Copy
Le Panier à Salade propose une sélection hebdomadaire de liens de l'actualité police-justice.

Vous lisez le Panier à salade, votre sélection hebdomadaire de liens sur l'actualité de la police et de la justice. Bonne lecture, et n'hésitez pas à partager le contenu de cette newsletter sur les réseaux sociaux ou à transférer ce message à vos amis.

Panorama

1er-Mai et maintien de l'ordre

24 manifestant·e·s et 14 membres des forces de l'ordre ont été blessés à la suite des manifestations du 1er-Mai à Paris, selon le ministère de l'intérieur. [BFM] Le défilé était marqué par une défiance forte vis-à-vis des forces de l'ordre. «Tout le monde déteste la police !» était le slogan le plus scandé. [Le Point] CRS, CSI, BRAV, unités équestres : tour d'horizon des forces de l'ordre impliquées dans le maintien de celui-ci. [Le Monde] À Paris, des policiers ont demandé aux manifestants d'ôter leurs gilets pour pouvoir quitter la manifestation. «Un vol caractérisé, un abus de pouvoir», selon Arié Alimi, de la Ligue des droits de l'Homme. [Marianne]

Pavé. Un policier a été filmé en train de jeter un pavé à Paris. Une enquête a été ouverte. «Si ce policier a jeté un pavé, c’est peut-être car il n’avait plus de grenades sur lui», argumente la police nationale. [Le Parisien] «S'il y a faute, il y aura sanction, sanction administrative et sanction judiciaire», a déclaré Christophe Castaner au sujet de ce policier. [Le JDD]

Giflé. «Qu'est-ce que t'as toi ?» Le préfet de police a saisi l'IGPN après la diffusion d'une vidéo montrant un policier gifler un manifestant. [franceinfo] «Je ne voulais pas répondre parce que ça sert à rien. Ils sont violents, ils restent violents, moi personnellement je ne réponds pas à la violence par la violence», raconte le manifestant giflé, qui devait porter plainte. [LCI]

Interpellés. Des manifestants sont entrés dans l'enceinte de l'hôpital de la Pitié-Salpétrière (Paris 13e) pour échapper aux policiers. Le ministre de l'intérieur a évoqué une «attaque», sans preuve. [Libération] «La manifestation déclarée et autorisée s’est transformée en cauchemar traumatisant», a raconté le collectif des 34 interpellés lors d'une conférence de presse. [Mediapart] «Un CRS fera redescendre tout le monde, raconte une des personnes interpellées à cette occasion. Alors que j’arrive au bas de l’escalier, une partie de notre groupe ainsi formé est allongé au sol face contre terre, les mains sur la tête. Commence alors notre interpellation et toutes les humiliations qui vont avec. Nous remettons nos pièces d’identité, puis la palpation commence, un par un. La fouille ne donne rien, pas même un masque à gaz, tout juste quelques flacons de sérum physiologique, sans doute ce qu’un des aides soignants était venu offrir aux manifestants quelques minutes avant la charge.» [Facebook]

Gazé. Un manifestant gaze un policier à Toulouse (Haute-Garonne) lors de la manifestation du 1er-Mai. [Actu Toulouse] L'homme sera jugé le 28 mai. [La Dépêche]

Frappée. Une femme a déposé plainte pour «tentative d'homicide» contre des policiers. Elle a été rouée de coups à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 8 décembre. [Mediapart] «C'est assez rare pour le souligner : après avoir jeté un oeil à ce que j'apportais, l'IGPN a été saisie par le procureur en seulement deux heures», raconte Brice Grazzini, son avocat. [La Provence]

Expulsée. «On a beau être pacifiste, on est quand même sujet à se prendre des trucs au passage. C’est normal que je cherche à me protéger», explique Camélia, une manifestante d'origine espagnole, arrêtée lors de la manifestation à Paris et sous le coup d'une occupation de quitter le territoire. [Le Monde]

Poussée. La commissaire chargée de l’enquête préliminaire, compagne du policier responsable de la charge ayant causé les blessures de la militante d’Attac Geneviève Legay, participait elle-même aux opérations de maintien de l’ordre, le 23 mars à Nice (Alpes-Maritimes). [Mediapart] «Contrairement à ce que certains ont dit, la commissaire n’a pas été saisie de cette enquête (...) ni personnellement, ni même indirectement», a plaidé Jean-Michel Prêtre, le procureur de la République à Nice. [Nice-Matin]

«Casseur». Soupçonné de plusieurs dégradations lors de la manifestation du 9 février à Paris, Thomas P. est incarcéré depuis à Fleury-Mérogis (Essonne) depuis trois mois. Une lettre qu'il a écrite circule : «J’ai effectivement commis une partie des actes que recouvrent ces formulations un peu ronflantes... Et je les assume. (...) Quand on lit cette longue liste de délits et leurs intitulés, il y a de quoi me prendre pour un fou furieux, n’est-ce pas ? C’est d’ailleurs comme ça que l’on m’a décrit dans les media. Enfin, on m’a plutôt réduit à un mot bien pratique : “casseur”. (...) À croire que certains naissent “casseur”. Cela évite d’avoir à se demander pourquoi tel commerce est ciblé plutôt que tel autre, et si par hasard ces actes n’auraient pas un sens, au moins pour ceux qui prennent le risque de les accomplir.» [lundimatin]

Bloquées. Plaintes compliquées à déposer, manque de coopération des services, surcharge de l'IGPN : concernant les accusations de violences policières, aucune des enquêtes judiciaires ouvertes n’a pour l’instant débouché sur des poursuites d’agents devant un tribunal. [France Inter]

