Copy
Le Temps de la RAM Newsletter n° 7
Octobre 2016

Vous avez reçu cette newsletter sur la Résistance aux Antimicrobiens (RAM) parce que vous avez travaillé sur cette question, vous êtes membre ou simplement supporter de la WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance) ​ /ACdeBMR, ou alors vous aviez contribué à la publication AMR control 2015 (ou à la nouvelle édition 2016).

Pour les newsletters précédentes, veuillez cliquer ici, et pour vous abonner à la newsletter, veuillez cliquer ici

À La Une dans ce numéro

 
  • La RAM fera plus de dégâts que la crise financière de 2008, selon la Banque mondiale 
     
  • Des nouvelles en exclusivité de l'Assemblée générale de l'ONU
     
  • Création de la coalition CARA (La Conscience de la Responsabilité face à la Résistance antimicrobienne)
     
  • Un rapport récent montre que 80 % des données sur les essais cliniques en Chine ont été fabriquées !
     
  • CDC a octroyé plus de 14 millions de $ pour le développement d'innovations pour lutter contre la résistance aux antibiotiques
La RAM fera plus de dégâts que la crise financière de 2008 selon la Banque mondiale

La Banque mondiale a publié un rapport cohérent et complet sur la RAM, évaluant l’impact de cette dernière sous des angles différents, offrant des solutions et discutant des recommandations. Dans ce rapport, il a été souligné que, dans un scénario plutôt pessimiste où les antibiotiques et d'autres médicaments antimicrobiens n’auraient plus la même efficacité dans le traitement des infections, les pays à faible revenu pourraient perdre plus de 5 % de leur PIB et cela pousseraient jusqu'à 28 millions de personnes (principalement dans les pays en développement) dans la pauvreté d'ici 2050.

«L'ampleur et la nature de cette menace économique pourraient effacer les gains de développement durement acquis et nous emmener loin de nos objectifs de mettre à terme à l'extrême pauvreté et de stimuler la prospérité partagée», a déclaré Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale.

Toutefois, il est clair que, si la gouvernance du «patrimoine mondial en terme d'antimicrobiens" ne s’améliore pas, alors de nouveaux médicaments qui pourraient être développés vont perdre rapidement de leur efficacité et de gros investissements dans le développement de ces médicaments seront ainsi gaspillés.

«Ce rapport souligne le retour sur investissement extraordinairement élevé de l’endiguement de la RAM, qui est la meilleure option pour assurer un accès approprié et équitable aux antimicrobiens."

A notre avis, AMR Times, l'accent mis sur le fait de contenir, d'endiguer la dissémination de la résistance montre que les pays devraient sérieusement se pencher sur l'amélioration de leur systèmes de contrôle infectieux.

Dans la section conclusive, deux actions ont été proposées pour être adoptées par les acteurs concernés.
  1. Pour passer de la simple "Surveillance" à "La Surveillance et l'Action", des sujets importants ont été soulevés, et notamment, les Etudes sur l'Utilisation des Médicaments (EUM), une meilleure intégration des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), des Programmes de Gestion des Antimicrobiens (PGA).Le thème des incitatifs a également été abordé. En effet, il a été recommandé de fournir des incitations financières positives, tout en éliminant les incitatifs pervers aux prescripteurs. Les mesures alors proposées incluent d'éventuels changements dans la façon dont les fournisseurs de soins de santé sont remboursés, et l’interdiction de la vente d’AM par les prescripteurs afin de supprimer l'incitation financière à la surprescription.
     
  2. Dans la section sur "la Prévention de la mauvaise utilisation des antimicrobiens à tous les niveaux", beaucoup de sujets ont été répertoriés dans les actions de prévention ; notamment, les accords de gouvernance, le développement de nouvelles législations et réglementations, le contrôle de l'offre et de la prescription, la réduction des dégâts provoqués par des ventes sans ordonnances, la diminution du risque d'infections nosocomiales ainsi que les moyens d'assurer le respect et la conformité aux régimes de traitement. L'accent est mis sur la diffusion de la bonne information et de l'éducation à travers des campagnes et de nouveaux outils de communication.

Lord Jim O'Neill, président de la Review on AMR, a déclaré que «Le présent rapport fournit un autre rappel opportun que l'augmentation de la résistance aux médicaments est une menace imminente pour notre prospérité et pour le développement économique durable dans toutes les régions du monde. Alors que les leaders mondiaux se réunissent à l'ONU cette semaine, j’espère que ce rapport contribuera à durcir leur détermination à adopter une action concertée et appropriée sur les nombreux défis de la RAM".


Note de l'éditeur RAM Times: Étonnamment, le rapport de la Banque mondiale minimise la participation des pays en développement à la R&D pour le nouveaux antibiotiques.
Sur la base de ce qui est connu et des simulations des impacts économiques générées pour ce rapport, les Objectifs de Développement Durable (ODD) pour 2030, telles que l’endiguement de la pauvreté et de la faim, assurer une vie saine, réduire les inégalités, et la revitalisation des partenariats mondiaux sont peu susceptibles d'être atteint si la RAM n'est pas maîtrisée.

