Copy
Le Temps de la RAM Newsletter #2
Avril 2016

Vous avez reçu cette lettre d'information sur la résistance aux antimicrobiens (RAM) parce que vous avez effectué de la recherche ou du plaidoyer dans ce domaine, vous êtes membre ou tout simplement un supporter de la WAAAR (The World Alliance Against Antibiotic Resistance) / ACdeBMR, ou vous avez contribué à la publication  AMR control 2015 (ou 2016 qui paraîtra bientôt).

Note de la rédaction: Nous passerons de mensuel à bi mensuel fin mai, donc AMR Times sera plus court. Nous nous excusons pour le retard de cette édition d’avril dû à un accident grave de notre rédactrice en chef.

Pour voir l’édition de mars, cliquer sur ce lien

A La Une: 

  • Une consultation de l'OMS sur la RAM avec des représentants de la société civile, 5 avril, 2016
     
  • Le Chancelier britannique George Osborne explique au FMI que la RAM pourrait tuer 10 millions de personnes par an sans une action décisive
     
  • La Sécurité des Patients et le VIH à l'ère de la RAM, un rapport spécial pour AMR-Times depuis Dacca
     
  • De nouvelles normes pour la gestion des déchets biomédicaux en Inde, un pas dans la bonne direction
     
  • Profils de sensibilité aux antibiotiques de Helicobacter pylori au Bangladesh: résistance émergente à la lévofloxacine
     
  • L'impact de la Politique des Médicaments essentiels de l'OMS sur l'utilisation inappropriée des antibiotiques
     
  • Une analyse critique de la Review on AMR et du Mécanisme de Financement de la Banque européenne d'investissement.

La RAM et la Santé Mondiale

Le Chancellier britannique George Osborne explique au FMI que la RAM pourrait tuer 10M de personnes en 2050 par an sans une action décisive

Lors d’une réunion d’experts au Fond Monétaire International (FMI) à Washington, USA, le Chancelier britannique George Osborne a sonné l’alerte disant que 10 millions de personnes par an pourraient mourir à travers le monde d'ici à 2050 d’infections pharmaco-résistantes - plus que le nombre de personnes mourant de cancers chaque année - si aucune action décisive n’a été prise pour contrer la RAM. Il prévoit que cette résistance aurait d'énormes conséquences économiques, et pourrait réduire le PIB de 3,5%, avec un coût cumulé de 100 milliards de $. “La résistance est non seulement un problème de santé, mais aussi un problème économique. Le coût de ne rien faire, à la fois en termes de vies perdues et de l'argent gaspillé, est trop grand, et le monde a besoin de se mettre d'accord sur une approche commune.”
Web=link: http://www.theguardian.com/society/2016/apr/14/antimicrobial-resistance-greater-threat-cancer-2050-george-osborne



Le président de la Review on AMR, Lord Jim O’Neill exprime son soutien aux remarques du Chancellier du Royaume Uni, George Osborne

Dans un communiqué de presse, Lord Jim O'Neill a exprimé son soutien aux commentaires formulés par le chancelier britannique, en écrivant qu'il est heureux que le chancelier ait décidé de soulever cette question d’importance mondiale avec ses homologues au sein du FMI, et il a également convenu avec lui que 2016 peut être une année décisive pour contrer la hausse la résistance aux médicaments. Il a également ajouté que "des discussions à l'Assemblée générale de l'ONU et du G20 à l'automne pourraient être cruciales pour parvenir à une véritable action mondiale". Lord Jim O'Neill a également souligné qu'il était heureux que le chancelier ait soutenu les recommandations clés de la Review on AMR concernant de nouvelles façons d'encourager le développement de nouveaux antibiotiques et diagnostics. La Review on AMR présentera prochainement son rapport final et ses recommandations au Premier ministre britannique, qui établira des propositions détaillées pour de nouvelles interventions afin de soutenir le marché mondial des antibiotiques, ainsi que des recommandations plus larges sur la façon dont la demande d'antimicrobiens peut être réduite et la hausse de la pharmaco-résistance ralentie.
Web=link http://amr-review.org/sites/default/files/20160414%20Press%20notice%20-%20Jim%20O%27Neill%20responds%



Un nouvelle gestion des déchets bio-médicaux en Inde, un pas contre la RAM

«De nouvelles règles pour la gestion des déchets bio-médicaux en Inde vont changer la façon de procéder antérieure; et beaucoup contribuer à notre Mission "Clean India" (Inde Propre, un programme gouvernemental). (...) La couverture nationale de cette gestion là  est meilleure et prévoit également le pré-traitement des déchets de laboratoire, des échantillons de sang, etc., cette gestion exige la mise en place d'un système de code-barres pour un contrôle adéquat et simplifie la catégorisation comme l'autorisation", a déclaré le ministre indien de l'Environnement, de la Forêt et du Changement climatique, Shri Prakash Javadekar, à propos des nouvelles règles 2016.

L'élimination par enfouissement en profondeur ne sera autorisée que dans les zones rurales ou éloignées où il n'y a pas accès aux installations communes de traitement des déchets biomédicaux.

Le rapport de SIGN - Safe Injection Global Network - Poster 00847, a noté que le montant des déchets produits en Inde est estimé à 1-2 kg par lit par jour dans un hôpital et 600 g par jour et par lit dans une clinique. 85% des déchets hospitaliers est non dangereux, 15% est infectieux / dangereux. Le mélange des déchets entraine la contamination et les rend tous dangereux. Par conséquent, il est nécessaire de séparer et de traiter. Une élimination inadéquate augmente le risque d'infection; encourage le recyclage des produits jetables et des médicaments jetés, alors que c'est interdit; et entraine le développement des micro-organismes pharmaco-résistants (SIGN POST).

Toutes ces règles auront un impact environnemental très positif, et diminuent la probabilité de la présence de traces d'antibiotiques (AB) dans les réserves d'eau. La gestion des AB dans les déchets est explicitement mentionnée dans les règles prévues pour les médicaments périmés ou mis au rebut, qui doit se faire par Incinération, Encapsulation ou Pyrolyse par plasma.
Web=link(s): http://nabh.co/Announcement/BMW_Rules_2016.pdf
http://pibphoto.nic.in/documents/rlink/2016/mar/p201632701.pdf

 

AcdeBMR, l'Alliance WAAAR sur le terrain

La SECURITE DES PATIENTS et le VIH à l’ère de la RAM : l’urgence du CONTROLE INFECTIEUX
Rapport spécial pour AMR-Times, par le Dr M. K. S., Dhaka.

 
L'importance de la résistance aux antimicrobiens (RAM) dans le contexte du VIH / SIDA a été soulevé à la Conférence internationale sur le SIDA en Asie-Pacifique (ICAAP12), à Dacca, au Bangladesh, 12-14/03/2016, pour la première fois. ICAAP12 était organisée par Partenaires en Population et Développement (PPD), une organisation inter-gouvernementale regroupant 25 pays, dont la Chine et des pays à revenu intermédiaire ou faible.
«La sécurité des patients et le VIH à l'ère de la RAM : l’urgence du CONTRÔLE INFECTIIEUX était le titre du séminaire organisé par G. Upham, Secrétaire générale adjointe de l’Alliance AcdeBMR/WAAAR avec la participation du Dr Nigel Livesley, Directeur pour l’Inde et la région du projet ASSIST de la coopération américaine USAID (ASSIST - Application de la Science pour Renforcer et Améliorer la Qualité), avec la URC (University Research Co.)
 
G. F. Upham a rappelé que la RAM comprend toutes les formes de résistance: antifongique, antiparasitaire, antivirale et aux antibiotiques. Et notamment la résistance aux antirétroviraux par le VIH.
L'estimation globale actuelle conservatrice (car ne prenant en compte qu’un petit nombre de pathogènes, mais incluant le VIH et la tuberculose) estime la mortalité actuelle par les cas de RAM à 700 000 par an, et qu’en 2050, elle sera la principale cause de décès dans le monde, avec 10 millions de morts par an, et ceci sans prendre en compte que la chirurgie et la cancerologie seront inopérantes si les antibiotiques ne marchent plus.
La RAM est tout particulièrement dangereuse pour les personnes vivant avec le VIH / SIDA: "La RAM- dit Nigel Livesley - peut affecter les 37 millions de Personnes Vivant avec le VIH/SIDA (PVVS) de plusieurs façons:

  • Premièrement, les PVVS peuvent être infectés par un virus qui est résistant au traitement ou développer une résistance en cours du traitement. Par exemple, les taux de transmission de virus résistants ont presque doublé au cours de la dernière décennie.
  • Deuxièmement, l'infection à VIH rend les gens sensibles aux infections opportunistes dues à des pathogènes, tels que la tuberculose, qui peuvent être résistants aux antimicrobiens.
  • Troisièmement, leur passage dans des structures de soins augmentent leurs risques d'entrer en contact avec d'autres organismes qui peuvent être résistants aux antimicrobiens ".

