Copy
Notre Arpège Cup 2017 - L'Arpège fête ses 50 ans ! 
View this email in your browser

La Rochelle, 50 ans plus tard !
33 Arpège dans le vieux port

 

Il y a bien longtemps qu’on avait vu pareil rassemblement d’Arpège. Plus de 30 unités réunies dans un même port pour fêter un bateau de légende conçu par Michel Dufour... Il y a près de 25 ans que ça n’était pas arrivé. À l’époque l’APA (Association des Propriétaires d’Arpège) devenue depuis Association des Passionnés d’Arpège était présidée par Michel Goubault, à qui il faut rendre un vibrant hommage pour la création et le développement de cette amicale, toujours aussi active aujourd’hui... Pour tous les Arpégistes, le rassemblement de La Rochelle et plus généralement l’année 2017 sont à marquer d’une pierre blanche puisque notre bateau fête cette année son demi-siècle d’existence.
 
Imaginé par un architecte Rochelais, construit par des chantiers rochelais, il était inconcevable de fêter son cinquantenaire hors de La Rochelle. Notre président Philippe Bertheuil, a eu beau tenter de dissuader la Secrétaire , Caroline Gaudy (« Inconcevable », tu veux dire irréalisable a t’il pensé haut et fort pendant un an ! »), c’était sans compter l’opiniâtreté de Caroline.
 
« On en rêvait, Caroline l’a fait ! ». 33 Arpège en plein mois d’août dans le Vieux Port de La Rochelle, pour des agapes, des parades, des régates. Il aura fallu un an de travail, des centaines de coups de téléphone, de mail, de SMS, et de multiples rendez-vous pour mener à bien cet événement.
 
La première difficulté, et non des moindres, était de trouver une date qui convienne au plus grand nombre. Le Port de La Rochelle proposait deux options : au mois de septembre 2017 ou entre le 9 et le 15 août. La plupart d’entre nous ont immédiatement plébiscité le mois d’août (et surtout pas le mois de septembre). Dès lors, une seule date s’imposait, même si l’événement se déroulait aux mêmes dates que « Les Voiles de légende » de La Baule.
On comprend la déception de Dominique Molette, Président du Yacht Club de La Baule, propriétaire de l’Arpège Argo II, qui avait accueilli une très belle Arpège Cup en 2016.Nous lui confirmons que nous serons nombreux l’an prochain pour participer à son très beau rassemblement annuel.
 
La grand-messe des Arpège 2017 a donc été programmée du 9 au 12 août dans le Vieux Port de La Rochelle et tout au long de l’année notre secrétaire  a sonné le rassemblement sur Facebook, sur le site Internet www.voilier-arpege.com, dans notre newsletter, en faisant déposer des flyers dans tous les ports de Manche et d’Atlantique...
 
Pour que la fête soit réussie, Caroline voulait 35 Arpège dans le Vieux-Port. Elle en a finalement attiré 33 ! ! ! Un record que seules des séries transportables, comme les Corsaires ou les Muscadet, arrivent à battre après 50 ans de carrière… Sauf que nos Arpège ne sont pas transportables et sont tous venus de France et de Navarre par la mer.


De Capbreton à Diélette..."Partons la mer est belle"
 
Le chant des Arpège n’a jamais porté si bien son nom. Au PC de La Rochelle, la tension monte dès le 6 août. La grande transhumance des Arpège débute. Les premiers messages arrivent sur le « PC » et le portable de Caro. D’abord, des messages de désillusion : Oanig cloué en Bretagne Nord par une avarie... Le Potonnec, qui faute de temps ne pourra venir de Capbreton... Manakara qui n’a pas d’équipier... Aquilon, dont le skipper, Olivier Joly, est contraint par des obligations professionnelles en Afrique... Morganec qui, après une sortie douloureuse, entame une convalescence sur un chantier de Sainte Marine...
 
