Copy
Le Temps de la Résistance aux Antimicrobiens Newsletter
N°1, Vol. 1

Nous vous faisons parvenir cet avant projet de newsletter sur la Résistance aux Antimicrobiens (RAM) parce que vous avez travaillé sur cette question, êtes membre ou simplement supporter de la WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance)​ /ACdeBMR, ou alors aviez contribué à la publication AMR control 2015

Thématiques de la RAM: 

  1. Mobilisation des gouvernements et Plans d'action pays contre la RAM
  2. Communication et sensibilisation du public et des décideurs
  3. Contrôle infectieux et épidémies en milieu hospitalier
  4. R & D, propriété intellectuelle, innovations et essais cliniques
  5. Surveillance et monitoring de l'émergence de la RAMS
  6. Bon usage des antibiotiques, usage rationnel et rôle des pharmaciens
  7. Outils de diagnostic et équipements, laboratoires
  8. Rôle de l'environnement dans la RAM. Gestion de l’eau et des déchets
  9. 'Une Seule Santé' (FAO-OMS-OIE) = continuum santé animale santé humaine
  10. Vaccins et moyens de déploiement
  11. Estimations de l'impact économique de la RAM et investissements nécessaires
  12. e-Santé: technologies mobiles, internet, et soins ambulatoires
  13. RAM, épidémies et Sécurité sanitaire mondiale.
  14. RSI et Renforcement des systèmes de santé nationaux
Note de la rédaction (NDLR): Les thèmes à traiter sont en grande partie similaires aux groupes de travail établis par le nouveau programme sur la RAM de l'OMS, cependant ils ne sont ici que pour référence, car ils rendront plus aisée la recherche d'information pertinente par la suite sur le e-Journal. La newsletter paraîtra tous les 15 jours, puis toutes les semaines. Pour ce premier exemplaire, nous vous présentons un aperçu des nouvelles de 2016 et quelques rappels de 2015. A noter que nous avons aussi des interviews en exclusivité qui apparaîtront sur le site du e-Journal dès que ce dernier sera opérationnel.

Actualité

  • L'année 2015 a été marquée par l'élaboration du Plan national pour la préservation des antibiotiques de la France par une task force dirigée par le Président de l'Alliance WAAAR, le Dr Jean Carlet. La Ministre de la Santé, Marisol Touraine est intervenue pour souligner l'importance de ce Plan le 23 septembre dernier. Voici venu le moment de le mettre en pratique.

  • Nations-Unies 2016 : La Résistance aux Antimicrobiens (la RAM) sera le sujet phare pour les Chefs d’États en septembre 2016 puisque l'ouverture de la séance des Nations Unies à New York portera sur ce thème.
     
  • Le Conseil Exécutif de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’est réuni les 23-30 janvier 2016. L’OMS est de plus en plus en difficulté par manque de financement de ses fonctions centrales. La RAM fait partie des multiples urgences sur son agenda. Ce programme n’a qu’environ le quart du financement nécessaire actuellement.
     
  • Le Programme AMR de l’OMS a été réorganisé. Sous son nouveau directeur, l’ex directeur du CDC Europe, le docteur Marc Sprenger, le programme est divisé en 10 thèmes et équipes de travail, souvent rassemblant différents départements éparpillés à l’OMS.
     
  • L’impact mondial des maladies infectieuses est maintenant perçu dans sa dimension économique et sécuritaire.  A la suite d’Ebola, avec la RAM et maintenant le Zika, la prise de conscience du risque infectieux revient sur l’avant scène.
     
  • Avec l’Académie nationale de Médecine des USA une Commission (dirigée par Peter Sands, homme de la finance, Standard Chartered plc) a émis un rapport sur les maladies infectieuses comme premier problème de sécurité. La RAM fait partie des menaces mentionnées dans le rapport. La Commission propose une vaste réorganisation de la gouvernance sanitaire mondiale.
     
  • La Banque mondiale avait fait une évaluation du vaste impact économique d’Ebola, et prépare des évaluations sur l’impact de la RAM.
     
  • Davos, plus de 80 corporations, industriels de la pharmacie, ont émis une déclaration d’intention sur la RAM. L’impact de la AMR REVIEW de Londres est évident dans cette initiative. Nous avons traduit leur communiqué de presse.

Activités de la WAAAR

  • En continu – Travaux pour que la résistance aux antibiotiques soit ‘grande cause nationale
  • 29 février, participation à la consultation sur la RAM pour les États membres, OMS.
  • 12 mars, 14-15h30 Dacca, Bangladesh Séminaire dans le cadre de ICAAP12 (12ème Conférence internationale sur le SIDA en Asie Pacifique 12-14 mars), organisé par WAAAR et Safe Observer International avec l’organisation inter-gouvernementale Partners in Population and Development (PPD), organisateur d’ICAAP12. Le séminaire portera sur la Sécurité des Patients à l’ère du VIH et de la RAM, et comprendra d’éminents orateurs de l’OMS, et de USAID.
  • 16 mars, le Dr Jean Carlet ouvrira la conférence «Résistance aux Antibiotiques, une approche intégrée de l’environnement à l’homme» BIOCITECH Romainville, France. Plusieurs orateurs sont aussi membres de WAAAR et ont contribué à AMR Control 2015 et AMR Control 2016 (à paraître).

Autres infos, organismes de réglementation, revue de la presse médicale et scientifique:

L’Union Européenne (UE) examine une proposition pour la transparence des essais cliniques (due en mai 2016). 
Le journal du Parlement Européen rapporte qu’un groupe de députés membres de la Commission sur l’Environnement, la Santé Publique et la Sécurité des Aliments proposent une mise à jour de la loi de l’UE sur la médecine vétérinaire, proposant de bannir l’usage des antibiotiques en prévention et notamment en métaprophylaxie.
Le rapport de la députée au Parlement Européen Françoise Grossetête (groupe Chrétiens Démocrates/ Les Républicains) en tant que Membre de la Commission a été approuvé par 60 voix contre 2.
Elle est citée disant «Le vote d’aujourd’hui est un grand pas pour la santé animale et le combat contre la résistance aux antibiotiques». Les députés soulignent que les médicaments vétérinaires ne devraient jamais être utilisés pour compenser de mauvaises conditions d’hygiène dans l’élevage.

Liens web: http://www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/20160216IPR14596/Superbugs-curb-use-of-today%E2%80%99s-antibiotics-and-develop-new-ones-urge-MEPs

Recommandations de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) sur l’utilisation de la colistine en santé animale à la demande de la Commission européenne. Cela fait suite à la publication majeure : Emergence of plasmid-mediated colistin resistance mechanism MCR-1 in animals and human beings in China: a microbiological and molecular biological study. Liu, Y-Y, Wang, Y, Walsh, TR et al. Lancet Infect Dis. 2015; (published online Nov 18.) L’émergence du mécanisme de résistance à la colistine (MCR-1) – via les plasmids chez l’animal et chez l’homme en Chine : une étude biologique, microbiologique et moléculaire. Depuis les publications se succèdent montrant que l’usage de la colistine en santé animale se traduit notamment par l’apparition de la résistance dans la chaîne alimentaire.
 Le groupe CDDEP a publié L’état des lieux des Antibiotiques en 2015, ouvrage de référence, qui montre que l’Inde bat la Chine et les USA en terme de consommation d’antibiotiques et de taux de résistance aux antibiotiques

Revue de l'actualité sur la RAM

La Ministre de la Santé de la France, Marisol Touraine, a nommé le docteur Jean Carlet, Président de ACdeBMR, l'Alliance contre le Développement des Bactéries Multi-Résistantes, internationalement connue comme la World Alliance against Antibiotic Resistance, (WAAAR), pour mettre sur pied un Groupe de Travail pour un plan national RAM en France. Le Plan national pour la préservation des antibiotiques est disponible en ligne.

Un plan très ambitieux, à la hauteur des enjeux puisque la ministre, elle- même, en félicitant le Dr Carlet, (le 23 Septembre dernier) a souligné que la RAM faisait des dizaines de milliers de morts en Europe chaque année.

Elle a dit espérer une réduction de 25% dans la consommation annuelle d'antibiotiques en 2016 grâce à ce plan.

La France a un des taux de consommation les plus élevé en Europe, et le Plan note que 20 à 30% des ordonnances chaque années ne se justifient pas. La France a trois fois la consommation des Pays-Bas, de la Suède ou de la Norvège. De surcroît, seuls 30% des médecins généralistes ont recours à des diagnostics rapides dans les cas de maux de gorge.

Des centaines de milliers de personnes âgées dans des maisons de retraites sont mises sous antibiothérapie de façon routinière, sans que le personnel soit formé à la prescription!  Le plan est détaillé et peut être utilisé comme guide par tout pays qui n’ai pas encore élaboré son propre plan.

Nous avons noté la proposition d’études d’impact économique plus détaillées par le Dr Bruno Coignard, ce genre d’étude n’existe presque pas tant au niveau national qu’international. Si les hypothèses retenues pour ces études prospectives sont discutables, les coûts restent vertigineux quels que soient les scénarios envisagés. Sur la base de ces deux travaux, la « Review on Antimicrobial Resistance » a conclu qu’au niveau mondial, si rien n’est fait pour la contrer, la résistance aux antibiotiques pourrait conduire d’ici 2050 à 10 millions de décès et coûter à l’économie plus de 100 000 milliards de dollars.

Plusieurs des personnalités et experts ayant contribué à la rédaction du Plan national dans les groupes de travail, tels les professeurs Antoine Andremont, ou Céline Pulcini avaient contribué à la publication AMR Control 2015 dont le Dr Carlet est rédacteur en chef.

Liens web: Le Plan national: http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_antibiotiques.pdf
« AMR control 2015 » (anglais seulement, quelques articles traduits en français), maison d’édition www.globalhealthdynamics.co.uk



L’ouverture de l’Assemblée générale des Nations-Unies, en septembre 2016 se fera sur la Résistance aux Antimicrobiens avec les Chefs d’États, à New York.

A l’OMS, le Dr Keiji Fukuda, Sous Directeur Général (SDG) à l'OMS et Représentant Spécial du Directeur Général (Dr Margaret Chan) pour la RAM, a été chargé de la négociation et des préparatifs. Il était précédemment SDG pour la Sécurité Sanitaire.

Ces préparatifs pour l’ouverture des Nations-Unies sur la RAM ont été entérinés par le Conseil Exécutif de l’OMS en janvier. Tant le G7 à Berlin que le G20 ont aussi rassemblé les Ministres de la Santé pour parler de la RAM. Et 2016, où le G20 se tiendra à Hangzhou, en Chine aura aussi la RAM pour thème.

Liens web: Documents du CE en ligne en français: http://apps.who.int/gb/f/f_eb138.html
Voir le Document : B138_24 préparatif pour la RAM à l’Assemblée générale des Nations-Unies.



Ce Conseil Exécutif (CE) de l’OMS s’est donc réuni les 23-30 janvier au QG de l’OMS. Beaucoup d’États membres s’étaient manifestés cette année en envoyant des délégations  (tant les membres du CE que les autres) et la société civile était aussi très représentée.

Le point fort des discussions a été le retour en force de la menace posée par les maladies infectieuses, après plusieurs années plutôt ciblées sur les MNT (Maladies non-transmissibles). Suites d’Ebola, et indirectement de la RAM, l’émergence prévisible (et imprévisible) d’épidémies de maladies contagieuses a été amplement discutée comme représentant la première menace sur la sécurité sanitaire planétaire, avec pas moins de six groupes de travail, groupes inter-États, et commissions diverses sur Ebola, avec tous des éventails de recommandations. On remarquera notamment qu’il est proposé que face à ces menaces, ce soit les institutions macroéconomiques qui prennent les rennes du nécessaire renforcement des systèmes de santé et qui s’engagent dans un partenariat avec l’OMS pour s’assurer que les pays soient capables de contrôler les épidémies sur leur territoire. A cet effet, si les six groupes sur Ebola varient et même divergent, ils s’accordent sur deux points:

1) L’OMS a besoin de financement en fonds propres, et non plus du financement ‘ciblé’ et ‘lié’ à tel ou tel programme par les pays ou la Fondation Gates, qui ne soutiennent que le ‘chouchou’ du moment (chaque donateur sélectionnant ‘ses’ ou ‘son’ programme favori ;

2) Rien n’est possible sans renforcer les systèmes de santé dans les pays.

La WAAAR avait une petite équipe sur place parmi la société civile, mais pas en nom propre car nous n’avons pas encore le statut d’organisation en relations officielles avec l’OMS, un processus que nous sommes en train d’engager actuellement.

Le Dr Jean Carlet est venu une journée pour rencontrer des responsables de la RAM à l’OMS, ces derniers ont pris le Plan national avec grand intérêt considérant que bon nombre de pays, y compris des pays émergents, ou en Europe, n’ont pas encore commencé ce processus, comme nous l’ont confié pas mal de délégués dans les couloirs. La version en anglais du Plan est donc aussi attendue avec impatience.

Notre livre AMR Control 2015 a été remis aux chefs de délégations, Ministres et Directeurs des Services de Santé, ainsi que directeurs de centres de recherche.. Plusieurs délégués ont fait l’éloge du livre. Des contacts ont été pris pour le lancement de AMR Control 2016 lors de l’Assemblée mondiale de la Santé.


 
Réorganisation du Programme RAM à l’OMS.

Sous la direction du nouveau responsable de la RAM à l’OMD, et ex-directeur des CDC Europe, le Dr Marc Sprenger, le programme a été totalement refait de fond en comble avec une organisation efficace en groupes thématiques de travail. Pour ceux qui connaissent l’OMS c’est à la fois nouveau et très prometteur (quelque peu dans la lignée du programme Sécurité des Patients quand il fut lancé en 2004 avec un gros soutien de l’Angleterre). Ce nouveau programme RAM rassemble dix groupes de travail (qui ont ou non collaboré par le passé, et qui sont dépendant parfois de différents directeurs généraux à l’OMS).

Avec MSF (Médecins sans Frontière), la WAAAR avait été invitée comme ‘observateur’ à la réunion du groupe d’expert du STAG AMR (Stategic and Technical Advisory Group- Groupe de Conseil Stratégique et Technique pour la RAM) en novembre dernier. Parmi les autres observateurs ne venant pas du milieu associatif, on notait la FAO, l’OIE, l’EMA, le ECDC.

Le Dr Sprenger, Directeur du Secrétariat AMR à l’OMS a présenté la nouvelle coordination. Outre la position spéciale du Dr Fukuda, chargé de la GA aux Nations-Unies, le programme RAM de l’OMS est organisé comme suit:

1– Soutien des Plans d'action des Pays Membres (Carmem Pessoa da Silva)

2 – Monitoring et Evalution (Liz Tayler)

3 – Soutenir des mesures pour le Contrôle infectieux (Benedetta Allegranzi)

4 – Campagnes mondiales de Communication (Olivia Lawe-Davies)

5 – Monitoring de l’usage des Antibiotiques et promotion du Bon Usage’ (Gilles Forte)

6 – Améliorer le diagnostic sur le lieu du soin (Francis Moussy)

7–  Traiter du rôle de environnement dans la génération de la RAM (Kate Medlicott)

8 –  Liaison ‘Une Seule Santé» OMS-FAO-OIE (Awa Aidara Kane)

9 – R & D, (Peter Beyer)

10 – Les Vaccins pour prévenir la RAM (Martin Friede) (En discussion)

Avec en plus le programme GLASS (Global Antimicrobial Resistance Surveillance System) avec Carmem Pessoa.

De plus les départements suivant à l’OMS:  VIH-TB-Paludisme; MNT, MST, Santé maternelle, seront appelés à collaborer.

NDLR: les thèmes de cette newsletter se proposent de se faire en écho à ces thèmes ci.



Quel impact sur l’Économie et la Sécurité mondiale pour les maladies infectieuses? Cette question arrive en premier à l’ordre du jour dans la foulée du choc Ebola, avec la RAM juste derrière (et maintenant la crise sur le virus Zika). Au cours du Conseil Exécutif, les discussions ont commencé en amont, le dimanche après midi, sur l’ETAT DE PREPARATION à l’arrivée d’épidémies et même de pandémies considérant comment s’est déroulé la flambée d’Ebola. Parmi les documents publiés par les six groupes divers sur Ebola, groupes inter-gouvernementaux, groupes d’experts, groupes universitaires, celui qui va le plus loin dans les propositions de réformes et celui de la Commission établie par la NAM aux États Unis (l’Académie nationale de Médecine), "The Neglected Dimension of Global Security A Framework to Counter Infectious Disease Crises" – La dimension occultée de la sécurité globale, un cadre pour contrer les flambées de maladies infectieuses.  Commission sur un cadre du risque sanitaire mondial pour l’avenir. Dans ce rapport de 144 pages (seulement en anglais), la Commission, dirigée par un homme venant de la finance, Peter Sands (CEO, Standard Chartered plc), propose une refonte profonde de tout le système onusien en terme de gouvernance et de gestion de la santé. Ainsi, ce dimanche après midi 24 janvier, environ 70 pays représentés par leurs Ministres de la Santé, et ou Directeurs des services de santé, et autres représentants, avec la société civile,  ont entendu les différents rapports. De plus,  il y avait eu une pré- conférence le 21 janvier à l’Institut de Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID connu comme ‘le Graduate Institute’ de Genève, organisée par Mme Ilona Kickbush, Directrice du Programme Santé Mondiale IHEID et également membre d’un des groupes d’experts.

La question posée par l’ensemble des groupes mais tout particulièrement par cette Commission porte sur le futur de l’OMS, symbole du système des Nations-Unies de l’après guerre, et la question du futur de la gestion nationale souveraine des systèmes de santé dans chaque pays.

“Il faut tout de même rappeler que le budget global de l’OMS correspond tout juste à celui d’un grand hôpital en Europe, et que le financement du Fond mondial VIH-TB-Palu, est moins important que le financement santé d’un pays comme le Brésil.” Nous disait un proéminent représentant de la société civile, tandis qu’un ancien membre de TDR (Tropical Disease Research) s’inquiétait de la prééminence des institutions macro-économiques dans les projets de réforme.

Les recommandations de la Commission sont multiples, nous donnons ici les plus saillantes:

« Recommandation B4. La Banque mondiale, les donateurs bilatéraux et multilatéraux, devraient déclarer que le financement pour le renforcement des systèmes de santé sera conditionné à la participation du pays au processus d’évaluation externe.

Recommandation B.5: Le Fond monétaire international (FMI) devrait inclure l’état de préparation d’un pays à faire face à une pandémie dans son évaluation de la politique et de l’économie d’un pays particulier, se basant sur les évaluations externes des capacités principales au niveau national.

Recommandation C6: D’ici fin 2016, l’OMS et les gouvernements, au niveau national, devraient avoir développer les moyens de coopérer avec les acteurs non-étatiques, y compris les organisations de la société civile au niveau national et international, le secteur privé, et les médias. »

Les grandes conclusions sont que: « les maladies infectieuses représentent une menace importante pour la sécurité mondiale – pour les vies humaines et le bien-être économique (…) Nous avons négligé cette menace – Ebola et d’autres flambées épidémiques ont révélé de graves lacunes dans pratiquement tous les aspects de nos systèmes de défense... »
«Le besoin d’investir davantage pour atteindre un bon niveau de préparation en vue de pandémie est très clair.
– USD 4.5 milliards par an réduirait les risques en terme de vies humaines et de fardeaux sur les moyens de subsistance.

– Investir dans la préparation et la prévention est bien plus efficace en termes de coût que de réagir quand ça arrive » (très justifié par l’étude de la Banque mondiale sur Ebola, voir ci dessous).

La Commission recommande :
«– Le renforcement de la première ligne de défense – les capacités en santé publique et en infrastructures au niveau national.

– Le renforcement des capacités et de la coordination au niveau régional et global.
– D’accélérer la R&D »

Liens web:  http://nam.edu/wp-content/uploads/2016/01/Neglected-Dimension-of-Global-Security.pdf et aussi:
http://graduateinstitute.ch/home/research/centresandprogrammes/globalhealth/events/international-geneva/page/programm
voir aussi avec Laurie Garrett au Graduate Institute: Quand l’agenda santé rencontre l’agenda de la sécurité. http://graduateinstitute.ch/home/research/centresandprogrammes/globalhealth/events/international-geneva/health-security/event-materials.html
et le document de Ilona Kickbusch : http://www.ilonakickbusch.com/kickbusch/global-health-security/index.php

Claus Haugaard Sorensen, Directeur général de ECHO à l’Union Européenne, a commenté au cours des présentations ce dimanche là, que si les Pays Membres n’augmentent pas leur financement ‘central’ –  le financement propre – pour l’organisation OMS et agissent pour créer un mécanisme de réponse aux urgences au centre de l’OMS, alors elle risque de subir le sort de la FAO, qui a vu la création du Programme Alimentaire Mondial, comme entité séparée, la privant ainsi de ressources, de fonds et d’influence.

Des membres de la Mission française auprès des Nations-Unies répétaient les mises en garde de Sorensen dans le hall, dans d’informelles discussions.

Dans les couloirs, des commentaires notent que cette éventualité est déjà arrivée par le passé quand une initiative de l’ex DG de l’OMS Gro Harlem Bruntland, pour augmenter les fonds propres, s’était muée en fondation de droit privé suisse, le célèbre Fond Mondial contre le SIDA, par la suite étendu à la tuberculose et au palu.



Forum économique de Davos- plus de 80 entreprises de la pharmacie, du diagnostic et des biotechnologies ont lancé une déclaration majeure sur la RAM. La Review on AMR établie par le Premier Ministre du Royaume Uni, David Cameron, sous le leadership de Lord Jim O’Neill a publié un communiqué de presse le 21 janvier 2016: « GLOBAL PHARMACEUTICAL INDUSTRY CALLS ON GOVERNMENTS TO WORK WITH THEM TO BEAT THE RISING THREAT OF DRUG RESISTANCE ». (voir traduction en fin de newsletter réalisée par l’équipe de WAAAR, Genève).

Ces entreprises félicitent Jim O’Neill d’avoir évalué tant l’impact économique de la RAM que les investissements nécessaires pour y faire face. Elles en appellent à une collaboration de type partenariat public-privé pour soutenir l’investissement dans la R&D pour de nouveaux produits afin de faire face aux ‘super-microbes’. Elles proposent d’accélérer les procédures d’autorisation de mise sur le marché, des prix plus élevés pour les AB, tout en reconnaissant la nécessité de garantir l’accès aux médicaments pour tous les revenus et toutes les régions du monde (une initiative des Nations-Unies est en cours actuellement à ce sujet). Enfin, elles notent, en passant, les possibles avantages du ‘découplage’ qui distingue la rémunération de la recherche, des revenus par le marché, en parlant de «mécanismes pour veiller à ce que, le cas échéant, le prix des antibiotiques reflète plus adéquatement les avantages qu'ils apportent; et de nouveaux modèles de paiement qui réduisent le lien entre la rentabilité d'un antibiotique et le volume vendu.»

Liens web:http://amr-review.org/industry-declaration Et voir version en français à la fin de la newsletter.
La publication de WAAAR AMR Control 2015 comprend un article majeur de Marie-Paule Kieny, Directrice Générale Adjointe de l’OMS en charge de la R&D (et du renforcement des Systèmes de Santé).

http://www.globalhealthdynamics.co.uk/wp-content/uploads/2015/05/04_Kieny.pdf
Une traduction vers le français est disponible sur demande : contact@AMR-times.info (traductrice, Laëtitia Yehoudit Kitoko)


Commentaires :

Peter Sands, président de la Commission cité plus haut, estime que la crise ‘Zika’, quel que soit son aboutissement, ne fait que renforcer les recommandations de la Commission sur la Sécurité du point de vue sanitaire, puisque le financement d’un système centrale pour toute crise actuelle ou à venir serait plus économique et plus efficace que le coup par coup actuel. (Financial Times, 1er février 2016)

Les associations de la société civile et la Fondation Fiocruz au Brésil s’activent pour que l’on porte plus d’attention à la gestion de l’eau et des déchets, qu’ils soient déchets humains ou animales, déchets des foyers ou déchets de la production industrielle et agricole, rappelant que le Brésil a souffert de sévères épidémies de fièvre de dengue, – une maladie elle aussi transmise, comme le Zika, par les moustique Aèdes Egypti, avec un total de 1.6 million de cas notifiés et 863 morts rien qu’en 2015. En 2014 seule un peu plus de la moitié des Brésiliens bénéficiait de l’accès aux égouts, et la Confédération de l’Industrie récemment doutait que les objectifs d’accès à des systèmes sanitaires eau et déchets soient atteints avant 2050 ! C’est ainsi que Dante Ragazzi Pauli, président de l’Association brésilienne pour l'ingénierie sanitaire et environnementale (ABES) « Plus de Sanitaire, moins de Zika » est le thème d’un séminaire à Sao Paulo, partie d’une campagne pour mettre en avant l’importance de ces questions dans la gestion de la santé publique.

C’est aussi le constat d’un chercheur et médecin français épidémiologiste spécialiste des régions pauvres, Hubert Barenne, récemment au Cambodge: investir dans l’assainissement serait éminemment profitable à la santé des populations, permettrait une gestion en amont des problèmes de prolifération des moustiques, et diminueraient fortement les maladies diarrhéiques les plus tueuses pour les enfants.  Un chercheur en pointe sur la RAM, le médecin australien Tim Walsh, a lui aussi souligné que la meilleur façon de contrer la RAM actuellement serait de gros investissement dans la gestion de l’eau et des déchets dans les pays émergents comme l’Inde et la Chine.
Enfin, il est peut être pertinent de rappeler que la Résolution sur la Couverture Sanitaire Universelle (la CSU, et UHC in English) introduite par la France aux Nations-Unies à New York, mettait bien le terme ‘sanitaire’ dans son intitulé, envisageant la santé publique comme un tout impliquant l’environnement et ce sont des détournements et oublis qui ont permis ensuite d’en faire un appel à de simple systèmes d’assurance universels...


 
Un étude de la Banque mondiale sur Ebola met en avant les coûts terrifiants pour les économies de l’Afrique de l’Ouest de la seule épidémie d’Ebola, coût économiques directes et indirectes, chutes du PIB. Cette estimation, faite en pleine période d’épidémie, envisageait une évolution plus dramatique encore d’Ebola. Cependant les dernières nouvelles de l’OMS et d’autres sources montrent que le chiffre de 10 000 morts d’Ebola même est très sous-évalué et la mortalité indirectement causée pour d’autres maladies est très élevée. En plus, à travers le cas de l’infirmière du Royaume uni, très médiatisé, on voit que les survivants d’Ebola subissent des effets secondaires débilitants, tandis que les services de santé, auparavant exsangues, le sont encore plus, et les propositions de reconstructions restent sur le papier, y compris les idées décoiffantes de Laurie Garrett.

La Banque mondiale effectue des recherches pour estimer la RAM à son tour, mais rien n’a encore été publié, et actuellement la littérature sur l’impact économique, fait l’impasse sur les probables épidémies de maladies résistantes aux antibiotiques.

Liens web: https://openknowledge.worldbank.org/ THE ECONOMIC IMPACT OF THE 2014 EBOLA EPIDEMIC
How Cuba Could Stop the Next Ebola Outbreak. By Laurie Garrett; May 6, 2015 Foreign policy. http://foreignpolicy.com/author/laurie-garrett/



MOOC sur la RAM (en anglais): The British Society for Antimicrobial Chemotherapy (BSAC) en collaboration avec l’Université de Dundee a lancé un cours en ligne sur la RAM, un MOOC. Cette initiative est dirigée par le président actuel de la BSAC, le Professeur Dilip Nathwani.
Liens web : https://www.futurelearn.com/courses/antimicrobial-stewardship



Du Bon Usage des Antibiotiques- expérience concluante en Angleterre avec Dame Sally Davies
Apporter un feed-back basé sur des normes sociales à des médecins généralistes qui prescrivent trop, a  fait l’objet d’une étude randomisée en Angleterre. Cette étude a montré que le comportement de ceux-ci pouvaient être modifié.

(Essai clinique randomisé, avec la participation notoire de Dame Sally Davies, pionnière dans la lutte contre la RAM et DGS des services de santé de l’Angleterre.

Liens web : « Provision of social norm feedback to high prescribers of antibiotics in general practice: a pragmatic national randomised controlled trial » http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(16)00215-4



L’Union Européenne doit statuer sur la transparence dans les essais cliniques -décision en mai 2016..
«Un règlement européen relatif aux essais cliniques de médicaments à usage humain a été publié au Journal officiel de l’Union européenne du 27 mai 2014. Son entrée en vigueur devrait intervenir au plus tôt le 28 mai 2016, sous réserve de la mise en place d’un portail européen unique pour l’ensemble des parties concernées par les essais cliniques » rapportait l’ANSM (l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).

L’Agence Européenne du Médicament (EMA= European Medicines Agency) a lancé une nouvelle version de la base de données des essais cliniques – European Clinical Trials Database- (EudraCT v10).

Liens web: https://eudract.ema.europa.eu/
http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Application-du-reglement-europeen-relatif-aux-essais-cliniques-de-medicaments-Mise-en-place-par-l-ANSM-d-une-phase-pilote-Point-d-information
http://www.ema.europa.eu/ema/curl=pages/special_topics/general/general_content_000555.jsp
http://www.who.int/mediacentre/news/notes/2015/medical-research-transparency/en/



Natural Antimicrobials and Oral Microorganisms: A Systematic Review on Herbal Interventions for the Eradication of Multispecies Oral Biofilms By Karygianni L, Al-Ahmad A, Et Al.  Jan 14, 2016
Les auteurs effectuent une recherche systématique à partir de la litterature sur les plantes en phytothérapie potentiellement utiles contre les maladies buccales telles que les caries et les parodontites qui sont principalement causées par des biofilms microbiens. Etant donnée la montée en puissance de la résistance aux antibiotiques, ils font un état des lieux des effets antimicrobiens de différentes herbes médicinales contre les biofilms buccaux in vitro, ex vivo et in situ.

(Recherche à partir des banques de données anglaises et de cinq publications en allemand). L’article comprend un tableau important des plantes ayant démontré un certain degré d’efficacité.

Les extraits de plantes montrant des effets anti-adhésifs et antibiofilms: extraits de Vitis vinifera, Pinus spp., Coffea canephora, Camellia sinensis, Vaccinium macrocarpon, Galla chinensis, Caesalpinia ferrea Martius, Psidium cattleianum, de plantes typiques du Brésil et de miel manuka. Les auteurs constatent une efficacité certaine et propose d’intégrer, voir de remplacer selon les cas, les protocoles conventionnels par des traitements de phythothérapie pour le control des biofilms buccaux et des maladies dentaires.

Liens web: www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4712263/pdf/fmicb-06-01529.pdf



Des plantes efficaces contre les SARM, et de l’intérêt de la recherche en ethnobotanique pour la lutte contre la résistance aux antibiotiques.

Dans l’édition 2016 du livre (parution en mai 2016) par la WAAAR “AMR Control”, un aperçu des possibilités offertes par les nouvelles recherches à partir d’analyses de la médecine traditionnelle par les plantes, par la professeur Cassandra L. Quave, PhD, ethnobotaniste, professeur adjointe de Dermatologie et Santé humaine, et Conservateur de l’Herbier de l’Université d’Emory, USA où elle dirige les initiatives en terme de recherche de nouveaux médicaments anti-microbiens, et elle enseigne. Professeure Cassandra Quave a récemment défrayé la chronique par ses recherches sur des composés à partir de feuilles de châtaigniers pour traiter des Staphylocoques dorés résistants aux antibiotiques. Ces extraits de Castanea sativa ne sont pas biocides, mais par contre inhibent le quorum sensing. Elle a reçu un ‘grant’ de 1,8 million de dollars pour le développement de son produit de la part du NIH (Institut National de la Santé des USA).

L’article scientifique: Quave CL et al. 2015. Castanea sativa (European Chestnut) Leaf Extracts Rich in Ursene and Oleanene Derivatives Block Staphylococcus aureus Virulence and Pathogenesis without Detectable Resistance. 

Pour AMR Control 2016, (à paraître) Pr Quave résume ainsi son propos:
« Les plantes ont été une source précieuse d'ingrédients pour la médecine traditionnelle depuis des millénaires. (…) Cependant, les plantes ne représentent qu'un minuscule pourcentage du répertoire actuel des médicaments antibactériens approuvés par la FDA. Cet article donnera un aperçu des avantages et des défis que représente l'exploration des plantes comme une nouvelle source d'antimicrobiens à utiliser dans la lutte contre les bactéries multirésistantes. Il examine également l'approche ethnobotaniste pour la découverte de médicaments et examine un certain nombre de cibles innovantes pour les futurs efforts de découverte de médicaments dans ce domaine.»


Liens web:  Articles de presse en général: English: De l’université d’Emory: http://www.eurekalert.org/pub_releases/2015-08/ehs-cly081815.php
http://www.sci-news.com/medicine/science-chestnut-extract-staphlococcus-aureus-03159.html- -En  français (blog) : http://amgar.blog.processalimentaire.com/contaminant-chimique/un-extrait-de-feuilles-de-chataignier-desarme-des-staphylocoques-mortels/



La résistance à la colistine fait la une depuis 2015.

Le premier rapport sur le mécanisme de résistance à la colistine via le transfer de plasmide, en Chine, a fait la une et retenue l’attention de tous les acteurs de la lutte contre la résistance aux antibiotiques, à commencer par l’OMS.

Emergence of plasmid-mediated colistin resistance mechanism MCR-1 in animals and human beings in China: a microbiological and molecular biological study. Liu, Y-Y, Wang, Y, Walsh, TR et al. Lancet Infect Dis. 2015; (published online Nov 18.) L’émergence du mécanisme de résistance à la colistine (MCR-1) – via les plasmids chez l’animal et chez l’homme en Chine : une étude biologique, microbiologique et moléculaire.

Les auteurs y soulignaient que l’émergence de MCR-1 (mécanisme de résistance à la colistine) annonçait une faille dans la protection par le dernier groupe d’antibiotiques encore efficace, les polymyxines, par une résistance portée par des plasmides. Actullement centré sur la Chine, le MCR-1 risque bien de faire comme d’autres mécansimes de resistance tels le NDM-1 découvert par Timothy Walsh, en Inde, et qui a maintenant fait le tour du monde. «nos découvertes – disent les auteurs- soulignent le besoin urgent d’action mondiale coordonnée dans la lutte contre les bactéries Gram négatives globalement pharmacorésistantes. »

La colistine est encore administrée aux animaux, parfois systématiquement dans l’élevage dans certaines régions du monde, et tolérée en Europe.

Liens web: http://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099%2815%2900424-7/abstract



Co-occurrence of extended spectrum β lactamase and MCR-1 encoding genes on plasmids. Auteurs : Marisa Haenni, Laurent Poirel, Nicolas Kieffer, Pierre Châtre, Estelle Saras, Véronique Métayer, Romain Dumoulin, Patrice Nordmann, Jean-Yves Madec, 07 Janvier 2016. Co-location de gènes codant MCR-1 et ESBL sur des plasmides.

Une équipe française avec Jean-Yves Madec et al.  Les auteurs se réfèrenent à la publication citée ci dessus par Liu et al, et rapportent: “Nous avons examiné des isolats de E coli positif ESBL trouvés en France pour rechercher de la résistance à la colistine.  Des isolats ont été ramassés entre 2005 et la mi année 2014 à partir des selles de diarrhées de veaux à la ferme, cela faisant partie de la surveillance de la résistance antimicrobienne en France, le Resapath surveillance network de la résistance chez l’animal.

Liens web: http://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099%2816%2900007-4/fulltext?rss=yes- https://www.anses.fr/fr/content/r%C3%A9sistance-aux-antibiotiques-de-nouveaux-%C3%A9l%C3%A9ments-concernant-la-colistine



L’Agence européenne du médicament (EMA) publie un avis sur l’usage de la colistine chez l’animal (nouvelles datées du 11 janvier 2016)

Rapportant la découverte de résistances à la colistine dans plusieurs pays d’Europe (Pays Bas, Angleterre, Danemark), (mais aussi Italie, France etc.), l’EMA annonce un révision des recommandations relatives à la colistine à la demande de l’Union europenne.

Liens web: http://www.ema.europa.eu/ema/index.jsp?curl=pages/news_and_events/news/2016/01/news_detail_002455.jsp


Antimicrobial Resistance and Molecular Epidemiology of Escherichia coli Causing Bloodstream Infections in Three Hospitals in Shanghai, China. par Wang S, Zhao SY, Et Al. Pub. Jan 29, 2016. Résistance aux antimicrobiens et épidémiologie moléculaire des Escherichia coli sources d’infections de la circulation du sang dans trois hôpitaux à Shanghai, en Chine.

Etude rétrospective multicentrique sur la résistance antimicrobienne et le lignage phylogenetic d’isolats de E coli collectés à partir de sang dans trois hôpitaux de Shanghai. Les taux de résistance pour la pénicilline, les cephalosporines de deuxième génération, les fluroquinolones et les tétracyclines étaient élevés (>60%), cependant la diversité génétique n’indique pas d de transmission nosocomiale. Les auteurs appellent à plus de surveillance, sur plus d’hôpitaux.

Liens web: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4733056/pdf/pone.0147740.pdf



Exploration of over the counter sales of antibiotics in community pharmacies of Addis Ababa, Ethiopia: pharmacy professionals’ perspective. By Gebremedhin Beedemariam Gebretekle and Mirgissa Kaba Serbessa. Jan 29, 2016 
Enquête sur la vente d’antibiotiques au comptoir dans les pharmacies d’Addis Abeba, Éthiopie: point de vue des professionnels de la pharmacie.

Cette étude a été menée sur 5 pharmacies choisies au hasard à Addis Abeba. Les participants ont constaté que les AB étaient fréquemment vendus sans ordonnance, et estiment que la tendance à vendre sans ordonnance est en augmentation. Amoxicillin, Ciprofloxacin et CCotrimoxazole étaient fréquemment vendus sans ordonnance. Les raisons semblent être la recherche de la profitabilité maximale, la pression des clients, de faibles mécanismes de réglementation et des conflits d’intérêt concernant les professionnels. En conclusion: une réglementation plus sévère et des campagnes d’information des communautés sont urgentes.

Liens web: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4734870/pdf/13756_2016_Article_101.pdf



The Global Pandemic of Falsified Medicines: Laboratory and Field Innovations and Policy Perspectives . By Gaurvika M. L. Nayyar, Joel G. Breman, and James E. Herrington. Published on Apr 20, 2015 
La pandemie mondiale de médicaments falsifiés, innovations en laboratoire et sur le terrain et perspectives en terme de politiques.

Un supplément de la American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, au sujet des médicaments falsifiés qui rassemble 17 articles sur les méthodes et les technologies de détection, les données de la surveillance in situ, les perspectives multi-sectorielles, les interventions envisageables et les recommandations nécessaires. Donc un document de référence. Le but du dossier étant d’alerter les scientifiques comme les autorités de santé publique et les décideurs afin d’agir sur ce problème.

Ils mettent en avant les 122 milliers de morts d’enfants à cause d’anti-paludéens de mauvaise qualité, et les 75 milliards en revenus illégaux. De nouvelles technologies arrivent qui permettraient de mieux détecter les médicaments sous-standard, mais seraient-elles accessibles aux pays sous-développés?

Ils mettent en avant des rapports sur le terrain faisant état de tests (sept études de qualité) sur 16 800 produits – anti-paludéens, antibiotiques et anti-leishmanioses et entre 9 et 41% n’ont pas passé les tests en moyenne.

En conclusion les auteurs proposent une réponse internationale coordonnée via une convention globale et des lois nationales en accord (mais où sont les moyens de mettre en œuvre des lois nationales s’il manque les pharmaciens, et approvisionnement des centres de soins en médicaments? NDLR). L’article met donc  en avant des questions clefs, et élabore des réponses, notamment sur l’accès aux outils de diagnostics, mais le tableau de la situation n’est pas complet, surtout sur la question de l’accès et de l’approvisionnement (voir par ailleurs l’initiative des Nations Unies sur cette question cette année), sans parler de la définition de ‘contrefait’ qui a donné lieu à d’important conflits à l’OMS.

Mettre toutes les ressources sur la contrefaçon des médicaments sans un effort particulier pour l’accès à des médicaments de qualité à un prix raisonnable, surtout dans les pays à bas revenu, et les pays intermédiaires émergents avec une très importante population de pauvres, serait comme repousser l’eau sur la colline avec un râteau… (dicton du Moyen Orient).

Liens web : http://www.ajtmh.org/content/92/6_Suppl/2.full.pdf



Fate of antibiotic resistant bacteria and genes during waste water chlorination: implications for AB resistance control. By Qing-Bin Yuan, Mei-Ting Guo and Jian Yang. March 4, 2015
Le sort des bactéries et des gènes résistants aux antibiotiques durant la chloration des eaux usées : conséquences pour le contrôle de la résistance.

Depuis longtemps la chloration a été appliquée pour le traitement des eaux usées pour éliminer les bactéries résistantes aux antibiotiques (BRA), et certaines études antérieures ont enquêté sur l'élimination de diverses BRA par la  chloration des eaux usées. La plupart des chercheurs ont rapporté une élimination efficace de quantité de BRA par chloration. Cependant, l'inactivation efficace des BRA n’est pas synonyme d’élimination de la résistance aux antibiotiques dans les eaux usées. Pour cela il faut prendre en compte ce qui se passe pour les gènes de résistance aux antibiotiques (GRA), or on observe que les GRAs rejetés dans l'environnement persistent pendant une longue période et puis finalement se transfèrent dans de nouveaux hôtes. Par conséquent, cette étude a porté sur le sort de neuf types de bactéries résistantes aux antibiotiques, ainsi que deux séries de gènes de résistance aux antibiotiques dans les eaux usées traitées par différentes doses de chlore. Les résultats indiquent que la chloration est efficace pour inactiver les bactéries résistantes aux antibiotiques. La plupart des bactéries ont été inactivées complètement à la dose la plus faible (15 mg Cl2 min / L), comme la littérature précédente l’a suggéré. Par contre, la chloration n'a pas été jugé efficace pour lutter contre la résistance aux antibiotiques, puisque les GRAs ne sont pas éliminés par la chloration. Les auteurs recommandent de porter plus d’attention sur le  risque potentiel de gènes de résistance aux antibiotiques dans les eaux usées après la chloration, et souligne le besoin urgent d'étudier davantage la situation et de trouver des solutions de rechange à la chloration qui peut potentiellement désactiver les GRAs.

Web lien: http://www.plosone.org/article/fetchObject.action?uri=info:doi/10.1371/journal.pone.0119403



Carbapenem-Resistant Bacteria Recovered from Faeces of Dairy Cattle in the High Plains Region of the USA. By Webb HE, Bugarel M, Et Al. Published on Jan 29, 2016
Des bactéries résistantes aux  carbapénèmes récupérées dans des matières fécales de bovins laitiers dans la région des High Plains aux USA.

L'étude a été menée pour récupérer les bactéries résistantes aux carbapénèmes des matières fécales des bovins laitiers et d'identifier les mécanismes génétiques sous-jacents associés à une diminution de la sensibilité phénotypique aux carbapénèmes. Le résultat global de l'étude a montré que les bactéries résistantes aux carbapénèmes semblent rares chez les bovins. Néanmoins, plusieurs genres différents de bactéries résistantes aux carbapénèmes ont été détectés et se sont trouvé abriter toute une variété de mécanismes conférant une sensibilité réduite. Le développement et la diffusion de bactéries résistantes aux carbapénèmes dans le bétail auraient de graves conséquences pour les options de traitement thérapeutique en médecine humaine; ainsi, la surveillance continue de la sensibilité aux carbapénèmes chez les bactéries entériques des animaux d'élevage est justifiée.


Liens web: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4732617/pdf/pone.0147363.pdf


Le Temps de la Résistance aux Antimicrobiens info:-
Réalisée en avant projet par une équipe de supporters, le contenu de cette newsletter n'engage pas l'association ACdeBMR/WAAAR. Le comité éditorial provisoire, Garance F Upham avec le soutien d'une petite équipe de bénévoles et de stagiaires, la mise en place avec la participation de Mostafa El Yamany, pharmacien et doctorant sur la résistance aux antibiotiques.
Follow us on Twitter !
Follow us on Twitter !
Copyright © 2016 AMR-TIMES, All rights reserved.

Our mailing address is: 
editor@amr-times.info

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list