«L'urgence, - a dit Garance Upham, - est de protéger tous les patients, et particulièrement toutes les Personnes vivant avec le VIH (PVV), telles les femmes séropositives venant en soins prénataux - de la contamination par un pathogène pharmaco-résistant."
D’ailleurs, cette priorité, le contrôle infectieux, est reconnue par le G7 et les résolutions de May 2015 aux Nations Unies : «Les systèmes de soins de santé ainsi que les tradipraticiens sont des amplificateurs, des courroies de transmission des maladies RAM.», dit-elle, citant la réunion du G7 en 2015 et le Programme d'Action mondial sur la RAM, adoptée lors de l'Assemblée mondiale de la Santé).
 
L’attitude exemplaire du Cambodge: un village contaminé par le VIH
Le CONTROLE INFECTIEUX et la prévention de la transmission de pathogènes transmis par le sang en milieu de soins, permet également de protéger tout le monde du risque nosocomiale de contracter le VIH, l'un des thèmes de cette conférence, un sujet important mis sur le programme d'une conférence internationale sur le VIH pour la première fois depuis 30 ans, et nous devons remercier PPD pour cela. "
 
"Le risque de contracter une infection du sang par injections sales (des milliards d'injections sont toujours ‘à risque’ dans les soins de santé dans le monde entier) est sous-estimé, dit-elle, les États-Unis ont vécu de nombreux foyers d'hépatites liées à des pratiques d’injections à risque au cours des dernières années, comme la célèbre épidémie au Nevada. Or les virus VIH peuvent être transmis de la même façon que l'hépatite C, et notamment les VIH déjà parmaco-résistants, quand les aiguilles sont changées mais pas les seringues”
 "Nous devons louer le courage des autorités cambodgiennes, qui ont enclanché une enquête (avec les CDC USA) sur une épidémie de VIH dans un village. Sur un peu plus de 2000 personnes allant se faire dépister, on a trouvé 242 habitants contaminés par le VIH, y compris des personnes âgées et des enfants. Les CDC et les équipes de recherche du Cambodge ont été en mesure d'identifier que tous les cas provenaient d'une seule source, un patient agé  souffrant de SIDA et tuberculose, cela est publié dans le MMWR 19 février 2016."
"En général peu de pays en développement ont le courage des autorités cambodgiennes et font des enquêtes sérieuses dans les cas inexpliqués de VIH. Le Kazakstan et le Kirghizistan l'avaient fait (plus de 200 nourrissons infectés par le VIH accidentellement en milieu de soins). En juin 2007, la courageuse Laurie Garrett avait organisé un séminaire au Council on Foreign Relations "Table ronde sur l'utilisation des seringues stériles et la prévention des infections nosocomiales", montrant l'énorme coût tant humain que pour l'économie des injections sales de par le monde.
Nigel Livesley a présenté comment le projet ASSIST (une initiative mondiale) permet la réalisation de meilleurs soins de santé et de soins maternels en particulier, ainsi que le contrôle de l'infection, par des procédés impliquant l'ensemble du personnel de soins de santé.
Sa présentation a été chaleureusement accueillie par le personnel de soins de santé au séminaire.
Dans un article pour AMR contrôle 2016 (publication attendue en mai 2016), Nigel explique l'importance d'une approche qualité participative (à la W. Edwards Deming) utilisée plus fréquemment dans les procédés industriels que dans les soins de santé. «Les systèmes de santé se contentent de dire ce qu'il faut faire (par la formation et les normes) et de mettre en place des systèmes de mesure pour voir si les membres du personnel sont en train de faire ce qu'on leur dit. Ils mettent rarement des ressources pour un soutien aux membres du personnel de la santé afin de modifier leurs processus de travail en appliquant les connaissances et les compétences qu'ils ont ".
 
web=links :
- https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26890340- Cluster of HIV Infections Attributed to Unsafe Injection Practices – Cambodia Dec 1, 2014-Feb 28, 2015. in MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2016 Feb 19;65(6):142-5
www.partners-popdev.org- Partners in Population and Development / ICAAP12
- www.globalhealthdynamics.co.uk- AMR Control 2016, expected publication May 2016



Consultation de la société civile par l'OMS au sujet de la lutte contre la RAM, 5 avril 2016
 
Le Directeur général adjoint de l’OMS, le Dr Keiji Fukuda a parlé de ses efforts pour organiser une réunion des chefs d'Etat sur la RAM à l'ouverture de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, suite à l'accord du Conseil exécutif à cet effet en janvier. Fukuda rapporte des progrès grâce à des réunions formelles et informelles avec de nombreux représentants de pays de tous les continents, ainsi qu’à haut niveau aux N.U., impliquant aussi la FAO et l'OIE. En réponse à notre (WAAAR) question, Fukuda a déclaré que la société civile pourrait envisager une réunion satellite, mais dans un environnement surchargé, cela pourrait être facilité si elle était liée à l'agenda de la santé nutritionnelle et animale.
Le Directeur RAM à l’OMS, Marc Sprenger a parlé des progrès lents mais certains dans la mise en œuvre du Plan d'Action mondial (GP-AMR). Cependant, a-t-il dit, les situations réelles (mise en avant par les associations) montrent que beaucoup reste à faire.
 
L'ordre du jour de la réunion avait été par trop ambitieux, à savoir (en plus des N.U. à New York et du GP-AMR): le financement durable; la réalisation de jalons mesurables; coordination de l'action globale et intersectorielle; assurer l'accès aux médicaments antimicrobiens, aux diagnostics et vaccins; l'activation de la stewardship (du bon usage) des antimicrobiens à usage humain et non humain; et la sécurisation de l'innovation et des technologies alternatives.
La réunion était présidée par l'organisation inter-gouvernementale, Centre Sud, à Genève. Les associations invitées étaient : l’Alliance to Save Our Antibiotics (ASOA), ReACT, Ecumenical Pharmaceutical Network (EPN), Health Action International (HAI), Third World Network (TWN), Pain pour le Monde (BW), Centre for Science and Environment (CSE Inde), Médecins sans frontières (MSF), Consumers International (CI), Health Care Without Harm (HCWH), American Medical Student Association (AMSA), Sustainable Food Trust (SFT), Food Animal Concerns Trust (FACT), l’Instituto para la Investigación del Medicamento en los Sistemas de Salud (IFARMA), John Hopkins Bloomberg School of public Health / ReAct, Universities Allied for Essential Medicines (UAEM-Amérique du Nord), Keep Antibiotics Working (KAW) et le bureau local de WAAAR.
 
Parmi les remarques très pertinentes:

  1. Dans les pays riches ou émergents, l'utilisation d’AB dans l'élevage est surtout pour la prophylaxie ou la metaprophylaxis, et, quand ça reste permis, comme facteur de croissance, et non pas pour soigner des animaux (donc on pourrait vraiment se passer de la plupart des AB dans le secteur). De l'Inde, nous avons eu une présentation exceptionnelle axée sur la pollution de l'environnement par les déchets médicaux non traités, les déchets de producteurs de produits pharmaceutiques et les déchets de l'élevage (CSE-Inde)
    • L'OMS pourrait être leader et lancer une discussion sur les médicaments spécifiques qui ne devraient pas être utilisés chez les animaux de boucherie (FACT, et KAW)
    • Il y a un énorme problème de génération de bactéries (et de gène de bactéries) résistants aux AB à partir des déchets rejetés dans l'environnement, mais peu est fait pour réguler, traiter, et en général recycler des déchets de l'industrie pharmaceutique, des hôpitaux, et de ceux provenant de l'élevage des animaux (CSE Inde, ReACT, WAAAR)
  2. Il y a un réel besoin de promouvoir des outils de diagnostic, pour aider l'innovation, étendre l'utilisation et la disponibilité de ces outils à la fois en santé humaine et animale, comme le meilleur moyen de réduire l'utilisation inappropriée des AB (nombre de participants).
  3. La lutte contre la RAM doit inclure les besoins en santé publique des Pays les moins avancés – La résistance est rencontrée partout par le personnel médical (MSF) – Le ‘‘découplage’’ (entre rémunération pour la R&D et prix sur le marché) ainsi que les résultats du CEWG doivent être pris en considération comme les meilleures approches de la R & D au lieu de la Value Based Pricing. (MSF)
  4. Baisser les normes réglementaires pour la mise sur le marché d’un médicament pourrait compromettre la sécurité pour de nouveaux produits (ReACT), attention à cette tendance : on voit aujourd’hui des arguments déployés un peu partout allant dans cette direction, et même des projets de loi, or cela pourrait mettre en danger les patients (ReACT)
  5. Une plus grande attention doit être portée sur les mesures de santé publique qui favorisent la conservation et la restauration de l'efficacité des AB existants. Les principes adoptés à Alma Ata dans la Déclaration sur la santé pour tous restent valables et doivent s’appliquer à la lutte contre la résistance AB (HAI-Asie-Pacifique)
  6. L'OMS rapporte avoir lancé une Newsletter sur la RAM, l’OMS peut-elle partager les comptes-rendus de plusieurs de ses réunions spécifiques régionales ou thématiques (ex .: le contrôle infectieux, récemment au siège) avec la société civile? (WAAAR)
  7. Financement: une source durable devrait être publique, les pays du G7 se sont engagés dans diverses instances à aider les pays à faibles revenus dans la mise en œuvre des plans contre la RAM (TWN). Quelques propositions comme des «taxes» sur les AB ont été soulevées, et rapidement critiquées comme peut-être plus dommageables que productives dans les populations à très faible revenu où l'achat sur comptoir sans ordonnance de mauvais médicaments est déjà un problème.

À notre avis, ces réunions bénéficieraient d'un agenda et d’une organisation plus souples et moins surchargés permettant plus de temps pour le débat créatif.
 

Nouvelles et articles scientifiques au sujet de la RAM

Profils de sensibilité aux antibiotiques (AB) de Helicobacter pylori au Bangladesh: Emergence de la résistance à la lévofloxacine
Hafeza Aftab et al. Oita University Faculty of Medicine, Yufu, Japan and Dhaka Medical College and Hospital, Bangladesh
 
Cette étude, qui a inclus 133 patients consécutifs ayant subi un examen endoscopique au Dhaka Medical College en novembre 2014 (Dacca, Bangladesh), visait à déterminer la sensibilité aux AB actuels de H. pylori à l'amoxicilline, la clarithromycine, le métronidazole, la tétracycline et la lévofloxacine au Bangladesh. Les taux de résistance identifiés étaient importants.
Cette étude est d'une grande valeur puisque la dernière étude qui ait rapporté des taux de résistance aux AB de Helicobacter pylori au Bangladesh a été publié il y a 15 ans, et ne comprenait pas la lévofloxacine, or cette étude démontre l’émergence de la résistance aux AB.

J Infect Dev Ctries 2016.
Web=link: http://www.jidc.org/index.php/journal/article/view/27031456/1472


Risques relatifs de résistance aux carbapénèmes dans le système de santé du Ministère de la Défense des Etats-Unis, par souche, lieu géographique et anatomie concernée
Emil Lesho (emil.p.lesho.mil AT mail.mil) ARMoR Program, Walter Reed Army Institute of Research, USA.
 
P. aeruginosa, Acinetobacter spp., et entérobactéries résistantes aux carbapénèmes posent des problèmes urgents de santé publique, et les taux de résistance, les risques relatifs, les associations avec la consommation d’AB, restent sous estimés et mal rapportés dans les systèmes de santé américains éparpillés sur divers sites géographiques (sur le continent et à l’extérieur). Dans cette étude, les dossiers électroniques de tous les patients dans 280 systèmes de soins hospitaliers géographiquement dispersés ont été examinés pour les années 2005-2014.
360.000 souches potentiellement résistantes aux carbapénèmes ont été identifiées à partir de 14,7 millions de cultures. Les résultats de l'étude fournissent une base utile pour voir les tendances à la résistance, et améliorer la surveillance, notamment pour les infections acquises à l'étranger et les septicémies. À noter: Les résultats ont des implications pour le stewardship (Bon Usage) puisque l’utilisation de fluoroquinolone ou d’aminosides en monothérapie, ainsi qu’en combinaison avec des carbapénèmes, montre une forte association avec la résistance des carbapénèmes chez Acinetobacter spp. et, dans une moindre mesure, dans E. coli.

J. Clin. Microbiol. March 2016 
Web=link: http://jcm.asm.org/content/early/2016/03/24/JCM.00359-16.full.pdf


Bon usage des antibiotiques pour une population avec des troubles mentaux en gériatrie
Kristen Ellis cor. Author (ellis AT pharmacy.arizona.edu); Banner Medical University Center South and University of Arizona College of Pharmacy
 
Le but de ce projet était d'évaluer l'impact de l'intervention d'un pharmacien sur la pertinence de la prescription d'antibiotiques (AB) sur une unité psychiatrique gériatrique (GPU). L’adéquation aux AB a été évaluée avant et après intervention du pharmacien. L’intervention des pharmaciens a été associée à une diminution des taux de prescription inappropriée d’AB, notamment pour des infections urinaires.
Les auteurs notent que : Les adultes de plus de 65 ans d'âge sont beaucoup plus susceptibles de prendre plusieurs médicaments que les jeunes adultes, et sont environ sept fois plus susceptibles d'être hospitalisés pour un effet indésirable suite à un médicament, et ils subissent des taux élevés d'erreurs de médication lors de l'admission en hôpital (…) pour des troubles de la santé mentale, avec des AB couramment prescrits de façon inappropriée. De plus, c’est une population à risque pour l'infection à Clostridium difficile (3,2 milliards de dollars en coûts de soins de santé excédentaires en 2000-2002, étude aux USA).
(...) Il est important pour une équipe multidisciplinaire de travailler ensemble pour adapter le traitement antibiotique de la façon la plus appropriée (pour ces populations-là). Les pharmaciens peuvent être un ajout précieux à l'équipe de soins de santé et jouer un rôle important dans l’utilisation appropriée des AB.

MDPI, 19 Jan. 2016
Web=link: http://www.mdpi.com/2079-6382/5/1/8


Essai randomisé du traitement à long terme pour les symptômes attribués à la maladie de Lyme
Anneleen Berende, M.D, et al., NEJM 31 Mars, 2016

Le traitement des symptômes persistants attribuables à la maladie de Lyme reste controversé. Nous avons évalué si un traitement antibiotique (AB) à long terme des symptômes persistants attribués à la maladie de Lyme conduit à de meilleurs résultats que ne le fait le traitement à court terme.
Les auteurs ont conclu que: chez les patients présentant des symptômes persistants attribuables à la maladie de Lyme, un traitement par AB à long terme n'a pas eu des effets bénéfiques supplémentaires sur la qualité de vie liée à la santé au-delà de ceux avec un traitement court.
Dans cet essai randomisé en double aveugle portant sur des patients présentant des symptômes persistants attribuables à la maladie de Lyme, le traitement AB long prolongé (ceftriaxone suivi de 12 semaines de doxycycline ou clarithromycine-hydroxychloroquine) n'a pas conduit à une amélioration de la qualité de vie en terme de santé par rapport à un traitement court (ceftriaxone suivi par placebo).

NEJM March 31, 2016
web=link: http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1505425


Évaluation de la résistance aux antimicrobiens et la virulence des isolats d'Escherichia coli sur de la volaille portugaise par micoréseau d’ADN
Nuno Mendonça, et al. Faculté de pharmacie, Université de Coimbra, Coimbra, Portugal

On a étudié la présence de résistance antimicrobienne et de facteurs de virulence de 174 souches d'Escherichia coli isolées à partir de Gallus portugaises en bonne santé. Les profils de résistance ont été déterminés contre 33 antimicrobiens. La résistance était répandue pour la tétracycline (70%) et l'ampicilline (63%). Le phénotype bêta-lactamase à spectre étendu (BLSE) a été observé dans 18% des isolats. La multirésistance a été retrouvée pour 56% des isolats. Un sous-ensemble de 74 isolats ont été examinés par puces à ADN pour le transport de 88 gènes de résistance aux antibiotiques et 62 gènes de virulence. En conclusion, la prévalence de la résistance aux AB de E. coli de la microflore des poulets portugais était élevée, y compris aux céphalosporines à spectre étendu. La majorité des isolats semble avoir le potentiel de déclencher une infection extra-intestinale chez l’homme en raison de la présence de certains gènes de virulence. Cependant, l'absence de gènes spécifiques pour le E. coli entéropathogène réduit le risque d'infection intestinale humaine.
Antibiotiques 2016, 5 (1), 4
Web=link:
http://www.mdpi.com/2079-6382/5/1/4/htm



Consolidation de données sur la résistance aux antibiotiques dans la Russie et l'Eurasie pour 1992-2014 - Utilisation de moteurs de recherche
Vitaly Shpinev, (vitalii.shpinev AT astrazeneca.com) avec A. Bedenkov, N. Suvorov, E. Sokolov (Med. Dept, AZ Pharmaneuticals LLC, Moscou et Yandex données Factory, Moscou, Russie
 
L'une des principales difficultés pour la surveillance de la résistance aux antibiotiques (AB) est la faible disponibilité de données de recherche. Le but de cette étude était de développer une base de données sur la résistance aux AB en utilisant la recherche Internet et le traitement de données par algorithmes de publications de langue russe. Le travail fournit un outil complémentaire aux systèmes nationaux de surveillance de la résistance aux AB, et consolide les données de recherche fragmentées disponibles pour 12 pays pour une période de plus de 20 ans.
Une base de données a été construite par une équipe interdisciplinaire en utilisant les données de 850 études originales menées à 153 emplacements dans 12 pays entre 1992 et 2014. Les études incluent les taux de sensibilité et de résistance de 156 micro-organismes à 157 médicaments antibiotiques

Front. Microbiol., 08 March 2016

L'impact de la Politiques des Médicaments essentiels de l'OMS sur l'utilisation inappropriée des antibiotiques
Kathleen Anne Holloway et al. (kaholloway54 AT gmail.com)

La sur-utilisation inappropriée des antibiotiques (AB) contribue à la résistance aux antimicrobiens (RAM), mais peu de politiques sont mises en œuvre pour réduire l'utilisation inappropriée des AB dans les Pays à Revenu intermédiaire ou faible (PRIF). Le but de cette étude était de déterminer si l'utilisation inappropriée des AB dans le secteur public est moindre dans les pays ayant déclaré la mise en œuvre de certaines des Politiques de médicaments essentiels. Nous avons comparé les résultats des enquêtes sur l'utilisation d'AB menées indépendamment dans les pays qui ont adopté des Politiques de Médicaments essentiels , et des pays ne l’ayant pas fait, pour voir si la prescription inappropriée d'AB changeait.
Les données ont été disponibles pour 55 pays. Sur les 16 politiques étudiées, quatre (ayant une unité dédiée dans le Min Santé sur la promotion de l'utilisation rationnelle des médicaments, un centre national d'information sur les médicaments et des comités thérapeutiques dans les centres hospitaliers) ont été associés à des réductions statistiquement significatives dans l'utilisation des AB : 20% dans les cas d’infections des voies respiratoires supérieures.
Une stratégie nationale pour contenir la résistance aux AB a été associée à une réduction de 30% de l'utilisation des AB dans les maladies diarrhéiques aiguëes. Les Politiques du Médicament essentiel semblent être associées à des effets plus importants dans la réduction de l'utilisation d'AB pour l'URTI et la diarrhée par rapport à l'utilisation d'AB chez tous les patients. En conclusion, certaines politiques de médicaments essentiels ont été associées à une réduction dans l'utilisation d'AB dans les pays à revenu intermédiaire ou faible.

PLoS ONE 11(3), 22 March 2016
Web=link: http://journals.plos.org/plosone/article/asset?id=10.1371%2Fjournal.pone.0152020.PDF


Une étude concernant les Mesures de la Qualité pour évaluer l'impact des programmes de stewardship (Bon Usage) des antibiotiques dans les hôpitaux
Mary Richard Akpan, Raheelah Ahmad, Nada Atef Shebl, and Diane Ashiru-Oredope.Department of Pharmacy, Pharmacology and Postgraduate Medicine, University of Hertfordshire, Hatfield, AL10 9AB, UK

L'objectif de cette étude était de fournir une vue d’ensemble des mesures de qualité permettant d’évaluer les Programmes de Stewardship Antimicrobien (PSA) et l’impact signalé, des études revues par des pairs, en se concentrant en particulier sur les résultats du point de vu du patient. Au total, 63 études ont été incluses dans cette revue.