Pourtant, au fil des jours, tout problème trouve des solutions. Jean Paul de Morganec monte à bord de Valhalla pour effectuer le pélerinage rochelais avec son copain Bernard... Lucia répond à l’appel de Manakara, qui entre temps trouve un équipier, et lui propose de faire la route ensemble... Olivier Joly met Aquilon à disposition de Jean Claude Lefur, propriétaire de l’Arpège Abada qui mouille sur La Rance et de Guy Dupuy, ex président du Club Nautique de Blaye...  Romain Tourte d’Oanig et Marc Declercq de Le Potonnec décident finalement de venir contre vents et marées.
Pour Le Potonnec, la route est longue et fatigante, 38 heures de prés, sans pilote, sans moteur, mais fort heureusement avec son copain Ludovic pour une arrivée à la Rochelle dans la nuit du 7 au 8 août vers 3 heures du matin ! À l’entrée du Port des Minimes, les couche-tard de Lucia ont promis de se coucher encore plus tard pour attendre Marc et Ludovic et remorquer Le Potonnec à bon port. Reconnaissance maritime oblige, ils se sont couchés encore plus tard !... Sans doute à une heure où Romain Tourte, en solitaire sur Oanig, serre les dents, pleure de rage, ou rêve d’horizons plus cléments. Car il veut relever le défi, « son premier défi de navigateur en solitaire » : rallier La Rochelle coûte que coûte. Le jeudi en fin d’après-midi. à 19 h, après trois jours de mer, surprise générale : Oanig est annoncé au passage de l’écluse du Bassin des chalutiers. Respect pour ses deux fortunes de mer !!!
 
Parmi les Arpégistes au long cours, on pourrait aussi saluer Bruno, d’Adagio, un fidèle d’entre les fidèles, qui chaque année passe le Four d’Ouessant et le Raz de Sein, pas toujours dans des conditions confortables, pour participer au rassemblement de l’APA. Toujours présent, même s’il eut parfois des arrivées tardives à cause de la météo. Il est bien sûr à La Rochelle.
 
Sans oublier, deux inscriptions à J-7 jours du rassemblement : Gu Bragh arrive de Brest en remorquage dans le vieux port en raison d’une avarie de moteur et Gildas de Passe Nuage qui vient d’acheter son Arpège à Marzan, quitte La Vilaine en solo dés le lendemain pour rejoindre La Rochelle.
 
Présent aussi à La Rochelle, Eole V, déjà vu cette année à la Semaine du Golfe du Morbihan qui s’est offert un joli périple en Méditerrannée lors de ces dernières années.
 
Coup de chapeau aussi aux Champions du Monde 2017 du nombre de milles parcourus en 2016 : Marine & Vincent sur Shamrock, qui se sont offerts un aller-retour Brest - les Açores. Après des agapes aux Voiles d’Iroise avec la flotte des « Classiques » (Pen Duick, Bryell, Pangur Ban et consorts) fin juillet, une petite descente Brest-la Rochelle est pour eux une simple formalité.
 

Ça monte et ça descend...
On dit souvent qu’il est plus facile de descendre à la Rochelle que de remonter. C’est encore le cas entre le 6 et le 9 août, avec des vents portants pour les bretons... donc dans « la gueule » pour les Aquitains. Pour Aquatinte et Golo Robine, après les courants de la Gironde, il faut gagner mètre après mètre au prés pour rejoindre le rassemblement.
 
Parallèlement, ça déboule à 6 ou 7 noeuds grand largue ou vent arrière depuis le Finistère ou le Morbihan et plusieurs Arpège sont vus, croisés, ou se retrouvent dans les différents ports de Bretagne Sud ou du pertuis Breton : Saint Luc et Musica à Noirmoutiers, Thaïs et Haig à l’Île d’Yeu, etc.
 
Du côté de la flotte locale on s’affaire... Aquilon affrêté à la hâte, Rigado caréné à l’arrache, Papijak toujours impeccable, Chloé qui lustre son petit c... pour qu’il soit sur son plus beau jour (pour info Chloé a été l’objet d’une chirurgie esthétique dans son enfance pour transformer son tableau d’Arpège ancien en petit derrière extra fin) ...
 
Seule Silhouette se sent un peu... seule !  car sa propriétaire est trop occupée par l’organisation de la manifestation et n’a plus une minute à elle pour bichonner son bateau. Heureusement, Christophe, Responsable technique Croisière de France Voile Loisirs, Hervé, ancien président de l’Association des Rush, et Dylan sont à l’écoute pour assurer la présence de Silhouette en tête de gondole.
 

Ponctuels...
On pensait qu’un grand nombre d’Arpège arriverait au dernier moment, voire en retard. Loin s’en faut, dès le mardi de nombreux bateaux sont aux Minimes et le mercredi, en fin d‘après midi, la flotte, quasiment au complet, passe les écluses pour se retrouver dans le bassin des chalutiers.
 