La Banque est particulièrement explicite sur les gains énormes à réaliser dans la mise en œuvre du contrôle infectieux pour prévenir les infections nosocomiales (dont certaines qui peuvent être pharmaco-résistantes), ainsi que l'eau potable et l'assainissement. Elle a souligné la nécessité d'un accès adéquat à la surveillance par des diagnostics de laboratoire, et insisté sur le fait que nous vivons dans un monde globalisé où personne ne sera épargné, mais les pauvres souffriront plus.
Il est important de rappeler que, en vertu du programme américain PEPFAR, le budget américain prévu pour l'action à l'étranger sur le VIH SIDA est très important. Cependant, les possibilité de financer le contrôle infectieux dans le cadre des programmes VIH n'ont pas été encore utilisées. Ainsi, l'argument de la Banque devrait apporter davantage d'efforts sur le contrôle infectieux, ce qui permettrait d’améliorer grandement la santé des patients en général et personnes vivant avec le VIH en particulier.

(Pour l'effet de la RAM sur le VIH, lisez Nigel Livesley, (URC, ASSIST projet de l'USAID), dans AMR Control 2016 téléchargeable sur www.globalhealthdynamics.co.uk)

Web=links: http://www.worldbank.org/en/news/press-release/2016/09/18/by-2050-drug-resistant-infections-could-cause-global-economic-damage-on-par-with-2008-financial-crisis
http://pubdocs.worldbank.org/en/527731474225046104/AMR-Discussion-Draft-Sept18updated.pdf

Nouvelles, commentaires et rapports de l'Assemblée générale des Nations Unies


La réunion de haut niveau à l'AG de l'ONU sur la RAM; Un examen rapide

Le 21 septembre 2016, le Président de l'Assemblée générale de l'ONU a convoqué une réunion d'une journée de haut niveau au siège de l'ONU à New York sur la résistance aux antimicrobiens (RAM) avec la participation des États membres, d’organisations non gouvernementales, de la société civile, du secteur privé et des institutions universitaires. L'un des résultats de la réunion fut une déclaration politique sur la RAM, rédigée par les chefs d'État ainsi que par les représentants gouvernementaux et étatiques. 

Dans cette déclaration, l'ONU a réaffirmé le plan d'action mondial de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), et ses cinq grands objectifs stratégiques. Pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens, l’ONU a également réaffirmé le Programme de développement durable à l'agenda 2030 qui vise à assurer une vie saine en luttant contre les maladies transmissibles, tant virales que bactériennes, fongiques ou parasitaires devenues pharmaco-résistantes, en particulier dans les pays en développement.

L'ONU a reconnu que les réalisations du XXe siècle en ce qui concerne la réduction de la mortalité et la morbidité dues aux infections graves sont sérieusement mises à mal en raison de la RAM. En raison de ce défi, la médecine vétérinaire et humaine aura désormais moins d'options pour soigner les infections potentiellement mortelles, en particulier les femmes enceintes, les nouveau-nés et les patients subissant une chimiothérapie ou une chirurgie.

L'ONU a demandé aux ministères concernés de s’engager dans le développement et la mise en œuvre des plans d’action nationaux multisectoriels, des politiques, des règlements et des initiatives régionales en vue de résoudre ce problème. Elle a également exhorté à découpler le coût des investissements en R&D du prix et du volume des ventes, et également de fournir un accès abordable aux nouveaux médicaments, aux outils de diagnostic et aux vaccins. L'ONU a également souligné que les efforts de R&D doivent être basés sur des preuves, les besoins, les principes de l'accessibilité, l'efficacité, l'efficience et l'équité, mais également considérés comme une responsabilité partagée entre tous les acteurs concernés afin de faire face à ce défi ; tout cela en continuant de sensibiliser à l'utilisation rationnelle des antibiotiques.

Commentaires de l’AMR-Times: Les points mentionnés ci-dessus sont les plus importants énoncés dans cette déclaration politique. Prendre conscience de la menace croissante de la RAM et de la responsabilité commune à prendre des mesures concernant cette question entre toutes les parties prenantes, telle que la société civile, l'industrie, les petites et moyennes entreprises, instituts de recherche et les universités, est l'approche la plus prometteuse pour sauver notre monde de cette tragédie croissante.


Le commentaire sur l'AG de l'ONU du Dr Jean Carlet, président de la WAAAR

L'ONU n'a mis des problèmes médicaux à l'ordre du jour de ses assemblées générales que quatre fois depuis sa création.

La quatrième fois est survenue très récemment (le 21 septembre) avec la question très importante de la Résistance aux Antimicrobiens (RAM). Après l'OMS, l'OIE, la FAO, le CDC, l'ECDC et d'autres organismes internationaux, il était vraiment urgent de faire en sorte que l'ONU devienne réceptive à cette question dramatique. Ainsi, une volonté affichée de se pencher sur ce problème fut une excellente nouvelle.

Ce fut un événement important. La plupart des Etats étaient présents, et présentaient, en trois minutes, leur avis sur le domaine de la résistance aux antimicrobiens, et décrivaient brièvement le programme sur cette question dans leur pays. Il est clair que si tous les pays qui interviennent sont concernés par la question de la RAM, les programmes nationaux dans les différents pays ne sont évidemment pas au même niveau de réalisation. Cela dit, la plupart des pays ont fait d'importants progrès au cours de ces dernières années.

De nombreuses ONG étaient présentes à cette réunion durant laquelle je représentais la WAAAR.

Plusieurs aspects ont été frustrants. Il n'a pas été possible de poser des questions aux présentateurs. A la fin de l'assemblée, le président Ban Ki Moon a lu une déclaration très positive, en mentionnant clairement que la RAM est une question clé nécessitant des actions internationales efficaces et immédiates. Il a cependant été difficile de deviner si l'ONU sera un véritable partenaire dans ce programme ou un simple partisan. Il a été impossible de réagir à la déclaration du président qui a été préparée avant l'événement, et donc sans la contribution des participants.

En amont de l'Assemblée générale onusienne, le 20 septembre, l'association américaine CCDEP avait organisé une réunion rassemblant de nombreuses ONG et associations scientifiques afin de discuter de plusieurs aspects de la RAM. Environ deux cents personnes étaient présentes. La WAAAR était bien évidemment également présente. Ce fut une réunion très productive. Il a été décidé de créer une coalition entre plusieurs ONG dénommée CARA (la Conscientisation de la Responsabilité Face à la Résistance aux Antimicrobiens). La WAAAR fait partie des fondateurs de cette coalition. Il est très important de coopérer entre les ONG internationales sur les sujets les plus difficiles concernant la RAM. Ensemble, nous serons plus forts. Le CCDEP prendra la tête de cette initiative.


Extrait du Groupe des 77 et la Déclaration de la Chine sur la RAM à l’AG de l'ONU

"Nous devons encourager l'utilisation appropriée des antimicrobiens dans le domaine de la santé humaine et animale, ainsi que celui de l’agriculture, mais également sensibiliser sur la RAM. Deuxièmement, nous devons continuer à renforcer notre capacité à prévenir les infections, notamment en assurant l'accès à l'eau potable, l'hygiène et l'assainissement, la vaccination et le contrôle des infections. Troisièmement, nous devons renforcer les systèmes de santé et promouvoir la Couverture Maladie Universelle.
    
(...) nous devons soutenir, comme une question d'urgence, la recherche et le développement des antimicrobiens, en particulier les nouveaux antibiotiques, vaccins, des outils de diagnostic et de l'innovation, y compris dans la médecine traditionnelle et végétale. Cela doit être fait tout en veillant à ce que les efforts de R&D soient axés sur les besoins (...)


Commentaire de MSF; Déclaration des Nations Unies sur les cibles visées de la RAM et la R & D

Dr Joanne Liu, présidente internationale de Médecins Sans Frontières a envoyé une lettre avec ses commentaires sur la déclaration politique des Nations Unies sur la RAM. Elle manifeste son soutien à l'engagement global pris par les gouvernements mais elle a également affirmé que les mots énoncés dans la déclaration doivent se traduire en actions.

"Des blessés de guerre en Jordanie aux nouveau-nés du Pakistan, des patients brûlés d’Haïti aux personnes atteintes de tuberculose multirésistante en Afrique du Sud, MSF voit des infections résistantes aux médicaments partout, y compris les infections qui ne peuvent être traitées avec les dernières générations d’antibiotiques.»- a déclaré le Dr Liu.

Elle a terminé son commentaire en déclarant qu'elle était heureuse de constater que la déclaration appelait au découplage:  

«MSF constate avec satisfaction que cette déclaration prend en compte les conclusions du récent rapport du Groupe de haut niveau sur l’Accès aux médicaments établi par le Secrétaire Général, en reconnaissant l’échec du système actuel de recherche et développement, et en intégrant d’importants engagements en matière de santé publique, qui visent à assurer que de nouveaux antibiotiques , vaccins et outils de diagnostic nécessaires à contrôler l’antibiorésistance seront disponibles et abordables pour les patients qui en ont le plus besoin. MSF se réjouit également que la déclaration appelle à séparer les coûts de recherche et développement des prix pratiqués sur les produits et outils médicaux, et à assurer qu’un retour public est assuré lorsque des fonds publics sont utilisés pour développer de nouveaux produits».

Web=links: http://www.imt.ie/opinion/letters/2016/09/un-declaration-on-ar-targets-access-and-rd.html
http://www.tnpp.org/2016/09/international-president-of-msf-dr.html
www.msf.fr/presse/communiques/msf-salue-declaration-politique-nations-unies-sur-resistance-aux-antibiotiques


L'Inde a un énorme problème de résistance aux antibiotiques, et il appartient aux Etats de le résoudre

Après la publication de la déclaration politique des Nations Unies sur la RAM, l'Inde est confrontée à une pression massive pour enfin mettre en œuvre son plan d'action pour endiguer le phénomène. Dr Jagdish Prasad, directeur général des services de santé a déclaré que «Dans une si grande nation, nous ne pouvons pas promettre quoi que ce soit. Nous avons promis une surveillance, et nous allons donner suite à cela". En dépit du fait que le problème de la RAM ait été reconnu et que les lignes directrices aient été fixées au cours des dernières années, les États indiens ne sont pas capables de prendre des mesures concrètes qui permettraient de résoudre ce problème.
Toutefois, certains États indiens ont déjà pris des initiatives. L'accent est notamment mis sur l'éducation et la sensibilisation en ce qui concerne l'utilisation appropriée d’antibiotiques, tels que des programmes d'intendance antimicrobiens dans le cursus de certaines écoles de médecine.

Web=link: http://scroll.in/pulse/817377/india-has-a-massive-antibiotic-resistance-problem-and-its-up-to-the-states-to-solve-it

Des experts australiens accueillent déclaration de l'ONU sur la résistance aux antibiotiques

Discutant de la situation en Australie, un groupe d'experts a mis en lumière la situation actuelle concernant la RAM avant la déclaration récemment publiée de l'ONU. Dr Darren Trott, professeur de microbiologie vétérinaire à l'université d'Adélaïde a déclaré que l'Australie montrait de faibles niveaux de résistance aux antibiotiques dans les systèmes de production animale. D'autre part, en parlant de prescriptions des antibiotiques encore élevées pour l'homme, le Dr Mary-Louise McLaw, professeur de contrôle des maladies infectieuses à l'Université de Nouvelle-Galles-du-Sud, a affirmé que le rôle de la communauté dans la lutte contre le problème est d'une importance cruciale, y compris la demande d'une viande élevée sans prophylaxie antibiotique.

Une publication rapporte que l'ONU a mis la production de viande à coups d'antibiotiques sur le même plan qu'Ebola et le VIH, en terme de menace sur la santé mondiale. Le rapport fait état d'études sur les grandes chaines de fast food aux USA et rapporte une forte tendance à abandonner les AB dans le choix des fournisseurs.

Web=links: http://www.abc.net.au/news/2016-09-26/un-antibiotic-declaration/7873470
http://qz.com/788548/the-united-nations-historic-meeting-on-antibiotic-resistance-puts-the-threat-on-a-level-with-hiv-and-ebola/


WAAAR en action


Lancement de CARA : La Conscience de la Responsabilité face à la Résistance aux Antimicrobiens

L’Alliance WAAAR (ACdeBMR) a été heureuse de se joindre à l'initiative du CDDEP nommée CARA. Une coalition unique en son genre, rassemblant des organisations de la société civile, des instituts de la santé publique, ainsi que la communauté scientifique. Lors du lancement auquel ont assisté le Dr Jean Carlet et Garance Upham pour la WAAAR, la coalition CARA comprenait notamment l'Institut norvégien de la santé publique, la British Society for Antimicrobial Chemotherapy, l'Institut Milken de la santé publique, le DZIF, le Center for Global Development, le CIDRAP ainsi que d'autres acteurs importants.

Web=link: http://www.forumonantibiotics.org/alliance/

L'ONU, AMR et CARA: La Conscience de la Responsabilité face à la Résistance aux Antimicrobiens
Tiré du blog américain de l'NGO CDDEP, Ellen Gelband (Directrice adjointe du CDDEP).

CARA est une coalition qui regroupe un large éventail d'organisations représentant tous les intérêts et toutes les disciplines. Elle vient d'être lancée et recherche des partenaires provenant du secteur industriel, du milieu universitaire, d’organismes  sans but lucratif, et des associations d'étudiants partout dans le monde — qu’ils se préoccupent de l’environnement, de la santé humaine ou animale.

Les objectifs sont établis comme suit :
  • le suivi des progrès de la campagne pour l'accès pour tous à des antimicrobiens efficaces à travers le monde,
  • l'identification des obstacles au progrès et leur mise en avant.
  • travailler pour offrir des solutions aux problèmes dans tous les secteurs, et
  • identifier, faire connaître et célébrer les réussites.

Les premiers partenaires de CARA, y compris le CDDEP, vont créer, dans les mois à venir, une structure organisationnelle sur la base d’une adhésion participative. Voir le document du CARA ici: http://www.forumonantibiotics.org/alliance/

Nous ne pourrons jamais avoir une meilleure occasion d'unir nos forces pour maintenir des antibiotiques efficaces pour tous et partout dans le monde. S'il vous plaît, rejoignez-nous.
Hellen Gelband est la directrice politique adjointe du CDDEP.


Nouvelles exclusives de la réunion de la European Society of Intensive Care Medicine’s (ESICM) à Milan

Une table ronde a été organisée au cours de la réunion de la Société européenne de médecine de soins intensifs (ESICM) à Milan, en octobre dernier. Il s’agissait d’une rencontre entre l’ESICM et la Société européenne de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ESCMID). La réunion était présidée par Jan de Waele, de l’ESICM et par Matteo Bassetti, de l’ESCMID. Le sujet portait sur la résistance aux antibiotiques dans les unités de soins intensifs (USI). Il s’agit d’une question très importante puisque la RAM y est souvent très élevée en raison de la gravité des patients qui sont immunodéprimés, avec de nombreux dispositifs invasifs. En fait, les USI sont des usines pour créer une résistance, puis diffuser les microbes résistants silencieusement dans les autres salles.

Il a été décidé, au cours de cette réunion, que les deux sociétés organiseront plusieurs activités communes, notamment une étude globale de la prévalence de la RAM dans le USI ; des données qui ne sont actuellement pas disponibles. Une autre activité pourrait être d'écrire conjointement un document de principe, ou les lignes directrices. Les projets n’ont pas encore été acceptés par les comités exécutifs des deux sociétés, et doivent être affinés.

Jean Carlet était présent à cette table ronde. Il a proposé la participation de la WAAAR au programme. Cela a été accepté par tous les participants, ainsi que tous les membres du comité exécutif de l’ESICM.


Essais cliniques de médicaments; Violations, Fabrications et manque de transparence totale


Conférence publique sur les essais cliniques de médicaments; Une mise à jour exclusive par le IP watch

Le rapport de l'IP Watch couvrait la Conférence publique sur les essais cliniques de médicaments. La conférence a été organisée par Health Action International et Public Eye (anciennement Déclaration de Berne), et a réuni un certain nombre d'orateurs venant des organisations internationales, des universitaires, des partenariats public-privé et des institutions publiques. Les organisateurs ont indiqué qu'ils ont invité la Fédération internationale des fabricants de produits pharmaceutiques et associations (IFPMA), mais qu'ils furent incapables de participer. Les orateurs interrogés par l'IP Watch ont affirmé qu'il y a une possible distorsion des résultats. Les intervenants ont également noté qu'il y a une «tendance croissante pour les entreprises pharmaceutiques à mener des essais cliniques dans les pays en développement". Patrick Durisch de Public Eye a déclaré dans un discours d'introduction que les données publiées sur les essais cliniques souffrent de manipulation et de partialité, incluant les participants à risque mais aussi le grand public. Les résultats exagèrent souvent l’efficacité et au contraire minimisent les effets secondaires nocifs. "La transparence totale doit être la règle et non l'exception», dit-il.

Selon une source, certaines entreprises pharmaceutiques seraient intéressées à raccourcir le processus d'essai clinique afin d’apporter des produits brevetés sur le marché plus tôt. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, le recrutement des participants est plus facile, selon IP Watch. L'Egypte est l'un des pays produisant le plus grand nombre d'essais cliniques de médicaments, selon Ayman Sabae, Chercheur en droit à la santé pour l’Initiative égyptienne pour les droits individuels. L’une des raisons de cette tendance est qu’en Egypte, près de 60 pourcent des soins de santé totaux proviennent de dépenses personnelles, puisqu’environ 8 pourcent de la population seulement a accès à l'assurance privée. L’Egypte dispose d'une infrastructure de recherche attrayante, dit-il, et une population n’ayant jamais reçu de traitement en forte croissance. Les essais cliniques sont beaucoup moins chers et la législation protégeant les droits des patients est limitée.

Commentaires de AMR-Times: Compte tenu de la tendance actuelle vers la production de nouveaux antibiotiques et les recommandations de la IFPMA pour un nouveau modèle économique afin d’encourager l'innovation, par des incitations ou des dissuasions, dans quelle mesure les essais cliniques de ces nouveaux antibiotiques potentiels seront «transparents »? et comment le niveau de transparence affectera le choix de quels patients seraient «admissibles» pour les essais cliniques et les résultats de ces essais cliniques, en particulier compte tenu de la pression temporelle pour produire de nouveaux antibiotiques ?

Web=links: http://www.ip-watch.org/2016/09/30/clinical-trial-reporting-biased-full-disclosure-transparency-needed-speakers-say/
http://www.ip-watch.org/2015/04/30/pharma-offers-view-on-how-to-slow-antimicrobial-resistance-boost-research/
http://haiweb.org/cdtconference/


Un rapport récent montre que 80% des données sur les essais cliniques en Chine ont été fabriquées!

Selon SBS, et d'autres sources d'information, et rapporté dans le the Economic Information Daily newspaper en septembre, l’administration des aliments et des médicaments de la Chine (SFDA) a effectué un examen d'un an de 1,622 essais cliniques de médicaments en attente d’une approbation pour entrer sur le marché.

Il a été conclu que plus de 80% des données sur les essais cliniques ont été "fabriquées" et / ou n'ont pas réussi à répondre aux exigences requises pour l'analyse. Selon ce rapport certaines sociétés pharmaceutiques auraient falsifié des données qui ne correspondaient pas aux attentes du médicament, ou activement caché les rapports montrant des effets secondaires indésirables.
« Plus de 80 pour cent des demandes concernant la production en masse de nouveaux médicaments ont été annulées, au vue de cette enquête, et les responsables officiels annoncent que d'autres malversations pourraient être exposées dans ce scandale »- Radio Free Asia, seuls des extraits du rapport en Chinois ont été traduits vers l'anglais.

Web=links: http://www.sbs.com.au/topics/science/fundamentals/article/2016/10/03/report-reveals-80-data-chinese-clinical-trials-have-been-fabricated
http://www.rfa.org/english/news/china/clinical-fakes-09272016141438.html


AMR in the News


Le CDC a octroyé plus de 14 millions de $ pour des innovations face à la RAM

Dans le cadre de ses efforts continus pour protéger les patients et ralentir la RAM, CDC investit dans la recherche pour découvrir et développer de nouvelles façons de prévenir les infections résistantes aux antibiotiques et leur propagation, ainsi que débloquer les mystères du microbiome. "Comprendre le rôle du microbiome dans les infections résistantes aux antibiotiques est nécessaire pour protéger la santé du public», a déclaré le Directeur des CDC Tom Frieden, M.D., M.P.H. "Nous pensons qu'il est essentiel d'envisager des approches novatrices pour lutter contre la résistance aux antibiotiques, protéger les patients, et d'améliorer l'utilisation des antibiotiques."

Les projets de recherche étudieront:
  • Comment les antibiotiques perturbent un microbiome sain
  • Comment un microbiome perturbé met en danger les les personnes 
  • Comment la gestion des antibiotiques protège le microbiome
Web=links: http://www.cdc.gov/drugresistance/solutions-initiative/microbiome-innovations.html

De nouveaux vaccins sont essentiels pour la lutte contre la résistance aux antimicrobiens

Dans cet article de Chatham house, rédigé par le professeur David Heymann, et Abbas Omaar, il a été souligné que le développement des vaccins est souvent sous-estimée lorsque l’on se réfère à la RAM. Parmi les solutions proposées pour lutter contre la RAM, les vaccins sont un outil majeur qui élimine le besoin d'antimicrobiens.

Les auteurs soulignent que davantage d'efforts devraient être consacrés à une analyse coûts-bénéfice des vaccins pour le contrôle de la RAM. En effet, une analyse devrait être conduite sur leur valeur relative par rapport aux investissements dans le secteur de la gestion des antimicrobiens et de meilleurs canaux de nouveaux antibiotiques. "Cependant, la déclaration universellement acceptée encouragera probablement des engagements à intensifier les efforts et à mobiliser un financement durable. Dans la planification de la façon dont les ressources sont allouées à la lutte contre la RAM, l'énorme potentiel des vaccins ne doivent pas être relégués à la marge "- a déclaré les auteurs.

Web=link: https://www.chathamhouse.org/expert/comment/new-vaccines-are-essential-fighting-antimicrobial-resistance

Agée de seulement vingt-cinq ans, elle bluffe la communauté médicale avec une solution possible de superbactéries résistantes aux antibiotiques

Cet article a mis en évidence une étape prometteuse vers la lutte contre la RAM. Il y est relaté que: Shu Lam, 25 ans, doctorante, a trouvé un moyen de tuer des superbactéries résistantes aux antibiotiques. Elle a inventé des polymères peptidiques via "polymérisation", capables d'interférer avec la survie des bactéries et d'engager leur auto-destruction. Ces polymères sont dans l’incapacité de pénétrer dans les cellules normales en raison de leurs relatives grandes tailles. C’est pourquoi, du fait qu’ils puissent cibler de manière sélective la superbactérie, ces polymères peuvent avoir un rôle crucial dans la lutte contre la RAM. En dépit d'avoir été testés à plusieurs reprises contre différents superbactéries et prouver leur efficacité et leur sécurité, le superviseur de Lam a déclaré que ces polymères auraient besoin de cinq années de recherches et de tests avant de développer un traitement.

Web=link: http://indiatoday.intoday.in/story/antibiotic-resistant-superbug-cure-peptide-polymer/1/775363.html

La Conférence d’Ouganda du 21- 22 novembre 2016, Mbale, Ouganda oriental; Thème: "Promouvoir les meilleures pratiques antimicrobiennes en Ouganda"

Dans cette note conceptuelle pour la conférence, il est mentionné que la résistance aux antibiotiques est devenue un problème important et une menace pour l'Ouganda. Il est également souligné que la mauvaise utilisation des AB dans l'agriculture, le contrôle des infections inadéquates dans les établissements de santé, ainsi que le mauvais contrôle qualité des médicaments sont parmi les nombreux défis auxquels le pays est confronté. La conférence nationale est prévue, et se tiendra en novembre, avec des objectifs, tels que réunir les parties prenantes pour discuter des défis et se mettre d'accord sur une résolution multisectorielle. La conférence devrait accueillir des participants membres du Ministère de la Santé, de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche, de l’Autorité nationale antidrogue, de l’OMS, mais également issus du secteur privé, des sciences de laboratoire, de la pratique clinique, des pharmacies, des étudiants en soins de santé humaine ou vétérinaire et des institutions de recherche.

