Copy
CORPOCLIC - L'infolettre de la CBPQ
CorpoClic #20 - janvier-mars 2017
Mot du président

Le printemps se laisse désirer cette année. À défaut d'avoir des bonnes nouvelles du côté de la météo, nous avons eu de belles surprises au niveau professionnel.

D’abord, ce week-end, j'écoutais La sphère à Ici Radio-Canada. Il y avait une entrevue avec Lëa-Kim Châteauneuf, coordonnatrice du Square Banque Nationale de la BAnQ. Le titre de l'entrevue : La bibliothèque du futur : Entrevue avec Lëa-Kim Châteauneuf de BAnQ. Selon le site web de BAnQ le Square est un «Laboratoire de création numérique destiné aux jeunes de 13 à 17 ans, … et une plateforme numérique collaborative accessible partout au Québec.»

D’entrée de jeu, l'animateur, Matthieu Dugal, cherchait à comprendre pourquoi les bibliothécaires, traditionnellement diffuseurs de livres, étaient impliqués dans les médialabs comme celui du Square Banque Nationale de la BAnQ. Ce à quoi Lëa-Kim Châteauneuf lui a répondu que le travail du bibliothécaire dans le médialab  était une autre façon d’exercer une médiation entre l’information et les usagers, mais sous une forme différente.

J’ai trouvé la réponse très pertinente. Bien sûr, en œuvrant dans le milieu, nous ne sommes pas surpris du dynamisme de la profession de bibliothécaire car nous assistons depuis plusieurs années à sa capacité extraordinaire de se renouveler.

Évidemment, Le Square est un bon exemple du dynamisme de notre milieu. Néanmoins, entre ces réalités plus modernes et les services plus traditionnels, comme le prêt de livres ou l'heure du conte, il y a toujours cette volonté admirable de notre profession: celle de servir les usagers en assurant la diffusion de l'information sous tous les formats.

Autre bonne nouvelle: le dernier budget du gouvernement du Québec. On peut avoir toutes les réserves que l'on veut à son égard, il reste qu'après plusieurs années de vaches maigres, voici une bouffée d’air frais. Le Ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a promis l’embauche dans les prochaines années de milliers de «nouveaux enseignants, professionnels ou employés de soutien». Comment cela va-t-il se concrétiser pour les bibliothécaires ? Difficile de le dire. Néanmoins on peut légitimement espérer que cela se traduise par une amélioration de l'embauche de nouveaux diplômés, en particulier dans le domaine de l'éducation.

Souhaitons-nous aussi quand même un peu de soleil et de chaleur …


Guy Gosselin, M.B.S.I., bibl. prof
Président du conseil d'administration
Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec
 
Mise en candidature pour le prochain CA de la CBPQ



Cher(e) collègue,

Vous êtes invités à présenter votre candidature, ou celle d'un(e) collègue, pour le prochain conseil d'administration (CA) de la CBPQ qui entrera en fonction lors la prochaine assemblée générale en octobre 2017.

Les mandats au CA sont de deux ans, soit 2017-2019. La CBPQ encourage une représentation diversifiée afin que tous les milieux soient représentés. Si vous avez à cœur l'avenir de la CBPQ et voulez contribuer au changement, siéger au CA est une bonne manière de faire connaître vos points de vue et de faire avancer les dossiers.

Pour obtenir plus d'informations et accéder au formulaire en ligne: http://cbpq.qc.ca/sites/cbpq.qc.ca/files/fichiers/form_ca_cbpq2017.pdf

Date limite : 15 mai 2017
Prises de position
Prise de position – Cas Maxime Roussy

Le 6 décembre 2016, l’auteur Maxime Roussy a été déclaré coupable de crimes sexuels et de leurre par internet. Plusieurs bibliothécaires se questionnent présentement sur la présence de ses œuvres dans les milieux documentaires.

