux et l'environnement, ARAE 2017. Cette conférence biennale, qui a eu lieu en 2015 pour la dernière fois, aura lieu du 26 au 28 juin 2017 avec une réception d'ouverture dans la soirée du dimanche 25 juin et se tiendra à Braunschweig (situé près de Hanovre). 

Web=link: http://arae2017.de/

Le Temps de la Résistance aux Antimicrobiens / AMR -Times
Newsletter publiée par les associations ACdeBMR/WAAAR et SOI
Le contenu de cette newsletter n'engage pas l'association ACdeBMR/WAAAR ou SOI, seuls les auteurs sont responsables des vues exprimées.
L'équipe rédactionnelle:
-Mostafa El Yamany (Égypte et Pays Bas), pharmacien et doctorant sur la RAM, Rédacteur
-Thibault de Gabiole (Suisse), Rédacteur associé et traducteur
-Natasha Frank (Suisse), graphiste, mise en page papier
-Alia Henedi, BA Pharmacienne, Pharm.D. Candidat, contributions
-Amr El-Ateek, BA Pharmacienne, Pharm.D., contributions
-Dr Jérome Larché, (France), médecin praticien en exercice, contributions
-Nora Malhouf, (Algérie) doctorante RAM, journaliste et traductrice
-Jean-Jacques Monot, (France) ingénieur informaticien, bases de données et édition
-Garance Fannie Upham, Rédactrice en Chef (garance@waaar.ch)
Contact: Editor@amr-times.info
L'abonnement à la Newsletter est gratuite.
Nous aimerions encourager les membres de WAAAR à renouveler leur cotisation, et à ceux qui nous découvrent de le faire. C’est seulement 30 euros, et 100 pour les sociétés. C’est possible en ligne sur le site : www.waaar.org / via un site sécurisé.
Nous prévoyons le lancement d'un journal en ligne.
Pour cela, et pour pérenniser une équipe essentiellement bénévole, nous aimerions solliciter des financements. SVP prenez contact avec la rédaction si vous souhaitez contribuer des nouvelles ou bien pour nous aider financièrement.
AMR CONTROL: ACdeBMR /WAAAR réalise aussi une publication annuelle AMR CONTROL avec plus de 30 experts de renommée internationale pour chaque édition, 2015, 2016 et bientôt 2017 en collaboration avec une maison d'édition à Londres, GHD (en anglais). Rédacteur en Chef, Dr Jean Carlet, avec Garance Upham,  AMR CONTROL peut être téléchargé gratuitement depuis le site de la maison d'édition et/ou des copies imprimées (plus de 150 pages en A4) demandées en s'inscrivant sur le site de GHD: www.globalhealthdynamics.co.uk.
Copyright © 2016 AMR-TIMES, All rights reserved.

Our mailing address is: 
editor@amr-times.info

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list
 






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
AMR-TIMES · Safe Observer International, EU offices, BAT. J, LE PRIEURE · PREVESSIN 01280 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp