Copy
Les Actualités du Collectif 3R #16
Associations Agir à Villejuif, Les Amis de la Terre, Arivem, Attac-Ivry-Charenton, CLCV-Ivry, Passerelles
avec le soutien de Zero Waste France
Les Actualités du Collectif 3R #16


Affiche et tract seront disponibles sur notre site www.collectif3r.org

Le rôle des perturbateurs endocriniens

Les habitants d’Ivry-sur Seine et des communes avoisinantes vivent sous les rejets polluants des cheminées de ce qui a été longtemps le plus gros incinérateur de déchets d’Europe (capacité 700 000 t).
 
Seuls quelques uns des produits toxiques qui s'échappent dans l'air que nous respirons sont réglementés, dont les dioxines chlorées, et encore les normes sont-elles définies selon des critères techniques autant que sanitaires. L'OMS par exemple ne fixe aucune limite acceptable aux dioxines qui sont des polluants cancérigènes et des perturbateurs endocriniens. Associés à la baisse de qualité du sperme, aux malformations congénitales, à une puberté précoce, à l’obésité ou à l’autisme, «les perturbateurs endocriniens ne sont pas des substances comme les autres, rappelle André Cicolella, le président du RES. Il faut les éliminer à la source, car on ne peut pas les gérer par la dose."    
 
Le Collectif 3R (Réduire, Réutiliser, Recycler) regroupe les associations favorables aux solutions alternatives à l’incinération. Il réclame depuis plusieurs années au Comité de suivi de site de l’usine Ivry-Paris XIII la surveillance régulière des nouveaux polluants, non encore réglementés, comme les particules fines et ultrafines, ainsi que les dioxines bromées. Celles-ci, qui se forment par combustion des retardateurs de flamme  présents dans de très nombreux produits du quotidien (plastiques, tissus, mousses, électronique,...) sont des toxiques aussi puissants que les dioxines chlorées. La seule mesure que nous avons pour Ivry date de 2013, et était très inquiétante: elle dépassait de 3 à 4 fois le niveau réglementaire des dioxines chlorées.
 
Mais qu'est-ce qu'un perturbateur endocrinien? Comment agit-il sur notre santé? Quelle interaction avec les autres polluants? Quel est le rôle des particules fines? Comment s'en prémunir?

Venez nombreux en débattre avec le 5 avril avec :


- André CICOLELLA, président du Réseau Environnement Santé, qui a réussi à faire interdire le Bisphénol A dans les biberons et milite pour des "villes et territoires sans perturbateurs endocriniens".
 
- Philippe CHAMARET, directeur de l'Institut éco-citoyen de Fos-sur-Mer, institut qui mène un travail scientifique remarquable notamment sur les particules ultrafines et les effets cocktail des polluants industriels.


OU EN EST LE PROJET D'USINES IVRY-PARIS 13 ?

 

L'année 2018 sera pour le Syctom celle du lancement des procédures devant aboutir en décembre à la demande à la préfecture de l'autorisation d'exploiter pour la future usine d'incinération d'une capacité de 350 000 tonnes.
 
Le projet rentre maintenant dans sa phase sérieuse :

- Il doit être analysé et commenté dans les semaines qui viennent par l'Autorité environnementale au niveau national, qui doit se prononcer sur la conformité du projet avec la Loi de transition énergétique le 21 mars prochain. Nous pensons que le Syctom prévoit des quantités de déchets à incinérer beaucoup trop importantes, grâce à des objectifs de recyclage si modestes qu'ils n'en sont pas crédibles. Ces objectifs que le Syctom présente comme "volontaristes" sont  contraires à la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte.
Voir à ce sujet notre note à la ministre Brune Poirson : http://collectif3r.org/note-pour-madame-la-ministre-brune-poirson/

- Il fera ensuite l'objet d'une enquête publique du 15 mai au 15 juin 2018, si les délais qu'on nous annonce sont respectés.
Nous ne disposerons pour analyser le projet que de très peu de temps compte tenu de l'épaisseur du dossier (plusieurs cartons probablement).
Nous solliciterons à ce moment-là un maximum de contributions, fouillées ou pas, pour donner l'avis des habitants au commissaire enquêteur.

Nous l'avons maintes fois dénoncé, la diminution de capacité de l'usine d'incinération par rapport à celle existante n'est pas due à une amélioration du tri sélectif pour atteindre les objectifs contenus dans la loi de transition énergétique, mais en recourant au tri industriel des ordures ménagères par un processus nouveau nécessitant la construction d'une usine supplémentaire qui sera accolée à l'usine d'incinération sur le site d'Ivry-Paris XIII.