Plus de détails sur la conférence, y compris ses sous-thèmes, les formats, la documentation, la participation et les résultats attendus peuvent être trouvés dans le lien ci-dessous.

Web=link: http://conference.bufhs.ac.ug/Conference%20concept%20paper%20v3.pdf

Articles scientifiques relatifs à la RAM


Prévalence de Staphylococcus aureus résistants à la méthicilline et autres espèces de staphylocoques dans des échantillons de viande crue destinée à la consommation humaine au Bénin, Nigeria: implications pour la santé publique

Les Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) représente un type de bactérie qui est devenu résistante à la plupart des AB utilisés pour traiter les infections à staphylocoques ordinaires. La plupart des infections à SARM surviennent chez des personnes qui ont visité des hôpitaux ou autres établissements de soins de santé. Cette étude, qui a eu lieu au Bénin et au Nigeria, visant à détecter le SARM dans les échantillons de viande crue. Différents échantillons de porc, de boeuf et de poulet testés avaient été prélevés sur les marchés de consommation au cours de février - avril 2015. Après que les staphylocoque aient été isolés et identifiés, des tests de sensibilité aux antibiotiques ont été réalisés pour détecter les espèces résistantes. Les résultats ont révélé que non seulement les Staphylococcus aureus étaient résistants à la méthicilline (SARM) mais également résistants à la pénicilline, la clindamycine, le chloramphénicol, le triméthoprime-sulfaméthoxazole, la kanamycine, l’amoxicilline, le cloxacilline, l’érythromycine, le vancomycine et des souches résistantes au gentamycine. En conclusion, «l'incidence de SARM dans la viande crue de détail confirme que le staphylocoques résistant à la méthicilline n’est plus seulement un problème pour les hôpitaux mais qu'il est également entré dans la chaîne alimentaire. Cela suggère un transfert de gènes des bactéries pathogènes."

Web=link: http://www.mdpi.com/1660-4601/13/10/949/pdf

Le zinc alimentaire modifie le microbiote et diminue la résistance à l'infection au Clostridium difficile

Clostridium difficile est un agent pathogène associé aux soins majeurs qui est responsable d'un large éventail de maladies, allant de la diarrhée légère à des complications potentiellement mortelles, telles que la colite pseudomembraneuse et mégacôlon toxique. La gravité des infections à C. difficile est fortement influencée par la prise d'un traitement antimicrobien en tant que résultat de l'action perturbatrice des antibiotiques sur la flore normale de l'intestin. Dans cette étude, les nouveaux résultats suggèrent que la suralimentation de zinc a la capacité de modifier la flore intestinale de la même manière que les antibiotiques et peuvent, par la suite, augmenter la sensibilité aux infections à Clostridium difficile.

Web=link: http://www.nature.com/nm/journal/vaop/ncurrent/pdf/nm.4174.pdf

La résistance acquise à la chlorhexidine - est-il temps de mettre en place une initiative «d'intendance antiseptique»?

Chlorohexidine digluconate (CHG) est un agent antibactérien utilisé pour plusieurs applications dans l'hygiène des mains, l'antisepsie de la peau, les soins bucco-dentaire et le lavage des patients. Dans cette étude, des chercheurs ont testé la résistance des différentes espèces bactériennes au CHG. Ils ont conclu que des espèces bactériennes telles que: l’enterobacter, le pseudomonas, l’acenitobacter, le proteus, le providencia, l’enterococcus et le multirésistant Klebsiella pneumoniae ont acquis une plus grande résistance au CHG que d'autres espèces, avec la possibilité d'une résistance croisée aux antibiotiques. Cette résistance a donné lieu à plusieurs épidémies et infections. Les savons liquides et autres désinfectants pour les mains à base d'alcool contenant du CHG utilisé dans les unités de soins intensifs ne dispose pas d'une prestation basée sur des preuves claires, donc leur utilisation peut être arrêtée. Il a été conseillé par les chercheurs de cette étude de limiter l'utilisation d’agents contenant du CHG pour des applications sans un avantage évident du patient, comme le traitement des sites de ponction de cathéters veineux centraux afin de réduire les infections associées par le flux de sang de la ligne médiane.  L'étude a présenté plusieurs propositions visant à lancer une «gestion biocide» avec du CHG afin de maintenir son effet utile.

Web=link: http://www.journalofhospitalinfection.com/article/S0195-6701(16)30374-7/abstract (accès non ouvert)

Le miel dilué inhibe la formation de biofilm: application potentielle dans la gestion de la sonde urinaire?