Considérant que :
  • Selon l’IFLA, La mission fondamentale des bibliothécaires et autres professionnel(le)s de l'information est d’assurer à tou(te)s l’accès à l’information pour le développement personnel, la formation, l’enrichissement culturel, les loisirs, l’activité économique ainsi que la participation informée à la démocratie et à son progrès ;
  • La CBPQ a adopté, en 1976, la Charte des droits du lecteur, qui énonce que « Les administrateurs et le personnel des bibliothèques ont, envers le lecteur, l’obligation : (…) de s’opposer à toute tentative visant à limiter ce droit à l’information et à la libre expression de la pensée tout en reconnaissant aux individus ou aux groupes le droit à la critique » ;
  • Les œuvres de Maxime Roussy sont très populaires auprès du jeune lectorat et transmettent à plusieurs enfants et adolescents le goût de la lecture ;
La Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec condamne vivement les crimes commis par Maxime Roussy. Cependant, même si elle tient à dissocier, en général, l'œuvre de l'auteur et rappeler certains principes chers à sa profession, elle est aussi consciente du fait que Maxime Roussy s'est servi de son œuvre pour attirer sa victime. Bien que la censure ne soit pas souhaitable, la Corporation reconnaît, à juste titre, que certains professionnels de l’information pourraient vouloir protéger leurs usagers en retirant les œuvres de Maxime Roussy de leurs rayons. Elle recommande à chaque milieu documentaire d’évaluer la situation en fonction de leurs particularités et de leurs sensibilités respectives.

Guy Gosselin, bibliothécaire professionnel
Président du conseil d'administration
Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec
 
Lettre à Madame Sonia Paulus, mairesse de la ville de Sainte-Marthe-sur-le-lac

Montréal, le 13 mars 2017

Madame Sonia Paulus, mairesse Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac 3000,
chemin d’Oka Sainte-Marte-sur-le-Lac, Québec J0N 1P0

OBJET : Affichage du poste de Responsable de la bibliothèque municipale de la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Madame Paulus,

La Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec (CBPQ) a pris connaissance de l’affichage du poste de Responsable de la bibliothèque municipale de la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac qui se termine le 26 mars 2017.

La CBPQ a pour mission principale la protection du public et le rayonnement de la profession. Elle voit aux intérêts professionnels de ses membres et fait connaître le savoir-faire des bibliothécaires professionnels et des professionnels de l’information.

Au nom de nos membres, je souhaite vous exprimer notre inquiétude face aux exigences demandées pour ce poste d’envergure. En effet, celles-ci ne nous semblent pas adéquates. La détention d’une maîtrise en sciences de l’information devrait être le prérequis exigé.

Nous désirons vous exprimer l’importance d’effectuer une formation universitaire de deuxième cycle en sciences de l’information pour développer les compétences nécessaires à ce type de poste en accord avec les recommandations de l’American Library Association. À l’ère du numérique, les bibliothèques municipales sont à une époque charnière de leur existence. Dans ce contexte où elles doivent redéfinir leur rôle afin de répondre aux demandes croissantes de nouveaux outils et services liés aux nouvelles technologies, il nous apparait que seul un professionnel de l’information qualifié est en mesure de répondre adéquatement aux impératifs et contraintes liées à votre besoin.

Afin d’assurer le respect des meilleures pratiques et des normes en vigueur dans le domaine, la personne qui dirige la bibliothèque doit détenir la formation adéquate, et ce au même titre que tous les services et infrastructures offerts à vos concitoyens. C’est une question d’égard envers le principe de respect des compétences des diverses professions.

C’est dans ce contexte que la CBPQ regrette que votre administration ignore, dans cet affichage de poste, les pratiques d’usage au Québec et ailleurs en ce qui a trait aux compétences d’un responsable de bibliothèque qui, dans ce cas, pourrait avoir le titre de directeur(trice) de bibliothèque. Les citoyens de votre municipalité pourraient ainsi bénéficier d’un(e) bibliothécaire d’expérience pour veiller au bon développement et au maintien d’une offre de services de qualité dans leur bibliothèque.

Nous espérons que vous orienterez votre choix vers une personne qualifiée dans ce domaine. Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

Guy Gosselin, bibliothécaire professionnel
Président du conseil d'administration
Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec
Comité prise de position

Dans le souci de défendre vos intérêts et de participer activement aux débats de l'heure, la CBPQ a mis sur pied le comité prise de position. 

