Copy
Si vous ne visualisez pas le courriel, cliquez ici.
À tous les membres de la communauté de l'ESPUM.

Chers membres,
L’Université et l’ESPUM sont plus que jamais mobilisées face à la situation autant inédite que préoccupante que nous vivons. Pour faire suite à notre communication du 17 mars, ce message fait le point sur les chantiers prioritaires sur lesquels nos efforts se concentrent.

Notre communication ne reprend pas toutes celles que l’Université diffuse et nous vous invitons à visiter régulièrement ces sources :
À l’ESPUM, notre première préoccupation a été d’assurer la sécurité des membres de notre communauté à l’étranger. À ce jour, nous avons recensé 20 membres de notre communauté à l’étranger depuis le 12 mars:
  • 12 étudiant(e)s en stage professionnel ou en séjour de recherche: 5 d’entre eux sont rentrés au Canada et sont en quarantaine, 7 non-Canadiens ont décidé de rester sur leur lieu de stage ou dans leur pays d’origine;
  • 5 professeurs sont de retour et observent une quarantaine;
  • 3 professionnels de l’Unité de santé internationale étaient à l’étranger; 2 sont de retour et sont en quarantaine et la troisième personne est sur la voie du retour.
L’adaptation des cours et l’objectif de mener la session à terme ont exigé et continueront d’exiger énormément d’efforts. À ce semestre d’hiver 20, nous offrons 79 cours à 1 045 étudiants de l’ESPUM et nous visons à les terminer tout en faisant preuve de la flexibilité permise par les modifications des Règlements pédagogiques. Le Comité de soutien pédagogique est fonctionnel (ESOPE). Les enseignants responsables de cours à la session d’hiver 20 ont été contactés pour identifier leurs besoins et des ressources ont été mobilisées à cet effet. ESOPE a tenu sa première réunion (virtuelle) le 20 mars avec 39 participants (enseignants et personnels). L’Association des étudiant de l’ESPUM est associée à ce groupe et à ses travaux et elle a désigné trois représentants. Nous nous réjouissons de cette collaboration et de l’importante contribution qu’elle apporte au fonctionnement de nos instances et à la vie de l’École. Je vous rappelle que nous avons obtenu que nos stages dans le réseau de la santé et des services sociaux soient maintenus car nos stagiaires sont des ressources appréciées en ces temps de crise.

Le télétravail a été organisé tant pour soutenir le travail d’ESOPE que pour assurer la continuité des opérations de l’École et les admissions de l’automne 2020. À ce sujet, la situation est encourageante : nous enregistrons 13% de demandes de plus que l’année dernière à pareille date (1 450 vs 1 287). La progression depuis la semaine dernière est également satisfaisante: 143 offres de plus ont été acceptées, ce qui mène leur total à 643 (+26%). Les demandes d’admission ont été traitées efficacement tant au niveau de l’ESPUM que des Études supérieures et postdoctorales et du Bureau du registraire.

Signe que la vie continue au temps du COVID-19 : le 18 mars, M. Muntu Keba Kebe Ndibu a soutenu sa thèse avec succès et selon les nouvelles procédures de contingence qui visent à limiter les rassemblements. Ce même jour, le Conseil de l’ESPUM a approuvé à distance une série d’octrois de grades permettant à des étudiant(e)s d’obtenir leur diplôme en temps requis.

Cette situation liée à l’épidémie COVID-19 va très probablement perdurer, les membres de notre communauté les plus vulnérables risquent d’en pâtir, le plus souvent des étudiants. Cette situation requiert un soutien qui devra aller au-delà de la mobilisation des ressources institutionnelles et nous travaillons à identifier les actions et les ressources qui les soutiendront.

L’ESPUM doit jouer un rôle de premier plan dans les débats sur les trajectoires de l’épidémie, ses conséquences et les moyens à mettre en œuvre pour les minimiser. L’édition des Échos de la santé publique qui parait aujourd’hui annonce la constitution d’un premier groupe de cinq experts (Hélène Carabin, François Champagne, Benoît Mâsse, Vinh Kim Nguyen et Kate Zinszer) qui alimenteront et animeront les débats sur ces questions.

Toutes les parties constituantes de notre communauté sont mobilisées, je suis fier des efforts qu’elles déploient et dont on voit déjà les fruits mais ils sont loin d’être terminés et nous comptons sur tous et toutes pour les maintenir à la hauteur de nos ambitions.
 
Pierre Fournier
Doyen par intérim
École de santé publique de l’Université de Montréal 


Suivez l'actualité de l'ESPUM sur :
Facebook
LinkedIn
YouTube
Site internet
Le genre masculin est utilisé comme générique dans le seul but d'alléger le texte.
Tous droits réservés © 2020 École de santé publique de l'Université de Montréal



Mettre à jour votre profil - Se désabonner