Les cathéters urinaires insérés chez les patients pendant de longues périodes de temps sont généralement sensibles à la formation de biofilm conduisant à des infections et à l'accumulation d'agents pathogènes. Dans cette étude in vitro, les scientifiques du Royaume-Uni ont testé si le miel dilué est efficace pour inhiber la formation de biofilms. Ils ont utilisé le miel de Manuka (facteur unique de Manuka 15+) et observé ses effets sur l’Escherichia coli et le Proteus mirabilis lorsqu’il a été ajouté soit avec les bactéries ou 72 heures plus tard. Les chercheurs de cette étude ont conclu que dilué, le miel Manuka a montré une réponse  proportionnelle à la dose, avec une inhibition maximale de formation de biofilm sur un substrat de vinyle en utilisant la plus faible concentration de miel testée (3,3%) après 72 heures à 37 °C. On a également observé que les effets du miel sur E. coli étaient beaucoup plus fort que P. mirabilis.

Web=link: http://jcp.bmj.com/content/early/2016/08/26/jclinpath-2015-203546.abstract  (accès non ouvert)
Rappel: Interview du professeur W. Keevill dans notre numéro de mai, sur l’importance du cuivre pour les surfaces de contact
 
Professeur Bill Keevil, Directeur de l'Unité Santé environnementale à l'École des Sciences biologiques de l'Université de Southampton, est un chercheur spécialisé sur la contamination des surfaces, les biofilms et les mécanismes physiologiques d’adaptation de survie des pathogènes. Il est également membre du groupe de pilotage du réseau NAMRIP, « UK Network for Anti-Microbial Resistance and Infection Prevention.»
Pour plus d'informations: 
http://www.antimicrobialcopper.org/fr/r%C3%A9sistance-antimicrobienne
www.southampton.ac.uk/biosci/about/staff/cwk.page

Agenda des conférences et événements sur la RAM


4-7 novembre 2016, Autriche

 

IMED - International Meeting on Emerging Diseases and Surveillance. IMED 2016 à Vienne, Autriche.

Web=link: http://imed.isid.org



28-29 novembre, Espagne

Infection Prevention and Control, Valencia, Espagne

Web=link: http://infectionprevention.conferenceseries.com/scientific-program/


2017


 

14 mars 2017, UK

Société Britannique pour la Chimiothérapie Antimicrobienne, BSAC: Spring Meeting 2017: 

The Global Challenge of Multi-drug Resistant Gram Negative Bacterial Infections

International Convention Centre, Birmingham UK

Abstracts et posters à envoyer à (English) edavies AT bsac.org.uk – date limite, 20 janvier 2017

Le Temps de la Résistance aux Antimicrobiens / AMR -Times
Newsletter publiée par les associations ACdeBMR/WAAAR et SOI
Le contenu de cette newsletter n'engage pas l'association ACdeBMR/WAAAR ou SOI, seuls les auteurs sont responsables des vues exprimées.
L'équipe rédactionnelle:
-Mostafa El Yamany (Égypte et Pays Bas), pharmacien et doctorant sur la RAM, Rédacteur
-Natasha Frank (Suisse), graphiste, mise en page papier
-Alia Henedi, BA Pharmacienne, Pharm.D. Candidat, contributions
-Amr El-Ateek, BA Pharmacienne, Pharm.D., contributions
-Dr Jérome Larché, (France), médecin praticien en exercice, contributions
-Nora Malhouf, (Algérie) doctorante RAM, journaliste et traductrice
-Jean-Jacques Monot, (France) ingénieur informaticien, bases de données et édition
-Garance Fannie Upham, Rédactrice en Chef (garance@waaar.ch)
Contact: Editor@amr-times.info
L'abonnement à la Newsletter est gratuite.
Nous aimerions encourager les membres de WAAAR à renouveler leur cotisation, et à ceux qui nous découvrent de le faire. C’est seulement 30 euros, et 100 pour les sociétés. C’est possible en ligne sur le site : www.waaar.org / via un site sécurisé.
Nous prévoyons le lancement d'un journal en ligne.
Pour cela, et pour pérenniser une équipe essentiellement bénévole, nous aimerions solliciter des financements. SVP prenez contact avec la rédaction si vous souhaitez contribuer des nouvelles ou bien pour nous aider financièrement.
AMR CONTROL:  ACdeBMR /WAAAR réalise aussi une publication annuelle AMR CONTROL avec plus de 30 experts de rennomée internationale pour chaque édition, 2015, et bientôt 2016 en collaboration avec une maison d'édition à Londres, GHD (en anglais). Rédacteur en Chef, Dr Jean Carlet, avec Garance Upham,  AMR CONTROL peut être téléchargé gratuitement depuis le site de la maison d'édition et/ou des copies imprimées (plus de 150 pages en A4) demandées en s'inscrivant sur le site de GHD: www.globalhealthdynamics.co.uk.
Copyright © 2016 AMR-TIMES, All rights reserved.

Our mailing address is: 
editor@amr-times.info

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list
 






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
AMR-TIMES · Safe Observer International, EU offices, BAT. J, LE PRIEURE · PREVESSIN 01280 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp