Copy
Les Actualités du Collectif 3R #8
Associations Agir à Villejuif, Les Amis de la Terre, Arivem, Attac-Ivry-Charenton, CLCV-Ivry, Passerelles
avec le soutien de Zero Waste France
Les Actualités du Collectif 3R #8

9 décembre 2016 : vote du Syctom reporté

Ce vendredi 9 décembre 2016, le conseil syndical du Syctom devait autoriser le Président du Syctom à entamer les travaux de construction de la nouvelle usine d'incinération Ivry-Paris 13 par le dépôt du permis de construire, du permis de démolir et du dossier d'autorisation d'exploiter. Le vote était scindé en deux puisque le marché public était reporté à une date ultérieure, le conseil syndical était donc invité à donner un chèque en blanc à son président Hervé Marseille sur le coût de la construction de l'usine d'incinération.

Ce vote est finalement reporté à la fin janvier à la demande de Philippe Bouyssou, maire d'Ivry-sur-Seine, qui souhaite que tous les conseils municipaux du bassin versant de l'usine d'Ivry s'expriment et le confortent dans son soutien au projet, et qui souhaite également l'avis de Ségolène Royal sur la non conformité du projet avec la loi de transition énergétique pour la croissance verte, non conformité que dénoncent les associations.
Le maire d'Ivry a également l'intention de mettre sa majorité en ordre de marche et de refaire voter son conseil municipal sur le projet du Syctom en janvier 2017, vote qu'il pense assuré après s'être laissé surprendre le 20 octobre dernier par une majorité qu'il qualifie de « politicienne ».

L'ensemble des élus du conseil syndical du Syctom s'est rangé derrière Philippe Bouyssou, a salué son courage et sa détermination, tout en soulignant qu'il était urgent de prendre cette décision après des années de discussions et de concertation.

Nous avons ainsi assisté pour la première fois depuis 2014 à un large tour de table, où toutes préférences politiques confondues, chaque élu s'est félicité du projet d'Ivry-Paris 13, a réaffirmé son credo - l'incinération avec valorisation énergétique et la nécessité d'avancer et de voter enfin ce projet.

Tous, sauf Stéphane Weisselberg, qui, s'exprimant pour les 3 élus EELV (sur 67 conseillers), a souligné que la prise de conscience écologiste dans la population n'est pas suffisamment représentée par le conseil syndical du Syctom et qu'avec un peu plus de temps, on aurait réussi à convaincre les conseillers de revoir leur projet. André Santini semblait d'ailleurs du même avis lorsqu'il a précisé que dans les années 90 le projet d'incinérateur de Vitry avait été rejeté par référendum par 77% de la population de Vitry, et qu'un vote à Ivry aujourd'hui sur le projet IPXIII donnerait la même chose.

Le tour de table a été émaillé de piques plus ou moins desagréables pour les associations et les opposants, qualifiés de manière imagée par André Santini de « petits prédateurs, de mulots sortis de vieux caleçons... », soulignant la biodiversité odorante des phantasmes de son auteur.
André Santini a continué en encourageant le maire d'Ivry à être exigeant avec le Syctom, qu'il avait lui-même, André Santini, été en butte à l'opposition générale au moment d'Isséane, mais qu'il avait obtenu une usine enterrée à moins 60 m, pleine de verdure, sans panache de cheminées, et un port sur la Seine ; qu'elle avait certes coûté 1 milliard d'euros, mais qu'elle était maintenant une vitrine pour le monde entier, visitée par l'émir de Dubaï comme par les Chinois, et insérée dans un quartier où toutes les tours et les grosses sociétés rêvaient de s'installer.

Mais le plus fervent défenseur de l'incinération a été de manière surprenante Mao Peninou (PS Paris). Autant la discussion avec les associations lui parait légitime sur la quantité de déchets à traiter, autant il est pour lui "grave" que les associations discutent du bien-fondé de l'incinération des déchets, dont aucune étude scientifique n'a prouvé les effets polluants (!), et indispensable selon lui pour brûler les 25% de déchets non recyclables qu'on atteindra peut-être « dans des dizaines d'années ».
Voici donc un adjoint qui d'un côté affirme que Paris atteindra en 2020 50% de recyclage, mais qui croit si peu dans sa politique qu'il prétend le contraire en conseil syndical ; et qui fait si peu de cas de la qualité de l'air parisien en plein pic de pollution qu'il refuse de considérer l'incinération comme une activité polluante.

Rappelons que nous réclamons la décroissance de l'incinération sur le territoire du Syctom, et que l'incinération des déchets est bien considérée comme une activité polluante, soumise par l'Etat à la TGAP (taxe générale sur les activités polluantes). Par ailleurs les chiffres des tonnages de polluants qui sortent des cheminées de l'usine d'Ivry-Paris 13 nous sont fournis par l'exploitant Novergie lui-même ! Sans parler des polluants non réglementés, polluants dits "émergents" comme les particules fines et les dioxines bromées, qui sont des perturbateurs endocriniens puissants.

La suite donc en janvier 2017 !

