Copy
Les Actualités du Collectif 3R #19
Associations Agir à Villejuif, Les Amis de la Terre, Arivem, Attac-Ivry-Charenton, CLCV-Ivry, Passerelles
avec le soutien de Zero Waste France
Les Actualités du Collectif 3R #19
INCINÉRATEUR IVRY-PARIS-XIII
 
Un permis de construire délivré contre l'avis de la population
 
Vous avez été presque 2000 à donner vos avis ou contributions sur les registres lors de l'enquête publique et sur ce nombre, les commissaires-enquêteurs n'ont pu dénombrer que 21 avis POUR le projet du Syctom. Malgré cette mobilisation formidable, le rapport de la commission d'enquête réalise le tour de force de balayer cette masse d'avis CONTRE par UN AVIS FAVORABLE ET SANS RÉSERVE pour le projet. Le rapport des commissaires-enquêteurs s'appuie sur les éléments de langage du Syctom ou des services de la préfecture, parfois mot pour mot. Les commissaires-enquêteurs font également part, modestement, de leur incompétence à plusieurs reprises, et s'en remettent au Syctom, les véritables « sachants », de cette mascarade de démocratie. 
 
Toutefois, si la commission d'enquête donne un avis favorable et sans réserve au projet, les commissaires-enquêteurs émettent, sans rire, une recommandation aux collectivités du Syctom : celle d'étudier et de prendre en compte les 12 actions du plan B'OM (www.planbom.org) car, écrivent-ils, « si les citoyens ne s'investissent pas dans la gestion des déchets de leur ville, aucune technologie au monde ne pourra résoudre le problème ».
 
Rappelons que le plan B'OM est chiffré à 600 millions d'euros d'investissement et de fonctionnement pour 12 ans, et qu'il n'est pas question d'ajouter ces 600 millions aux 2 milliards du projet du Syctom, mais de ne pas reconstruire l'incinérateur d'Ivry-Paris XIII, de consacrer une partie de ce budget pharaonique à la réduction des déchets, au tri à la source et à la tarification incitative, et de rattraper en 12 ans le retard de la région parisienne : les capacités d'incinération sont en effet largement suffisantes aujourd'hui sur notre territoire. Mais sans moyens financiers, comment mettre en œuvre le plan B'OM ?
 
 
Le Syctom lance les travaux de la nouvelle usine d'incinération
 
Le Syctom vient d'annoncer l'obtention du permis de construire de la future usine d'incinération des ordures ménagères (UVE) et le lancement des travaux. L'obtention de l'autorisation d'exploiter est prévue pour la fin de l'année, mais d'ores et déjà nous sommes en train d'analyser nos possibilités de recours contre un projet polluant, climaticide, dilapidant les ressources de la planète, au coût exorbitant de 2 milliards d'euros d'investissement et d'exploitation, pour la double usine UVE et UVO.
 
 
Après l'usine d'incinération pour 2023, une deuxième usine TMB (tri mécano biologique)
 
Même si le Syctom parle aujourd'hui d'usine de tri-préparation des déchets pour l'incinération (UVO) , il s'agit bien d'une usine de tri mécano-biologique d'une capacité unique en Europe de 365 000 tonnes.
 
A ce sujet nous avons demandé des précisions sur le procédé au Syctom et  celles-ci ne font qu'aggraver notre inquiétude.
Dans de gros tubes (trommels) les ordures ménagères en mélange seront broyées et malaxées pendant 7 jours, durant lesquels la fermentation et l'aération permettront de séparer les bio-déchets ou fermentescibles des déchets secs (plastiques et cartons) destinés à l'incinération.
 
Le procédé serait sans odeurs et sans risques selon le Syctom.  Mais toutes les visites que le Collectif 3R et l'association Arivem ont faites (Varennes-Jarcy, Montpellier, Angers, Londres...) et l'histoire de ces usines nous prouvent le contraire. Et personne n'a jusqu'à ce jour osé installer une usine d'une telle taille en zone urbaine dense, avec tous les risques avérés d'incendies, et d'odeurs pestilentielles (les exemples sont nombreux) que cela entraîne dès que la technologie est défaillante.
 
Par ailleurs, ces usines sont des contre-sens écologiques contraires à la loi de transition énergétique. Elles contredisent la primauté du tri à la source, seul capable de permettre une valorisation matière optimale, particulièrement pour le compostage des restes alimentaires pour enrichir les sols épuisés par des décennies de culture agricole intensive.
 
 
Le Collectif 3R dit NON au débat public du maire d'Ivry-sur-Seine
 
Lors de la soirée de bilan des assises de la ville du 2 février dernier, Philippe Bouyssou maire d'Ivry-sur-Seine, s'était engagé à organiser un débat public en présence des partisans et opposants au projet des deux futures usines d'Ivry-Paris-XIII.
 
Nous nous réjouissions de ce débat car nous espérions qu'il aurait lieu avant la clôture de l'enquête publique afin que la population puisse donner son  avis en ayant entendu les arguments des deux parties.
 
Finalement le maire nous a proposé pour le 15 novembre un débat en présence d'une soixantaine de participants invités par chaque partie. Le sujet ne devait porter que sur le projet d'usine de tri mécano biologique (UVO), animé par un journaliste indépendant et diffusé sur les réseaux sociaux.
 
Nous avons refusé de cautionner ce simulacre de démocratie. En effet que signifie un débat dans lequel la population ne pourrait s'exprimer que par l'intermédiaire d'un support virtuel, comme si tout le monde ne communiquait que par le biais des réseaux sociaux, portant sur un sujet dont le maire sait pertinemment que toutes les décisions sont arrêtées, qu'il ne s'y est jamais opposé, désavouant même son propre conseil municipal qui avait voté contre le projet de reconstruction Ivry-Paris XIII le 20 octobre 2016. 
Adhérer, réadhérer ou faire un don au Collectif 3R en cliquant ici !
Facebook
Twitter
YouTube
Site web
Email
Copyright © 2018 Collectif 3R, All rights reserved.


Vous avez reçu ce courriel car vous êtes inscrit sur la liste de diffusion du Collectif 3R.
Vous pouvez changez vous préférences ou vous désinscrire de cette liste

Email Marketing Powered by Mailchimp