Copy
Tip & Shaft, le média expert de la voile de compétition
Vendredi 11 dĂ©cembre 2020 – n° 242
Lire en ligne | Se dĂ©sabonner
BanniÚre Marin de la décennie
CETTE SEMAINE, TIP & SHAFT a interviewĂ© l'architecte naval Guillaume Verdier qui a dessinĂ© les deux bateaux actuellement en tĂȘte du VendĂ©e Globe et fait partie du design team d'Emirates Team New Zealand. Et nous vous proposons, comme chaque semaine pendant toute la durĂ©e du VendĂ©e Globe, l'analyse de la mĂ©tĂ©o et des stratĂ©gies de course de Yoann Richomme.

Une info, une question, une remarque, des félicitations ou des critiques à propos de Tip & Shaft ? Il suffit de répondre à ce mail, nous répondons en retour à tout le monde. Au passage, nous avons fait quelques aménagements de maquette suite à vos retours, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez...

N'hésitez pas, non plus, à faire suivre Tip & Shaft à vos amis, équipiers, collÚgues, clients ou fournisseurs, merci !

Et si ce n'est pas encore fait, pour vous abonner, c'est ici ;-)
Vendée Globe
Apivia est actuellement en tĂȘte du VendĂ©e Globe
© Jean-Marie Liot / Alea / disobey / Apivia

GUILLAUME VERDIER : "SUR LE VENDÉE GLOBE, ON NE PEUT PAS DIRE QUE LES FOILS NE SERVENT À RIEN"
 
VendĂ©e Globe, avec plusieurs bateaux en course, America’s Cup, avec Emirates Team New Zealand, dont il fait partie du design team, The Ocean Race, avec le futur Imoca de 11th Hour Racing, et Class40, avec le nouveau Pogo : l’actualitĂ© du cabinet de Guillaume Verdier est chargĂ©e. D’Auckland, oĂč se disputent du 17 au 20 dĂ©cembre les America’s Cup World Series, l’architecte a pris le temps de rĂ©pondre Ă  Tip & Shaft.

Les deux bateaux que ton cabinet a dessinĂ©s pour le VendĂ©e Globe 2020, Apivia et LinkedOut, sont en tĂȘte actuellement, on t’imagine satisfait ?
Oui, c’est toujours satisfaisant d’avoir ses bateaux plutĂŽt en tĂȘte que derriĂšre. Maintenant, c’est une course hyper complexe, avec tellement d’alĂ©as qu’il faut rester mesurĂ©. D’une maniĂšre globale, ils vont lentement par rapport aux Ă©ditions prĂ©cĂ©dentes, ce n’est pas liĂ© aux bateaux, mais aux conditions : ils se sont tous fait bloquer Ă  Sainte-HĂ©lĂšne et ils ont eu une mĂ©tĂ©o particuliĂšre dans le Sud. D’aprĂšs le prĂ©visionniste de Team New Zealand, il y a un dĂ©calage de la mĂ©tĂ©o saisonniĂšre de presque trois semaines : l’étĂ© dans le Grand Sud est juste en train de s’installer, ils sont arrivĂ©s trop tĂŽt ! VoilĂ  pourquoi on observe ces fronts constants et ces zones erratiques passer, le flux plus stable est en train de se mettre en place pour les bateaux de derriĂšre.  

Comment expliques-tu qu’il n’y ait peu de diffĂ©rences entre les nouveaux foilers et ceux de la gĂ©nĂ©ration prĂ©cĂ©dente, voire mĂȘme avec les bateaux Ă  dĂ©rives ?
Il faut savoir qu’avant l'arrivĂ©e des foils, les deltas de progression tous les quatre ans Ă©taient de l’ordre de 0,05 nƓud ; dĂ©sormais ils sont de 2-2,5 nƓuds, donc la diffĂ©rence est importante. AprĂšs, les foils ne peuvent pas ĂȘtre utilisĂ©s tout le temps, on voit bien qu’il y a des conditions trĂšs difficiles dans lesquelles ils ne fonctionnent pas. Donc on ne peut pas dire que les foils ne servent Ă  rien : les nouveaux bateaux sont quand mĂȘme souvent devant, ils ont un bouton d’accĂ©lĂ©ration qui leur permet d’avoir un gain de vitesse Ă©norme pour le prĂšs et le vent de travers. Et cela va encore beaucoup progresser, nous vivons un tournant architectural qui va durer peut-ĂȘtre une dizaine d’annĂ©es. 
 