Ponctuels le 9 août, ponctuels aussi le 10 août !
Le rendez-vous pour les inscriptions est fixé à 10 heures dans les locaux (provisoires) du Yacht Club Classique. Un ancien édifice religieux qui ne manque pas de charme, même si le Yacht Club Classique attend avec impatience de retrouver sa maison sur le Vieux Port, à l’ombre des tours.
À 10 heures, tous les armateurs d‘Arpège sont là ! Cela crée quelques embouteillages administratifs, mais dans une bonne humeur généralisée. Coup de chapeau à tous pour les licences, annuelles ou provisoires des équipiers et pour les certificats médicaux. En deux heures, toutes les formalités sont bouclées. Une prouesse avec une flotte de plus de 30 bateaux !
 
Après-midi : libre ! Echanges, visites de bateaux, découverte de La Rochelle, visite de Joshua qui accompagnera notre flotte d'Arpège sur l'eau dés le lendemain, quelques coups à boire, quelques siestes... Le premier tralala d’honneur est programmé à 19 heures avec un pot d’accueil animé par notre Président Philippe Bertheuil, et Bernard Ballanger, Responsable de la Maison du Yacht Club Classique qui a beaucoup œuvré pour la réussite de notre manifestation.
Connu pour son humour et sa connaissance de l’histoire locale, cette figure rochelaise nous conte quelques belles anecdotes et nous invite à boire à l’Arpège, aux Arpégistes, et aux spectateurs de ce pot d’accueil, à savoir  quelques anciens qui se trouvent sous nos pieds : nous festoyons, parait-il, dans un ancien cimetière et souhaitons que notre bonne humeur soit communicative.

Une Arpège Cup mémorable...

Tous les Arpègistes ne sont pas des régatiers et le cinquantenaire de l’Arpège à la Rochelle ne se résume pas à cette régate devenue néanmoins un rendez-vous annuel traditionnel. Sur 33 bateaux participant à notre pèlerinage rochelais, 22 ont décidé de s’inscrire à la régate. Beaucoup d’entre eux étaient alourdis de tout un équipement nécessaire pour une croisière de plusieurs jours. Certains avaient des carénages qui dataient de plusieurs mois. Mais l’essentiel était de participer. Et l’Arpège Cup du cinquantenaire fut mémorable à plus d’un titre.
Compte tenu d’une météo rochelaise de mois d’août, petit temps le matin, brise l’après-midi, le président du Comité de course, Robert Lainé, avait concocté deux jolis parcours permettant un arrêt pique-nique à midi au mouillage de la plage des Sablonceaux et un passage sous le pont de l’Ile de Ré l’après midi.
 
Pour la première manche, tradition oblige, la ligne de départ est mouillée à un mille sous le vent de la Bouée Ouest des Minimes. À l’issue d’un départ bien groupé, les écarts se creusent avant la première marque de parcours. On retrouve en tête les régatiers comme Harmony Again, Le Potonnec, Aquatinte II... Une fois la Bouée des Minimes franchie les premiers spis sont de sortie sur un bord de vent de travers qui se montre parfois refusant. Très vite, Haig, léger comme la plume s’envole, laissant le soin à Harmony Again et Le Potonnec, deux GTE (Grand Tirand d’Eau) de marquer une grappe de PTE (Petit Tirant d’Eau) qui attend son heure. Après le passage de la Roche du Sud, l’heure a sonné, le vent mollit laissant impuissants Harmony et Le Potonnec face aux attaques d’Aquatinte, Musica, Chloé et Rigado. À la Bouée des Lavardins, les quatre « quille courte » sont dans un mouchoir et se croisent et s’entrecroisent jusqu’à l’arrivée à la Bouée Marie Anne. Haig, l’Arpège GTI Turbo, est arrivé... depuis longtemps ! Le reste des Arpège passe la ligne et rejoignent Sablonceaux au rythme d’une parade harmonieuse.


Une deuxième manche de folie
Le président du comité de course a pour obligation que tous les concurrents de la seconde manche aient franchi la ligne d’arrivée aux Minimes à 16h30. C’est pourquoi le pique-nique des Sablonceaux ne dure qu’une heure environ. La procédure de la seconde manche est lancée vers 13h30.
Effet d’un encas parfois arrosé, la flotte est plus éparpillée pour le second départ que pour celui du matin. Musica profite de cet effet somnolence pour prendre, lui, un départ au canon. Il espère ainsi pouvoir mieux  résister au retour des GTE alors que le vent commence à forcir.. L’espoir dure jusqu’à la passe montante du pont de l’île de Ré.
Dans la passe descendante les GTE, Haig, Le Potonnec, Lucia, Harmony Again, ont repris l’ascendant. Reste à prendre une décision, lancer le spi ou non. Haig, Lucia, Le Potonnec, Silhouette, Aquatinte tentent l’aventure. Harmony, Musica, Rigado choisissent une option plus sage.
Haig s’en mord les doigts au sens propre (en témoignent quelques pansements le soir), ce qui ne l’empêche pas de survoler aussi la deuxième manche. Tous les autres lanceurs de spi sont contraints d’affaler et les poursuivants arrivent grouper à l’avant-dernière bouée : La Lavardin Sud. Le vent a forci, certains spis sont en vrac dans les carrés. La plupart des concurrents sont contraints de débouler à vitesse grand V au portant jusqu’à l’arrivée aux Minimes.
Quand soudain l’incroyable se produit : appel VHF de Golo Robine : « un équipier vient de sauter à l’eau ! »
« 1000 sabords de tonnerre de Brest, bachi-bouzouk à vapeur », le capitaine Haddock n’avait vécu pareil moment depuis le Secret de la Licorne. « Une affaire étrange » s’exclame  Dupont, « Je dirais même plus une étrange affaire » surenchérit Dupond. Plusieurs bateaux se déroutent pour secourir l’équipier de Golo : Saint Luc, Thaïs, ... mais il ne souhaite pas monter à bord. Raison évoquée : « Je ne veux pas perturber la régate ! ! ! » Visiblement le matelot n’a pas perdu le sens de l’humour. L’événement va bien sûr alimenter les conversations de pontons en fin d’après-midi, mais aussi le soir au dîner de gala où l’équipier, sain et sauf, semble parfaitement souriant !
 
Pour un Président du Comité de course, un homme à la mer ce n’est pas courant, mais Robert Lainé n’est pas au bout de ses surprises. Quelques minutes après l’incident Golo Robine, certains concurrents prennent la liberté de croiser devant la route d’un cargo alors que des recommandations formelles avaient été données la veille au briefing. Là encore difficile de faire la lumière sur ce brillant fait divers. Toujours est-il que les affaires maritimes apprécient peu la plaisanterie et demandent des explications au Président de Comité. Pour apaiser la « marée chaussée », la décision est prise d’annuler officiellement cette seconde manche.
 
Ces incidents de course ont aussi un impact indirect sur la suite du programme. Notre secrétaire Caroline se félicitait de voir parader plus de 30 Arpège dans le Vieux-Port, échaudé par les événements, inquiet du comportement de certains et des conditions météorologiques, notre président Philippe Bertheuil préfère jouer la carte de la sécurité et annule la parade dans le Vieux-Port. Une parade de retour est finalement improvisée entre le Port des Minimes et le Bassin des Chalutiers. Libre à chacun d’avoir son avis sur ce principe de précaution.


La soirée de gala...

Contrairement à la tradition, la soirée APA n’a pas été rythmée par l’annonce du classement de l’Arpège Cup, en sens inverse des résultats. Saluons cette initiative qui permet de souligner qu’un rassemblement comme le nôtre n’est  pas qu’une Coupe des Arpège, mais avant tout des retrouvailles entre amis, des échanges de bonnes pratiques, des liens qui se tissent au fil des jours.
 
Noblesse oblige, c’est tout de même au Président du Comité de course que la parole est donnée pour annoncer les résultats de l’Arpège Cup. La décision ayant été d’annuler la deuxième manche pour les raisons déjà évoquées, le classement officiel est donc celui de la première manche. En temps compensé, Haig monte sur la première marche du podium devant les deux plus anciens bateaux de la flotte, Chloé, deuxième, Arpège N°58 et Musica, troisième, Arpège N°55.
 
Les affaires de régatiers étant classées, le président Philippe Bertheuil va appeler et remercier l’ensemble des participants par bassin de navigation :
Les Rochelais : Rigado, Escalibor II,Alizé,Silhouette & Aquilon
Les Rocherfortais : Papijak, Thalassa Guerina, Chloé
Les Girondins : Aquatinte II & Golo Robine

Les « Vilains » en force (ceux qui mouillent dans la Vilaine) : Lucia, Manakara, Passe Nuage, Eole V, Corina II, & Iona
Les Morbihanais : St Luc, Harmony Again, Praceline, Kouzic & Haig
La Loire Atlantique : Taranis II

Les Finistériens : Isole III, Shamrock, Mélimos III, Thaïs & Musica
Les " Fidèles lointains"  : Adagio & Valhalla
Les "malchanceux" : 

- OANIG (Romain Tourte) parti de Diélette en solo et arrivé la veille d'une traite depuis l'Aber Wrac'h , porteur du magnifique projet TAMATA OCEAN
- Gu Bragh (Frédéric Beaune) parti de Brest, en galère de moteur
- Le Potonnec (Marc Declerc et Ludovic), partis de Capbreton d'une traite, 35 heures de navigation au près avec une avarie de batteries. 