Oublié. Un ancien policier devenu député, Jean-Michel Fauvergue, réclame que l'affaire Malik Oussekine soit «oubliée»«Il faut l'oublier maintenant, il faut oublier cette affaire Malik Oussekine», a-t-il déclaré à la télévision, arguant que l'affaire empêchait les forces de l'ordre parisienne d'aller «au contact»[franceinfo] L'opposition dénonce «une défaite morale». [Marianne] Jean-Michel Fauvergue revient sur ses déclarations : «Bien sûr qu’il ne faut pas oublier Malik Oussekine, je suis à 100 % d’accord avec ça ! Ce garçon a été victime de violences policières, il a été pris pour cible par des policiers qui ont été condamnés pour ça, et c’est bien normal.» [Le Parisien]

Condamnés. Le tribunal de Paris a jugé, jeudi, plusieurs manifestants, ou présumés tels, du 1er Mai à Paris. L’utilisation quasi systématique de l’article « participation à un groupement en vue de » violences permet à l’accusation de s’émanciper des faits. [Mediapart]

Prison

La ministre de la justice a présenté le rapport de l'inspection générale de la justice suite à l'agression de plusieurs surveillants par un détenu à Condé-sur-Sarthe (Orne) : «Le rapport pointe une crainte diffuse et partagée des recours juridiques qui amènent les agents de notre administration à avoir une gestion plus normative qu'opérationnelle des situations.» [LCP] Équipés. À l'heure des repas, le personnel pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe revêt de lourdes combinaisons renforcées et des casques similaires à ceux portés par les CRS, avant de procéder à la distribution. [France 3]

Les familles de détenus de Condé-sur-Sarthe refusent de se faire fouiller. [L'Orne Hebdo] «Lors de la reprise des parloirs avec les familles, celles-ci, sur réquisition du procureur d'Alençon, ont été fouillées corporellement à nu, même les enfants. Vous imaginez la violence de ces faits-là. Les femmes voilées doivent retirer leur voile à la vue et au su de tout le monde, devant des surveillants masculins. Il n'y a donc pas de respect de la liberté de conscience et vous avez, aujourd'hui, des conditions de détention qui ne sont absolument pas revenues à la normale», détaille Benoît David, avocat de cinq détenus de l'établissement. [franceinfo]

Prison (bis)

Maxime Boyer, président du Genepi s'agace de la communication autour du droit de vote des élus. «On se sert de cet événement pour masquer la réalité des prisons, alors que, dans les faits, il y a beaucoup de choses qui sont faites pour empêcher les détenu·e·s de participer à la vie politique», explique-t-il, ajoutant qu'il faudra une même mobilisation pour les élections municipales, où il y a «beaucoup plus d'enjeux concrets»[Les Inrocks]

Élections

«La médiatisation et la politisation des problèmes d’insécurité ont fait perdre toute rationalité au débat. Sortir de ce cercle vicieux, entretenu par une féroce coalition d’intérêts, ne me semble possible qu’à condition d’impliquer la population ou de disposer d’études fiables sur le coût et l’efficacité réelle des prétendues “solutions technologiques” vendues aux collectivités», explique Laurent Mucchielli, directeur de recherches au CNRS, alors que les questions de sécurité s'installent dans les campagnes électorales municipales. [Mediacités]

 

En bref

Le commissariat du 19ème arrondissement de Paris est fermé à la suite d'une invasion de puces


«Punir n’a pas de sens si on ne tend pas la main ensuite» : à Montpellier (Hérault) un groupe de bénévoles rencontre des auteurs de délits


Caméras-piétons, pistolets à impulsion électrique, gilets pare-lame : un plan d'action est déployé pour améliorer la sécurité des surveillants en prison


À 18 ans, il envoyait, sous la contrainte, 18 colis au dessus des murs de la prison de Valenciennes (Nord)


Suicide au centre pénitentiaire de Baie-Mahault (Guadeloupe) : les syndicats dénoncent les conditions d'incarcération


100 matelas au sol sont utilisés au centre pénitentiaire de Perpignan (Pyrénées-Orientales), le taux d'occupation atteint 234%


Les cours criminelles seront testées à partir du 1er septembre dans sept départements


Les avocats de Poitiers (Haute-Vienne) s'opposent au box vitré dans la nouveau palais de justice


Jean-François Ricard, conseiller à la Cour de cassation et ancien juge antiterroriste, est proposé au poste de procureur national antiterroriste


Le chef du groupe de sécurité de la présidence de la République, Lionel Lavergne, va quitter ses fonctions ; il sera remplacé par Benoît Ferrand, commandant du groupement de gendarmerie départementale des Bouches-du-Rhône


Le chauffeur d'Emmanuel Macron est poursuivi devant la justice pour refus d'optempérer ; le gendarme a fui un contrôle de police


Des gendarmes des Deux-Sèvres s'aident d'un drone pour plusieurs missions


Reconnaissance faciale : Suspect Technologies espèrait accéder à une base de données de la police du Massachusets


 
Il manque quelque chose ? Envoyez un mail pour signaler les oublis et les erreurs, suggérer des modifications. Et inscrivez vos amis à cette newsletter !

Cette édition est préparée par Alexandre Léchenet ; pour en savoir plus sur le Panier à salade



Vous pouvez voir cet email dans votre navigateur.
Vous ne souhaitez plus être abonné ? Vous pouvez vous désinscrire.

Email Marketing Powered by Mailchimp