Nous vous souhaitons en attendant une fin d'année sereine, festive, (mais néanmoins zéro déchet) et de respirer un air aussi peu pollué que possible. Bonnes fêtes de fin d'année !

Articles de presse :


Sur notre site internet : collectif3r.org/9-decembre-2016-vote-du-syctom-reporte/

26 novembre 2016 : mobilisation contre l'incinérateur d'Ivry

 
Le samedi 26 novembre 2016 les militants et élus EELV du Val de Marne avaient organisé une marche de la mairie de Charenton à la place Farhat Hached dans le 13ème arrondissement de Paris pour dire leur opposition au projet de reconstruction de l'incinérateur d'Ivry-Paris 13. Le Collectif 3R avait décidé d'appeler à soutenir cette initiative, qui a aussi été rejointe par quelques associatifs.

Quelques 70 personnes dont de nombreux élus EELV ont déambulé sous la protection bonhomme de policiers qui leur ouvrait le chemin dans un Charenton qui n'avait jamais vu ça. La promenade était rythmée par des arrêts pédagogiques (sur le tri des restes alimentaires dans les cantines scolaires de Charenton, le suremballage et l'obsolescence programmée devant un supermarché, sur les polluants sortant des cheminées, et notamment les polluants "émergents" comme les dioxines bromées, devant l'actuelle usine d'incinération d'Ivry-Paris 13)
À l'arrivée nous étions une bonne centaine et avons écouté les interventions de Flore Berlingen, et des élus EELV parmi lesquels la députée Laurence Abeille, le candidat à la présidentielle Yannick Jadot, Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement de Paris, et Annie Lahmer, conseillère régionale.
 

23 novembre 2016 : le Collectif 3R a fait salle comble pour sa soirée d’information Paris, zéro déchet ?

Les alternatives à l'incinération exposées ce soir-là ont démontré que le nouvel incinérateur prévu à Ivry sera aussi rapidement obsolète que le très récent incinérateur de Copenhague déjà obligé d'importer 120 000 tonnes de déchets du fait de l'amélioration du tri.

Anne Connan, présidente du Collectif 3R (Réduire, Réutiliser, Recycler) a souligné l’inadaptation du ruineux projet industriel du SYCTOM (2 milliards d’argent public) très en retard sur les préconisations de la loi (Grenelle, LTECV) au contraire du Plan B’OM, plan de baisse des ordures ménagères élaboré avec Zero Waste France. En 8 ans, avec 200 millions d’euros, ce plan permettrait de détourner plus de 700 000 t de l’incinération (capacité actuelle de l’usine) et de réduire l’enfouissement à zéro. Flore Berlingen l’estime possible car 42,6% de notre poubelle sont des recyclables - papiers et cartons, emballages de verre et de plastiques : les déchets des uns doivent devenir les ressources des autres.

Une politique locale volontariste le permet : Gabriele Folli, adjoint à l’environnement de la ville de Parme (Italie) a ainsi expliqué que la collecte séparée des biodéchets en vue du compostage a permis de faire passer en 4 ans le tri sélectif des recyclables de 48, 5% à 70% (à comparer avec les 16% de Paris !). Jean-Pierre Taillard, ex vice-président du Grand Besançon, a démontré comment la mise en place d’une redevance incitative pour l’enlèvement des ordures ménagères (paiement au poids avec bacs équipés de puces) et une campagne de communication suivie ont permis de réduire de 30% la quantité de déchets en 4 ans, évitant ainsi la construction d’un nouvel incinérateur. Poubelles allégées, coût réduit !

Depuis 2015, Paris s’oriente vers une politique zéro déchet. Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement a ainsi annoncé l'expérimentation de la collecte séparée des restes alimentaires dans le 2ème et le 12ème arrondissements au printemps 2017 puis sa généralisation à tous les arrondissements d’ici 2020. Objectif de tri : 50% en 2020 ! Un bio-seau pour chaque foyer, un nouveau bac orange dans chaque immeuble sont prévus pour un ramassage en porte à porte. Un bac de bio-déchets supplémentaire pourrait être installé sur la voie publique avec les Trilib’ pour les apports volontaires, en réponse à l’exiguïté des locaux poubelles.

La réduction des déchets passe par la recherche de l’implication des citoyens au plan local et par des solutions de traitement de proximité, à l’inverse de l’orientation technocratique du SYCTOM qui privilégie les grosses installations industrielles.

Notre pétition est toujours en ligne !

La pétition contre la reconstruction de l’incinérateur d'Ivry-Paris XIII est toujours en ligne : si vous ne l'avez pas encore signée, c'est le moment ! Merci de la relancer en faisant signer autour de vous vos amis et associations, et de la relayer sur les réseaux sociaux : frama.link/StopIncinerateur
Adhérer ou faire un don au Collectif 3R en cliquant ici !
Facebook
Twitter
YouTube
Site web
Email
Copyright © 2016 Collectif 3R, All rights reserved.


Vous avez reçu ce courriel car vous êtes inscrit sur la liste de diffusion du Collectif 3R.
Vous pouvez changez vous préférences ou vous désinscrire de cette liste

Email Marketing Powered by Mailchimp