 
Puis vient la remise des prix spéciaux :

- Le Trophée Dufour du Plus Bel Arpège revient unanimement à Thaïs. Un arpège bleu nuit sauvé par Olivier et Béatrice alors qu’il se morfondait aux Sables d’Olonne depuis plusieurs années. Après plus d’un an et 2500 heures de travail de restauration, Thaïs est dans un état remarquable, aménagé avec goût et ingéniosité, tout aussi beau à l’intérieur qu’à l’extérieur. Une merveille ! De surcroît Olivier a fait preuve d’invention. Il a notamment trouvé le vrai couchage double qui manquait à l’Arpège tout en conservant l’esprit de Michel Dufour. Nous aurons l’occasion d’en reparler dans une newsletter.
 
- La "Coupe de l'Arpège ayant parcouru le plus de milles depuis un an" pour Shamrock qui a fait l’aller retour Brest-les Açores en 2016, sans compter quelques virées en amoureux pour Marine et Vincent. Nous vous invitons à revivre ce beau voyage relaté dans notre newsletter n°5. Ancien propriétaire d’un Sangria, les armateurs Brestois voulaient un bateau plus confortable pour cette croisière dont il rêvait depuis plusieurs années.
 
- La Coupe de "l'Arpège le plus ancien" : on aurait aimé accueillir l’Arpège numéro 1, mais les chantiers Dufour ne souhaite plus qu’il navigue. Le doyen de la flotte du cinquantenaire était donc Musica, un habitué des rassemblements de l’APA, mais aussi un fidèle des rassemblements de « Classiques », où il cotoie des bateaux de légende comme les Penduick, Lady Trix, les Tina, les Maïca, France 1, Midnight Summer Dream (l’ancien bateau de Karayan), Ninita (le ketch des parents d’Elen Mac Arthur). Musica construit en 1967 a été réalisé à l’identique du n°1.
 
- La "Coupe de la solidarité" revient à Alan de Lucia qui est descendu en escadre solidaire depuis La Vilaine pour escorter certains Arpégiste. A peine arrivé à La Rochelle, c'est à 3h00 du matin qu'Alan et son équipage récupéraient Le Potonnec en remorquage dans le chenal. C'est également Corentin, équipier sur Lucia qui monta au mât de Silhouette pour un souci de balancine de tangon.

- La "Coupe de la première navigation de nuit en duo" revient à Anne Karine et Saadi de Mélimos III partis de Brest.

- La "Coupe de la galère" remise par Bernard Ronsseray à Marc et Ludovic de Le Potonnec pour leur montée au près sans énergie ni moteur depuis Capbreton puis la rupture de leur étai à la fin de la régate. 


St Martin, Bourgenay, Port La Vie, Pornic : la fête continue...


Après une soirée arrosée dans les locaux du Musée Maritime de La Rochelle, retour sur mer le samedi matin pour les Arpège. Certains larguent les amarres vers leurs ports d’attache respectifs mais un grand nombre choisissent de participer au rallye et de remonter en flotte vers la Bretagne avec une première étape dans le très joli port de Saint-Martin en Ré.
 
Marée oblige, il faut partir tôt ! Mais la flotte est retardée par quelques considérations administratives et financières : pas question d’ouvrir les écluses de sortie, tant que tous les Arpégistes n’ont pas réglé leurs frais de port ! En pratique cela se traduit par une heure de retard qui décourage certains de pousser jusqu’à Saint-Martin.
Dommage, car l’escale mérite le détour. Comme il y a deux ans pour l’Arpège Cup 2015, nous sommes merveilleusement accueilli par Guy Mallet, Président du Cercle Nautique Martinais, toujours aussi malicieux, charmant, souriant et efficace. Dès neuf heures du matin, il arpente les pontons de l’avant-port qu’il a réservé pour les Arpège, et  s’assure qu’aucun autre bateau étranger ne vienne s’installer sur le ponton dédié. À midi nous sommes 16 Arpège accouplés. Le premier apéro-pontons du rallye agrémenté d’huîtres du pays peut commencer.
À 14 heures l’ensemble de la flotte est envasée offrant une image surréaliste, mais sans risque pour nos canots. Pour la plupart d’entre nous la sieste est de mise… mais à 18 heures, Guy sonne le rassemblement pour un retour aux agapes et aux tralalas d’honneur dans son club.
Cette première étape est marquée par le renforcement des liens de fraternité entre un groupe de nouveaux Arpégistes qui se fait jour : Lucia, Manakara, Kouzic, Mélimos III, Passe Nuage, Oanig… Ceux qui feront perdurer l’esprit Arpège dans les prochaines années.
 
Alors que certains comme Éole V et Shamrock ont décidé de prolonger leur séjour à La Rochelle, les autres participants quittent Saint-Martin en Ré, le dimanche matin pour rallier Bourgenay. À l’origine, on avait prévu un départ à la marseillaise avec départ à la bouée des Ilattes, on prend finalement un départ au moteur en ordre dispersé faute de vent.
Une heure et demie après, « les nouveaux » ont des fourmis dans les mains et commencent à se lancer des défis par canal VHF 72 interposé. Puisque certains se sont pris au jeu, une ligne d’arrivée est improvisée entre Lucia, en tête de flotte, et Musica qui trainait par là. La ligne d’arrivée est mouvante  et chaque Arpège est accueilli au son d’un « Partons la mer est belle » dans une version modernisée et dansante. On a aussi le plaisir de retrouver Saint Luc qui a chinté l’étape de Saint-Martin pour raison technique.
En revanche, qu’ils veulent bien nous excuser, on a loupé Harmony Again, le plus rapide de toute la flotte qui est déjà à quai au port de Bourgenay.
Histoire de marquer l’événement et de saluer la capitainerie d’un port très accueillant, nous rentrons à Bourgenay en flotte-parade d’une quinzaine d’Arpège.
 
Bourgenay n’a pas le charme de Saint-Martin. On est plutôt dans un décor Disneyland, mais nous sommes reçus avec beaucoup de gentillesse et de serviabilité. Personnellement, je m’y arrête toujours avec plaisir.
 
Cerise sur le gâteau, deux autres Arpège et non des moindres nous rejoignent dans la soirée : Thaïs tout auréolé de son prix mérité de plus bel Arpège de l’année, et Silhouette, avec Caroline à la barre, qui a fait le déplacement en solitaire pour participer à la fête.
 
Après Bourgenay, il nous reste encore deux étapes : Port la Vie et Pornic. Au fil des jours, la flotte perd des unités, car certains ont des obligations familiales ou professionnelles à l’approche du 15 août. Après une journée sous le soleil et très peu de vent, mais une mer belle et peu agitée, nous sommes encore sept Arpège accouplés pour un apéro ponton à Port la Vie.
 
Ce sera finalement le dernier apéro-ponton de ce cinquantenaire car l’arrivée d’un vent de nord-ouest établi le lendemain, nous contraint à annuler l’étape de Pornic. Nous en sommes vraiment désolés pour Michel Girardin, propriétaire de l’Arpège Ty Mad et la capitainerie de Pornic qui s’étaient mis en quatre pour nous accueillir.
Le 15 août au matin, ce sont les derniers tralalas d’honneur nostalgiques à chaque nouveau départ. Cela fait près d’une semaine que les Arpège fêtent leur cinquantenaire.
 

Fabrice Cathala (Arpège Musica) 
Le Potonnec - Sortie de Cap Breton 
Aquilon
Valhalla
Manakara
Le Potonnec
Oanig
Adagio
Gu Bragh
Eole V
Shamrock
Aquatinte II
Thaïs
Rigado
Equipage de Silhouette
Bernard Ballanger
Musica
Lucia & Le Potonnec
Golo Robine & Papijak

 
Guy Mallet
Oanig & Lucia
Haig & Lucia
St Luc
Harmony Again
Crédits Photo : Dufour Yachts - Yoshi Power Shot/ Advance Production, Pascal Pichotin, Jean-Philippe Mesnier, Caroline Gaudy.
Un grand MERCI à nos partenaires qui ont soutenu notre Arpège Cup :
Ainsi qu'Eric Woronko, Le Yacht Club de Draveil et Voile de Marne.
Thaïs : Trophée Dufour du Plus Bel Arpège 2017
Copyright © L'Association des Passionnés d'Arpège

Our mailing address is:
Vous recevez cet email car vous êtes propriétaire d'un Arpège, adhérent de l'Association des Passionnés d'Arpège ou avez montré un intérêt pour notre association. 

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list