Nous tenons à rappeler que la Corporation est là pour vous! Nous vous invitons à nous contacter pour nous signaler des offres d'emploi qui vous semblent réductrices, des articles discriminants notre profession ou toute autre situation méritant notre attention.  
CPI 2017


Le Congrès des professionnels de l’information (CPI) aura lieu du 11 au 13 octobre 2017 à Montréal sur le thème «Survivre à la gestion?». Il vise à rassembler bibliothécaires, professionnels, spécialistes, techniciens ou experts de l’information du Québec et d’ailleurs qui souhaitent continuer à se former, réfléchir et partager leurs expériences autour des enjeux liés à leur profession.

Le comité d’organisation vous invite – peu importe votre statut – à proposer une communication ou une affiche (récits expériences, réflexions, études ce cas, recherches, projets, etc.) sur ce thème général avant le 1er mai 2017 (date prolongée). Appel à communications

Pour en savoir plus: http://congrescpi.com/
 
Formations à venir
Mardi 25 avril 2017 de 12h à 12h45
Webinaire - Droit d’auteur 101 : règles et réflexes juridiques en bibliothèque
 
Par Gabriella Rozankovic




Vendredi 28 avril 2017 de 9h à 12h00
Le développement de partenariats dans les milieux documentaires
 
Par Joanie Lavoie


 
Vendredi 05 mai 2017 de 9h à 16h30
Gérer les comportements difficiles

  Par Monik Dussault

 
Mardi 09 mai 2017 de 12h à 12h45
Webinaire - Quelle identité numérique pour une bibliothèque ?

  Par Lionel Dujol

 
Mardi 16 mai 2017 de 12h à 12h45
Webinaire: Livre numérique en milieu scolaire: on avance ou on recule ?


  Par Lyne Rajotte
 
Mentorat
Devenez mentor à la CBPQ!

Soyez mentor en partageant vos bons coups, vos connaissances, votre savoir-faire avec un étudiant ou un jeune professionnel membre de la CBPQ. Il s’agit d’une excellente occasion de rencontrer de nouveaux collègues déterminés et motivés. 


Agir à titre de mentor, c'est :
  • Partager son expérience
  • Échanger sur le cheminement professionnel
  • Rencontrer de nouveaux collègues
  • Connaître des perspectives différentes et des idées nouvelles
  • Parler d’une profession qui vous tient à cœur
  • Avoir 3 années et plus d’expérience de travail
Pour vous inscrire, vous devez compléter ce court formulaire Devenez mentor à la CBPQ.
 
Québec | Les 21 nuances de la bibliothèque de demain
Par Richard Demers

L’université Concordia est engagée dans les travaux de rénovation de sa bibliothèque Webster depuis janvier 2015 désirant allier modernité et tradition.

Le lieu a été pensé et conçu pour les étudiants qui souhaitaient de l’espace et du silence, affirme la bibliothécaire en chef, madame Guylaine Beaudry. Le nombre de places offertes pour travailler est passé de 1500 à 3100 faisant augmenter du même coup le nombre de visiteurs à 13 000 au cours de la dernière session. La rénovation permet également au lieu son passage numérique.

Madame Beaudry voulait que chaque étudiant trouve l’endroit qui lui convient. Pour cette raison, on y retrouve 21 types d’espaces regroupés en 4 grandes catégories : les espaces silencieux (certains interdisent même l’utilisation d’un clavier d’ordinateur) ; les espaces collaboratifs ; les espaces d’enseignement et ceux du programme technologique.

Les travaux dont le budget de 33 millions de dollars a été respecté devraient se terminer en août prochain.

Quand on lui parle de l’époque de coupes budgétaires que l’on traverse, madame Beaudry répond qu’en donnant de bonnes conditions pour étudier aux étudiants, on ne gaspille pas les fonds publics. Le budget provient du Plan québécois des infrastructures et de la contribution d’un million de dollars des étudiants.


 Source
Québec | Là où il fait bon lire
Par Richard Demers

Puisqu’on voit des librairies s’ouvrir un café invitant le public à bouquiner ou discuter, Nathalie Collard, l’auteure de l’article, présente une tournée de ce troisième lieu, qui ne concerne ni la maison, ni le travail, mais un endroit convivial pour échanger, boire et manger. Inspirée par le concept, la Grande Bibliothèque a créé au rez-de-chaussée le Parva Café : « un lieu pour socialiser » qui encourage la clientèle à visiter la bibliothèque, selon Christiane Barbe, directrice générale.
La librairie de Verdun et celle du Vieux Bouc ont également ouvert ces endroits pour lire et retenir la clientèle.
Il en va de même chez Québec Amérique où la patronne, Caroline Fortin, a réalisé son rêve d’ouvrir un café avec le goût de démystifier le monde de l’édition.
L’auteure de l’article présente une liste de bonnes adresses.


Source
Québec | Lancement du concours d'architecture pour BAnQ Saint-Sulpice
Par Richard Demers

Le ministre de la Culture et des Communications et celui responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, monsieur Luc Fortin et le maire de Montréal, monsieur Denis Coderre, ont lancé le concours d’architecture pour la réhabilitation de la bibliothèque Saint-Sulpice à l’échelle de la province du Québec.

Classé immeuble patrimonial, BAnQ-Saint-Sulpice deviendra une bibliothèque-laboratoire pour les adolescents et axé sur l’exploration des nouvelles technologies.

Le projet permettra la préservation d’un édifice patrimonial et la création d’un lieu de culture et de connaissance adapté aux jeunes. Selon monsieur Fortin, le lieu démocratisera la pratique artistique auprès de tous les publics. Quant au maire, monsieur Coderre, l’architecture et la mission de BAnQ-Saint-Sulpice donneront de l’éclat au statut de Montréal, ville numérique et de Montréal, métropole culturelle.

Le concours d’architecture se développe en deux étapes : les firmes d’architecture avaient jusqu’au 9 février 2017 pour déposer leur dossier de candidature. Les finalistes étant sélectionnés entre le 10 et le 24 février.

Au cours de la 2e étape, les finalistes auront jusqu’au 2 mai 2017 pour déposer leur esquisse de concept.

L’équipe lauréate sera désignée le 31 mai 2017.

On prévoit une enveloppe budgétaire de 17 millions de dollars pour mettre sur pied une bibliothèque pour adolescents et un laboratoire d’innovation et de création avec un espace de type médialab et aux ateliers de fabrication techno.


Source
Québec | Passer la nuit à la bibliothèque du Cégep de Matane
Par Richard Demers

Plus de 300 personnes ont participé à une vingtaine d’activités entre les murs de la bibliothèque Lucien-Lelièvre du Cégep de Matane dans le cadre de sa 2e nuit blanche.

Gratuitement, ils ont pu profiter d’ateliers de dessin, de rallye littéraire, d’activités numériques et virtuelles, de musique, de cinéma et de théâtre. Il y avait même un atelier de DJ donné par Jean-Marc Philion, enseignant en animation 3D.

En 2016, la projection d’un film à la bibliothèque et les activités qui s’y sont greffées, ont donnée forme à la première Nuit blanche à la bibliothèque. Cela a été un succès instantané selon Anick Arseneault, technicienne en documentation.

Cette année, Le Service d’accueil des nouveaux arrivants de la Matanie en a profité pour souligner la diversité culturelle par la projection de deux films.

Source
Québec | Emprunter un bibliothécaire, un succès
Par Richard Demers

À la bibliothèque de Saint-Léonard, la bibliothécaire, Allison Harvey, rencontre des participants individuellement pour répondre à toutes leurs questions sur la bibliothèque et son fonctionnement, sur le prêt de documents numériques, sur les fonctionnalités d’une tablette ou sur l’utilisation de Skype. Les plages horaires sont pleines. Il existe même une liste d’attente pour les prochaines séances. C’est le service Emprunter un bibliothécaire.

Remarquant de nombreux usagers éviter, par gêne, les cliniques informatiques pour une meilleure utilisation de leurs appareils, madame Harvey a proposé une activité plus personnalisée, explique madame Nancy Gravel, bibliothécaire responsable de la bibliothèque.

Ce printemps, on y lancera le Café numérique. Les gens pourront mettre en pratique leurs nouvelles connaissances informatiques autour d’un café.


Source
Québec | Le "croque-livres", un autre magnifique projet de la classe spéciale de l'école C.-E.-Pouliot
Par Richard Demers

La ville de Gaspé et le ministère de la Culture et des Communications ont participé avec les élèves de la classe spéciale de l’école C.-E.-Pouliot, à l’adoption d’un croque-livres, une boîte d’échange de livres gratuits destinés aux lecteurs de 0 à 12 ans. Il s’agit d’une initiative de la fondation Chagnon dans plusieurs villes du Québec ; le but étant de proposer de lire et de démocratiser l’accès à la littérature jeunesse.

Le croque-livre a été inauguré le 1er février dernier, à la suite d'une collecte de 300 livres, au carrefour Gaspé, un endroit accessible pour toutes les familles.

Madame Catherine Boulanger, enseignante, assure qu’on nourrira la bête toutes les semaines.

Les participants à ce projet sont récipiendaires d’une bourse d’excellence de la fondation Jeunes-Projet.

La commission scolaire Chic-Chocs félicite les élèves et les membres du personnel participants et leurs partenaires.

Source
Canada | Les bibliothèques, des berceaux d’entreprises
Par Christian Lacroix
 
Des bibliothécaires en entrepreneuriat, menés par la Torontoise Carey Toane, sont en train de former un “forum de perfectionnement professionnel à l’intention d’un groupe grandissant de bibliothécaires universitaires aux tâches et antécédents variés qui offrent un soutien à l’entrepreneuriat. Ce symposium promet d’être une source d’inspiration pour le milieu.”

Source
Monde | Le futur façonne nos bibliothèques
Par Christian Lacroix

Le métier de bibliothécaire mute et s’adapte à l’évolution numérique, entre crainte et enthousiasme. L’intérêt de cet article est de présenter à la fois les avis de membres du personnel que de la direction sur l’impact des nouvelles technologies dans les bibliothèques de la ville de Genève.

Source
Monde | Kansas City Public Library embraces the homeless
Par Christian Lacroix

Le programme “Café et conversation” de la bibliothèque publique centrale de Kansas City est un bel exemple de service social en bibliothèque. Une heure par mois, les sans-abris ont droit de parole et reçoivent de l’information sur les services pouvant les aider, tout en savourant des pâtisseries et du café. Évidemment, ils sont aussi les bienvenus durant les heures d’ouverture et ont accès à tous les services, comme tout le monde.

Source
Monde | Pourquoi le numérique n’a pas fait fermer les bibliothèques?
Par Christian Lacroix
 
  • Parce qu’elles numérisent leurs contenus.
  • Parce qu’elles partagent les ressources entre elles.
  • Parce qu’elles s’adaptent aux usagers et aux territoires.
  • Parce que même la formation des bibliothécaires évolue.
  • arce que le numérique c’est un style de vie.
  • Parce que les bibliothèques sont devenues des lieux de sociabilité.
  • Bref, “plutôt que se laisser noyer dans la vague du numérique, les bibliothèques essaient de surfer dessus.”
Monde | Entre histoire du livre, sciences de l’information et sociologie de la culture, peut-il exister une recherche en bibliothéconomie?
Par Christian Lacroix

Depuis le début du 21e siècle, la recherche en bibliothéconomie, du moins dans l’univers francophone, semble avoir connu un certain ralentissement, contrairement à celle en archivistique. La bibliothéconomie est dépendante d’autres sciences et éprouve de la difficulté à se faire reconnaître au niveau universitaire.

Source
Monde | Libraries as innovation incubators
Par Christian Lacroix

Une des façons de renouveler l’offre de services des bibliothèques est d’offrir nos ressources (espace de travail, accès internet, ouvrages de référence et conseil professionnel) aux innovateurs et entrepreneurs. Ce concept n’est pas nouveau puisque la bibliothèque d’Alexandrie était, il y 2000 ans, le point de départ de plusieurs “créateurs d’entreprises” et de “travailleurs autonomes” de l’époque. L’auteur fournit des liens vers des articles scientifiques décrivant en profondeur trois exemples de réussite en incubation d’innovation en bibliothèque. Les “makerspaces” et l’impression 3D permettent d’aller plus loin dans ce domaine.

Source
Éducation et formation | Comment les livres sont-ils choisis ?
Par Louise Struthers

L’acquisition de nouveaux titres dans les collections jeunesse des bibliothèques publiques et scolaire exige une vigilance constante, particulièrement en ce qui concerne toutes les formes de discrimination. En raison de la présence de parents bénévoles responsables des achats de livres dans les bibliothèques d’écoles primaires, les choix de livres à ajouter ou à retirer peuvent être subjectifs. Cette situation entraîne parfois des dérapages. Afin d’aider les écoles à constituer une collection de meilleure qualité, plusieurs commissions scolaires, dont celle de Montréal, disposent de bibliothécaires spécialisés qui peuvent accompagner les écoles et les guider dans l’achat et l’élagage de documents.

Source
Éducation et formation | Ma bibliothèque est plus ouverte que la tienne
Par Louise Struthers

À Montréal, les heures d’ouverture varient considérablement au cours de l’année d’une bibliothèque à une autre. La période des Fêtes illustre davantage cette variation. Pourtant, durant cette période de l’année, les bibliothèques devraient être ouvertes encore plus longtemps, selon Réjean Savard, professeur retraité en bibliothéconomie de l’Université de Montréal. Malheureusement, il existe une grande disparité tant à l’intérieur même du réseau des bibliothèques de Montréal, offrant de 18 heures à 30,75 heures par semaine pour la même période, que dans les autres bibliothèques des villes anglophones de l’Île de Montréal qui sont ouvertes jusqu’à 77 heures. Cet écart est un «exemple parmi d’autres de la mentalité anglophone en bibliothèque publique », souligne M. Savard. Il explique cette disparité par le fait que chaque arrondissement gère de façon autonome sa bibliothèque et précise que la situation s’est grandement améliorée dans la dernière décennie. Il insiste sur le besoin d’investir davantage dans les bibliothèques pour se doter d’une société informée. M. Savard explique que deux tendances s’opposent dans les bibliothèques : la vision européenne pour qui la bibliothèque est le dépositaire des livres et la vision américaine qui tend vers le libre accès du savoir. Selon lui, le Québec a choisi l’Amérique.

Source
Éducation et formation | Profil d’emploi : Bibliothécaire
Par Louise Struthers

Dans le cadre d’une entrevue sur un site qui présente divers profils d’emploi, Nathalie St-Jacques discute de son métier de bibliothécaire en milieu universitaire à l’Université de Sherbrooke, de ce qui l’y a amené, de ce qu’elle en apprécie et de ce qu’elle y changerait.

Source
Éducation et formation | The Devalued MLIS: ALA’s Leader Must Be a Librarian | Blatant Berry
Par Louise Struthers

Depuis près de 140 ans, le directeur exécutif de l’American Library Association (ALA) a été un bibliothécaire professionnel. Présentement, le détenteur de ce poste doit détenir une maîtrise en bibliothéconomie et en science de l’information (MLIS en anglais). Cependant, certains membres du conseil d’administration de l’ALA questionnent cette exigence et ont souhaité en faire plutôt un atout pour les candidats potentiels au poste de directeur exécutif. La question a été débattue lors d’un congrès de l‘ALA tenu en janvier dernier. Selon l’auteur de l’article, un tel changement dévaluerait le diplôme et le professionnalisme de ceux qui le détiennent. Certains experts de d’autres domaines estiment que les bibliothèques et les bibliothécaires sont obsolètes. L’auteur insiste sur le fait que la masse d’information et l’érosion de la qualité de l’information plaident plutôt en faveur de la nécessité du travail du bibliothécaire. Le diplôme MLIS assure que le détenteur comprend les besoins et protège le droit de tous à une information de qualité.

Le conseil d’administration de l’ALA a voté à 78 voix contre 75 pour que le prochain directeur exécutif détienne le diplôme de maîtrise MLIS.

Source
Éducation et formation | How This School Library Increased Student Use by 1,000 Percent
Par Louise Struthers

Dans le but de contrer la faible affluence d’étudiants, une bibliothèque de l’Ohio a choisi, plutôt que de se tourner vers les fab labs, de travailler en collaboration avec le personnel enseignant de l’école afin de faire de ces lieux une extension de la salle de classe. Ce nouveau centre d’apprentissage a vu son achalandage passer d’une dizaine d’étudiants par jour à plus d’une centaine. Reconfiguration des espaces, mobilier mobile, adaptation de l’offre de services aux programmes de classe, technologies interactives sont tous des aspects sur lesquels s’est penchée l’équipe, sans oublier les livres. La bibliothèque a même développé un partenariat avec la bibliothèque publique locale pour favoriser le prêt entre bibliothèques, ce qui élargit sa collection d’une certaine façon.

Source
Éducation et formation | InfoTrack : Formation gratuite en ligne avec humour aux compétences informationnelles
Par Louise Struthers
 
La bibliothèque de l’Université de Genève propose un outil en ligne de formation aux compétences informationnelles intitulé InfoTrack. Cet outil, qui utilise une pédagogie basée sur l’humour, est principalement destiné aux étudiants. Il s’agit d’une série de 24 épisodes vidéo de 3 minute chacun. Cinq thématiques sont explorées : comment trouver?, plan de recherche documentaire, trier, rédaction et communication, plagiat. InfoTrack est accessible tant à partir de l’ordinateur, de la tablette que du téléphone intelligent.

Source
Architecture et aménagement  | The 19 most beautiful libraries in the U.S.
Par Ekaterina Valkova

Les bibliothèques aux États-Unis font partie des constructions architecturales remarquables. Des bibliothèques historiques de New York à Californie se démarquent par leurs salles de lectures vastes, des hauts plafonds décorés, des chandeliers, de la lumière chaude des lampes de lecture. Les bibliothèques modernes – comme la bibliothèque centrale de Seattle, ou la bibliothèque publique de Billings – sont à la fois des merveilles architecturales, des points focaux des communautés et des technologies; elles offrent l’accès aux livres, aux studios, aux média-labs, aux salles d’expositions. Cliquez sur le lien pour voir les 19 bibliothèques les plus belles aux États-Unis :

Source
Technologies | Livres augmentés : le mariage parfait entre le papier et le numérique
Par Ekaterina Valkova

Les livres papiers et les livres numériques sont présentés comme des supports en concurrence l’un avec l’autre. Pourtant, les deux peuvent être complémentaires, même indispensables l’un à l’autre. C’est le cas des livres augmentés. Tout comme dans la réalité augmentée, le livre augmenté permet de faire une association entre le monde physique (le support papier) et le monde informationnel (ce qui se déroule sur la tablette ou le téléphone intelligent lorsqu’on le met en contact avec le livre physique). Exemple de livres augmentés : la série ‘Adopte un Tetrok’ de l’éditeur Édition Margot, et la collection ‘Histoires animées’ parue chez Albin Michel. Pour lire un livre augmenté, il faut télécharger l’application gratuite, positionner la tablette face aux pages qui renferment une petite caméra, et les personnages prennent vie. Pour réaliser un livre augmenté, les illustrateurs, les animateurs et l’éditeur sont soumis à plusieurs contraintes techniques : il faut que les illustrations soient le plus détaillées possible, le papier doit être très épais et mat sinon, la lumière se reflète sur la page et le logiciel ne reconnaît pas le dessin, et les différentes parties des personnages doivent également être séparables afin de pouvoir être animées indépendamment les unes des autres.