Les auteurs ont noté que: le manque de personnel, de fonds et de personnel formés aux technologies de l'information en santé, et l'incapacité à générer et à analyser des données spécifiques pour ces PSA sont visiblement des limites à l’efficacité des PSA.
En conclusion: les résultats du point de vue des patients doivent être un élément clé de l'évaluation des PSA. Le choix des indicateurs est influencé par les données et la disponibilité des ressources. Le contrôle des facteurs de confusion et des conséquences négatives involontaires doit être pris en compte dans la conception des études d'évaluation pour bien saisir l'impact de PSA. Cette revue très perspicace fournit un point de départ pour la compilation de mesures de résultats standards pour évaluer les PSA.

Antibiotics 2016, 5(1), 5
Web=link: http://www.mdpi.com/2079-6382/5/1/5/htm


Un examen des agents antimicrobiens les plus récents contre les bactéries Gram négatif
Neelam Taneja and Harsimran Kaur (drneelampgi AT yahoo.com)
Department of Medical Microbiology, Postgraduate Institute of Medical Education and Research, Chandigarh, India


Actuellement, la résistance aux médicaments, en particulier contre les céphalosporines et les carbapénèmes, par les bactéries gram-négatives, est un défi important, ce qui accentue la disponibilité limitée des médicaments contre ces pathogènes. Il y a certains antibiotiques (colistine, fosfomycine, témocilline et rifampicine) qui ont été ressortis des placards pour lutter contre la menace des superbactéries, y compris des membres des entérobactéries, des espèces d’ Acinetobacter, et des espèces de Pseudomonas. Très peu d’antibiotiques plus récents ont été ajoutés au pool de médicaments existants. Il y a encore de nombreux AB qui passent par différentes phases d’essais cliniques. L'initiative prise par la Infectious Disease Society of America pour développer 10 nouveaux AB contre les bacilles à Gram négatif en 2020 est une étape pour combler l'écart dans la disponibilité limitée des médicaments.
Microbiology Insights 2016
Web=link: http://www.la-press.com/insights-into-newer-antimicrobial-agents-against-gram-negative-bacteri-article-a5473-abstract?article_id=5473


Une analyse critique sur la Review on AMR et la Facilité de Financement de la Banque européenne d'investissement
David Brogan and Elias Mossialos

Au cours de l’année, deux grandes initiatives ont été mises en place pour stimuler la recherche et développement d’antibiotiques (AB) pour la consommation humaine. La Banque européenne d'Investissement (BEI) a annoncé le développement d’un Mécanisme de Financement des Maladies infectieuses (IDFF) et le gouvernement britannique a commissioné la Review on AMR, sous la direction de Jim O'Neill. Chacune constitue un effort important par la communauté européenne pour résoudre le problème. Bien que les deux aient des objectifs similaires, les approches sont uniques et dignes de considération. Ce manuscrit tente d’évaluer les modes d’incitation pour le développement d’AB afin d’identifier clairement les forces et les faiblesses de chaque proposition. En fin de compte, il a été noté que les propositions peuvent se révéler complémentaires et, si elles sont appliquées, pourraient former ensemble un plan plus complet pour faire face à une crise mondiale imminente. Des progrès substantiels ne seront faits que si des mesures sont prises au niveau international, par conséquent, les auteurs recommandent l'examen de ces efforts lors du prochain sommet du G20, possiblement en lien avec la Joint Programming Initiative on AMR (JPIAMR)
Web=link: http://globalizationandhealth.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12992-016-0147-y

Calendrier AMR

23-28 mai, Nations Unies, Suisse: Assemblée mondiale de la Santé, (AMS) Palais des Nations Unies, Genève

AcdeBMR/WAAAR lancera le nouveau livre AMR Control 2016 à l'AMS. Prochaine édition de AMR-Times – Le Temps de la RAM, le 15 mai, avec extraits des abstracts de AMR Control 2016 traduits en français.

Le Temps de la Résistance aux Antimicrobiens info:-
Réalisée en avant projet par une équipe de supporters, le contenu de cette newsletter n'engage pas l'association ACdeBMR/WAAAR. Le comité éditorial provisoire, Garance F Upham avec le soutien d'une petite équipe de bénévoles et de stagiaires, la mise en place avec la participation de Mostafa El Yamany, pharmacien et doctorant sur la résistance aux antibiotiques.
Copyright © 2016 AMR-TIMES, All rights reserved.

Our mailing address is: 
editor@amr-times.info

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list
 






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
AMR-TIMES · Safe Observer International, EU offices, BAT. J, LE PRIEURE · PREVESSIN 01280 · France

Email Marketing Powered by MailChimp