Copy
                
Cliquez ici pour visualiser ce bulletin dans votre navigateur

               3 janvier 2022                         
www.genquebec.com/fr
CONGRÈS 2022
Notre Congrès est ouvert aux inscriptions ! 


Saviez-vous que nous avons une journée des exposants GRATUITE ?

Deux sessions en français auxquelles vous pouvez participer !


Heure : 
15h00 - 16h00 Heure de l'Est

Présenté par : Sophie Tellier

Description : Lors de cette présentation, nous jetterons un coup d’œil aux divers outils de BAC à la disposition des généalogistes sur la trace de leurs ancêtres québécois. En plus de pages web dédiées à l’histoire familiale, ces outils comprennent des publications (répertoires de mariages, dictionnaires spécialisés, histoires de familles), des documents d’archives (listes de passagers, dossiers militaires, recensements, archives familiales) et des bases de données (BMS2000, Ancestry). Nous terminerons par un bref aperçu des sources non-disponibles à BAC.

Cliquez ici pour vous inscrire


Heure : 
19h30 - 20h30 Heure de l'Est

Présenté par : Maxime Gohier

Description : Survol des fonctionnalités du logiciel Transkribus et présentation d’exemples précis de résultats d’utilisation de l’intelligence artificielle pour la reconnaissance automatique des écritures manuscrites, tirées du projet de recherche Nouvelle-France numérique. Mise en évidence des possibilités offertes par le logiciel Transkribus pour tirer profit de la science participative (crowdsourcing) afin d’améliorer les résultats de l’intelligence artificielle.

Cliquez ici pour vous inscrire

Pour consulter le programme complet, rendez-vous sur la page Congrès 2022 de notre site web.

Les membres doivent se connecter pour obtenir leur Code de réduction.
Congrès 2022
Webinaires

Date et l'heure : Lundi, 3 janvier 2022 - 19h00 Heure de l'Est
Présenté par : Johanne Gervais
Langue : français

Inscrivez-vous pour vous familiariser avec toutes les fonctionnalités de notre Société, notamment en utilisant les bases de données PRDH-IGD, BMS2000 et Fichier Origine, les Liens de ressources, le Répertoire des membres, Généalogies familiales, et le Forum des membres.

Cliquez sur le lien d'inscription pour choisir la date à laquelle vous souhaitez participer.

Cliquez ici pour vous inscrire

Les nouvelles collections françaises sur MyHeritage

 

Date et l'heure :  Mardi, 25 janvier 2022 - 07h00 Heure de l'Est
Présenté par : Elisabeth Zetland
Langue : français

Ce webinaire est organisé par les webinaires MyHeritage et c'est GRATUIT pour tous. Veuillez noter que ce webinaire ne sera pas enregistré et sauvegardé sur notre site web puisqu'il provient de MyHeritage.

Veuillez noter que la présentatrice est en Europe, par conséquent ce webinaire a lieu tôt le matin.

MyHeritage a publié des millions de documents historiques français répartis en diverses collections, notamment des actes de naissance, mariage, et décès, des recensements, des documents militaires et d’inhumation. Ces données, renforcée par notre technologie Record Matching, offrent de nouvelles perspectives et pistes de recherche à tous ceux qui ont des racines en France.

Cliquez ici pour vous inscrire
Généalogies familiales

Des généalogies familiales pour la lettre P ont été ajoutées. Ouf ! Plus de 50 liens ajoutés pour les noms de famille qui commencent par P !
 
Avez-vous des Pelland dans votre arbre généalogique ?



 
Si vous avez un document de généalogie familiale ou un site Web que vous souhaitez partager avec nos membres, « Contactez-nous » et nous l'ajouterons à notre liste.


 

Quoi de neuf ?

L’arbre généalogique le plus ancien du monde créé à l’aide de l’ADN


Par Paul Rincon
Rédacteur scientifique, site BBC News
Publié il y a 23 heures
 

Les scientifiques ont compilé le plus vieil arbre généalogique du monde à partir d’ossements humains enterrés dans une tombe vieille de 5 700 ans dans les Cotswolds, au Royaume-Uni.

L’analyse de l’ADN des occupants de la tombe a révélé que les personnes qui y étaient enterrées appartenaient à cinq générations continues d’une même famille élargie.

La plupart de ceux trouvés dans la tombe étaient les descendants de quatre femmes qui avaient toutes des enfants avec le même homme.

Le droit d’utiliser le site était fondé sur la descendance d’un seul homme.

Mais les gens ont été enterrés dans différentes parties de la tombe en fonction de la matriarche de première génération dont ils descendaient.