Source
Technologie | Documenter #wikifablabsQcJam #slowinnovation
Par Ekaterina Valkova

En septembre dernier, des représentants d’une dizaine de bibliothèques qui ont implanté des fab labs, se sont rassemblés pour explorer la situation et l’horizon des bibliothèques sur le thème ‘Bibliothèques et fab labs : Mode d’emploi des communs’. Ils ont essayé de répondre aux questions : Quelles ambitions/attentes/aspirations communes portons-nous avec l’ouverture de ces fab labs en bibliothèques? Qu’est-ce que l’on peut faire en commun concrètement?’. Après les échanges, une période de prototypage avait alors permis de faire émerger un projet de collaboration et de partage professionnel que l’on souhaitait mettre en place et expérimenter dès l’automne 2016 au sein du wiki de Fab Labs Québec. L’article dresse une liste des aouts des fab labs participants dans le projet.

Source
Technologie | La réalité virtuelle (VR) fait son entrée
Par Ekaterina Valkova

La bibliothèque Laurent-Michel-Vacher du Collège Ahuntsic s'est dotée d'une station de réalité virtuelle. Considérée la prochaine grande percée technologique de masse, cet appareil de diffusion de contenu hautement immersif est accessible à tous les membres de la communauté du Collège. Soucieux d'être à l'avant-garde, le Collège Ahuntsic embarque dans l'aventure de la réalité virtuelle sur deux plans. Premièrement, une station de consultation de contenus virtuels est en place pour se familiariser avec le concept. Dans un second temps, le développement de tels contenus sera exploré et possiblement enseigné un jour au Collège. La solution de VR retenue par le Collège est une paire de lunettes RIFT de Oculus.

Source
Culture et histoire | Les femmes dans l’histoire, l’exemple d’Éva Circé-Côté
Par Ekaterina Valkova

Dans son émission Le 15-18 de Radio-Canada, Annie Dérocher invite l’historien Jean-François Nadeau qui raconte la vie d’Éva Circé-Côté. D'abord connue comme bibliothécaire à la première bibliothèque publique en 1903, elle était aussi poète et journaliste, mais d'abord et avant tout une femme à l'esprit humaniste et moderne. Féministe, elle défendait les femmes au début du 20e siècle. Elle s'est battue contre l’impossibilité pour les enfants d’accéder aux bibliothèques publiques et elle en a perdu son emploi. Elle a été congédiée en 1932 parce que ses luttes apparaissaient peu compatibles avec le rôle d’une bibliothécaire. « Son patron lui a dit : "Les bibliothécaires hommes font très bien l’affaire, on n’a pas besoin de femmes ici" ». Elle a par la suite continué de militer pour l’éducation des filles. Elle a lancé, avec Georgina Bélanger, un lycée laïc pour filles, qui a été obligé de fermer en 1910. Au fil de sa carrière journalistique, elle a publié sous différents pseudonymes, dont Julien Saint-Michel et Colombine. Dans ses textes, elle s'est portée à la défense des Juifs, des Autochtones et des ouvriers, et a aussi abordé l’héritage des patriotes.
 
Design et web | Déclaration des communs numériques pour un Québec postindustriel
Par Ekaterina Valkova

L’ouvrage ‘Le 21e siècle’ de Michel Cartier décrit les mutations que nous traversons dans l’ère du numérique. Dans cette perspective de révolution technologique, une vingtaine d’associations, collectifs, entreprises et organismes sans but lucratif, qui jouent un rôle actif dans l’écosystème numérique québécois, se sont unis pour signer une Déclaration des communs numériques dans le cadre du processus de consultation de la Stratégie numérique du Québec. La Déclaration affirme l’urgence de remettre le numérique au service de l’humain, de ses capacités fondamentales et des biens communs afin d’améliorer la vie des gens et de soutenir une démocratie plus inclusive. Le texte de la déclaration est disponible à la fin de l’article.
 
retourner en haut de la page
Mention de droits d'auteur: CBPQ 2017, Tous droits réservés.
Vous recevez ce courriel car vous êtes membre de la CBPQ.
Actualisez vos préférences | Retirez-vous de cette liste






This email was sent to dg@cbpq.qc.ca
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
CBPQ · 1453, rue Beaubien est, bureau 215 · Montréal, Québec H2G 3C6 · Canada

Email Marketing Powered by Mailchimp