Malgré toutes les décisions de justice qui s'opposent à la construction de ces usines de TMB ou Tri Mécano-Biologique en France , le conseil syndical du Syctom a voté, avec la voix du maire d'Ivry-sur-Seine, pour la construction des 2 usines prévues, incinération et TMB.

Nous avons demandé à visiter une usine similaire à celle prévue dans le projet. Comme il n'existe à ce jour aucune installation de ce genre, le Syctom nous a proposé une visite de l'usine TMB-méthanisation de Montpellier qui a tant défrayé la chronique depuis son ouverture en 2008 en raison des nuisances olfactives de putréfaction et des invasions de mouches qui empêchaient les riverains de profiter de leurs balcons et jardins. Le Syctom nous assure que ces problèmes sont maintenant résolus, mais nous avons des témoignages contraires des habitants qui jouxtent l'usine. 
 
La visite de l'usine de Montpellier nous conforte dans notre conviction que nous aurons bien une usine similaire pour sa partie TMB, même si le Syctom prétend le contraire en parlant de "tri-préparation" des déchets, et même si après la victoire des opposants au projet de Romainville, la partie méthanisation a été abandonnée pour Ivry-Paris XIII.
 
Cette obstination à privilégier les solutions industrielles au détriment du respect des dispositions de la loi ne peut que nous interroger sur la réelle volonté de certains élus à défendre l'intérêt général !

A cela une seule réponse : Le plan B'OM !

Le Collectif 3R s'est également inquiété auprès du Syctom des quantités de dioxines bromées contenues dans les fumées issues de l'usine d'incinération. Il y a quatre ans nous avions demandé un prélèvement qui avait révélé des taux 3 à 4 fois supérieurs à ceux considérés comme dangereux pour la santé humaine. Les dioxines bromées sont provoquées par la combustion des retardateurs de flamme contenus dans de nombreux produits comme les matériaux d'ameublement et les circuits électroniques de nombreux appareils. Pour l'instant aucune réglementation n'en fixe le seuil maximum autorisé dans les rejets, elles sont pourtant tout aussi dangereuses pour la santé que les dioxines chlorées qui sont très réglementées.
 
Nous avons alerté le Syctom sur ce point. Il nous a été répondu, qu'à la demande du ministère de l'environnement des prélèvements étaient effectués actuellement sur les fumées de l'usine d'incinération d'Issy-Les-Moulineaux, ainsi que sur une quinzaine d'autres sites industriels. Cela confirme que les industriels se préoccupent en priorité de leurs intérêts au détriment de notre santé et que contrairement à ce que le Syctom a toujours prétendu la combustion des déchets est loin d'être inoffensive !


NOTRE COMMUNIQUE DE PRESSE EN REACTION A L'AVIS DE L'AUTORITE ENVIRONNEMENTALE SUR LE PROJET IVRY-PARIS 13

http://collectif3r.org/ivry-paris-xiii-reactions-a-lavis-de-lautorite-environnementale/


ASSISES D'IVRY, A SUIVRE ...

De la soirée de restitution des "Assises de la Ville" tenue le 2 février, et notamment du discours de clôture du maire, notre collectif retient les points suivants concernant les déchets :

  • La proposition - issue des réunions publiques des assises - de créer un observatoire de la pollution et de la qualité de l'air à Ivry (sur le modèle de l'institut éco-citoyen de Fos-sur-Mer) a été retenue.
  • La volonté du maire d'organiser un débat contradictoire sur le projet de reconstruction des 2 usines d'incinération et TMB, entre le Collectif 3R et le Syctom, débat qui serait retransmis sur les réseaux sociaux. Depuis, le maire nous a informé que ce débat n'aura lieu que si le Commissaire-Enquêteur donne son accord.
  • L' expérimentation - en phase de démarrage et à laquelle nous sommes associés - d'une collecte de biodéchets en porte à porte dans le quartier Monmousseau, celle-ci s'ajoute au tri des biodéchets pratiqué dans les cantines scolaires de la ville par les enfants qui a été généralisé avec succès. Mais nous avons constaté que cette collecte porte-à-porte prend du retard.
Adhérer, réadhérer ou faire un don au Collectif 3R en cliquant ici !
Facebook
Twitter
YouTube
Site web
Email
Copyright © 2018 Collectif 3R, All rights reserved.


Vous avez reçu ce courriel car vous êtes inscrit sur la liste de diffusion du Collectif 3R.
Vous pouvez changez vous préférences ou vous désinscrire de cette liste

Email Marketing Powered by Mailchimp