Cela suggère que les femmes de la première génération occupaient une place socialement significative dans la mémoire de cette communauté. La tombe néolithique, ou « cairn », à Hazleton North dans le Gloucestershire possède deux chambres en forme de L, l’une orientée au nord et l’autre au sud.

  • L’ancienne migration de masse a transformé l’ADN des Britanniques
  • L’ADN révèle l’origine des constructeurs de Stonehenge
  • Comment l’ADN ancien transforme notre vision du passé

Le co-auteur, le professeur David Reich, de la Harvard Medical School de Boston, aux États-Unis, qui a dirigé la génération d’ADN ancien à partir des restes, a expliqué : « Deux des femmes, tous leurs enfants sont dans la chambre sud – et leurs enfants jusqu’à la cinquième génération.

« Et puis les deux autres femmes, leurs enfants sont principalement dans la chambre nord – bien que certains d’entre eux passent à la chambre sud plus tard dans la vie d’utilisation de la tombe – reflétant probablement l’effondrement du passage nord qui signifiait que ce n’était pas possible d’y enterrer plus. »

Le Dr Chris Fowler de l’Université de Newcastle, au Royaume-Uni, le premier auteur et archéologue principal de l’étude, a déclaré : « Ceci est d’une plus grande importance car cela suggère que la disposition architecturale d’autres tombes néolithiques pourrait nous renseigner sur le fonctionnement de la parenté dans ces tombes. »

La tombe date d’une période importante juste après l’introduction de l’agriculture en Grande-Bretagne par des personnes dont les ancêtres s’étaient répandus – plusieurs milliers d’années plus tôt – à travers l’Europe depuis l’Anatolie (Turquie moderne) et la mer Égée. Le travail aidera les chercheurs à comprendre la dynamique familiale parmi ces personnes de l’âge de pierre et à en apprendre davantage sur leur culture.

« J’espère que ce sera la première de nombreuses études de ce type », a déclaré le professeur Reich. « Cela rend vraiment vivante la vie de ces personnes… qui vivaient dans cet endroit il y a très longtemps. »
 

Il y a aussi des indications que des « beaux-fils » ont été adoptés dans la famille, disent les chercheurs – des hommes dont la mère a été enterrée dans la tombe mais pas leur père biologique, et dont la mère avait également eu des enfants avec un homme apparenté au fondateur d’origine.

Femmes disparues

Alors que deux membres féminins de la famille décédés dans l’enfance ont été enterrés dans la tombe, l’absence totale de filles adultes suggère que leurs restes ont été placés soit dans les tombes des partenaires masculins avec lesquels elles ont eu des enfants, soit ailleurs.

« Il y a des femmes disparues. Donc la question – parce que les hommes et les femmes naissent à peu près au même rythme – c’est où ils sont. C’est un mystère – et ce n’est pas qu’ils soient dans la tombe d’à côté parce que dans l’ensemble toute la communauté est portée disparue eux », a déclaré le professeur Reich.

« Les gens sont-ils incinérés ? Il existe des pratiques de crémation. Les gens sont-ils disposés de différentes manières dans le paysage ou ne voyons-nous que des personnes qui atteignent un certain statut social ? »

Alors que la tombe révèle des preuves de polygamie – des hommes ayant des enfants avec plusieurs femmes – elle montre également que la polyandrie était également répandue : des femmes ayant des enfants avec plusieurs hommes.

Différentes femmes qui avaient des enfants avec un homme avaient tendance à ne pas être apparentées les unes aux autres. Mais dans les cas où les femmes procréaient avec plus d’un homme, ces hommes avaient tendance à être des parents proches.
 

Iñigo Olalde, de l’Université du Pays Basque, Espagne, qui était le généticien principal de l’étude et son co-premier auteur, a déclaré : « L’excellente conservation de l’ADN dans la tombe et l’utilisation des dernières technologies dans la récupération et l’analyse nous a permis de découvrir le plus ancien arbre généalogique jamais reconstruit et de l’analyser pour comprendre quelque chose de profond sur la structure sociale de ces anciens groupes. »

L’étude est publiée dans la revue à comité de lecture Nature.

« Nous voulons connaître vos idées, contactez-nous avec vos suggestions pour les prochains bulletins. »

Tous nos bulletins archivés se trouvent sur notre site Web, sous l’onglet du menu principal À propos.
Contactez-nous
© Droits d'auteur 2017 Société Généalogique Virtuelle du Québec. Tous droits reserves.


Voulez-vous changer la façon dont vous recevez ces courriels?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désinscrire de cette liste.

Abonnez-vous à ce bulletin  






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Société Généalogique Virtuelle du Québec · 1670 rue Gauthier · St. Bruno, Qc J3V 3H7 · Canada

Email Marketing Powered by Mailchimp