« Il faut demander aux Ă©quipes de plier
leurs bateaux sur un banc d’essai
 Â»

Thomas Ruyant a cassĂ© son foil bĂąbord, peux-tu nous raconter comment vous avez Ă©changĂ© avec lui et son Ă©quipe pour trouver une solution ?
Les Ă©changes sont trĂšs factuels : on leur demande ce qui est endommagĂ© et de nous envoyer des photos pour dĂ©terminer ce qui est rĂ©parable. LĂ , on a constatĂ© que la fibre n’était pas cassĂ©e et que le foil Ă©tait dĂ©collĂ© Ă  cƓur, donc on a fait des calculs pour dĂ©terminer la soliditĂ© des deux demi-Ă©paisseurs, c’est pour ça qu’on lui a demandĂ© de couper son foil. Le but Ă©tait de rĂ©duire les efforts, pour Ă©viter que le foil se casse entre les paliers, ce qui peut entraĂźner des voies d’eau. A priori, mĂȘme si on verra Ă  l’usage, il peut quand mĂȘme utiliser la moitiĂ© du potentiel de son foil. L'avarie de Sam Davies Ă©tait diffĂ©rente, avec des cloisons fracturĂ©es sur le puits de quille ; dans ce cas, on essaie de lui donner une vision de l’intĂ©gralitĂ© structurelle du navire et le niveau de risque par rapport Ă  son Ă©tat. On a vite vu que c’était trop dangereux de continuer.
 
Parlons de ce qui est arrivĂ© Ă  PRB, que tu avais dessinĂ© avec VPLP, comment analyses-tu cette casse inĂ©dite ?
J’ai forcĂ©ment Ă©tĂ© surpris. AprĂšs, il faut resituer le contexte : c’est un bateau qui a Ă©tĂ© conçu en 2009, sistership de Safran (aujourd’hui MACSF), dont on n’a ensuite plus fait le suivi et qui, en plus, a eu une longue histoire d’avaries. Des architectes [le cabinet de Juan Kouyoumdjian, NDLR] ont installĂ©s des foils et je n’ai aucune idĂ©e des renforts qui ont Ă©tĂ© ajoutĂ©s Ă  ce moment-lĂ . Ce n’est pas faute d’avoir demandĂ© les plans et les rapports de calculs, que je n’ai eus que le lendemain de la casse. Pour moi, ce n’est pas forcĂ©ment bien qu’il n’y ait pas de suivi d’un bateau de A Ă  Z. AprĂšs, on ne peut pas l’imposer si le skipper dĂ©cide de travailler avec d'autres. 

« Sur la Coupe de l’America,
il faut Ă©viter d’avoir trop d’assurance Â»
 
Quels autres enseignements peut-on en tirer ?
Je pense qu’il faudrait a minima, avant de lancer certains bateaux sur un tour du monde aussi pĂ©rilleux, demander aux Ă©quipes de les plier sur un banc d’essai pour voir s’ils rĂ©sistent et ĂȘtre ainsi sĂ»res qu’ils ne vont pas se casser en mer. C’est ce qu’on fait par exemple sur la Coupe de l’America, mais aussi pour les avions, sur lesquels des vies peuvent ĂȘtre engagĂ©es. Il faut comprendre qu’au moment oĂč il s’est pliĂ©, il Ă©tait sans doute dĂ©jĂ  cassĂ©, car c’est trĂšs souvent le rĂ©sultat d'une succession d’endommagements progressifs.  

Parlons maintenant de la Coupe : les premiĂšres rĂ©gates d’entraĂźnement ont dĂ©butĂ© mercredi, y a-t-il dĂ©jĂ  quelques indications sur les performances des uns et des autres ?
Tout le monde est content de s’entraĂźner l’un contre l’autre, mais pour ce qui est des enseignements qu’on en tire, je suis obligĂ© de botter en touche. Ce qui est sĂ»r, c’est que tout le monde progresse. Les leçons qu’on a tirĂ©es des prĂ©cĂ©dentes Ă©ditions, c’est qu’il faut Ă©viter d’avoir trop d’assurance, on a perdu la Coupe de l’America comme ça Ă  San Francisco, on ne l’a pas oubliĂ©.
 
Tu nous disais il y a un an que les AC75 Ă©taient les bateaux les plus complexes sur lesquels tu avais Ă©tĂ© travaillĂ©, quels sont les Ă©lĂ©ments clĂ©s de la performance ?
Le problĂšme, sur ces bateaux, c’est que la jauge nous dicte d’avoir une stabilitĂ© Ă  l’arrĂȘt, donc il leur faut une flottaison suffisamment large. S’il n’y avait aucune jauge, on aurait sĂ»rement une coque proche de la coque centrale d’un trimaran, mais qui serait absolument instable. Donc on navigue dans ce compromis, tout le monde a essayĂ© de trouver la meilleure solution pour mettre au point un objet aĂ©rodynamique qui soit Ă  la fois facile Ă  faire dĂ©coller, bien en l’air et qui gĂ©nĂšre le moins de traĂźnĂ©e possible quand il est en immersion. La facilitĂ© de manƓuvrer est aussi un critĂšre prĂ©pondĂ©rant, et ça, c’est liĂ© Ă  l’organisation dans le cockpit. On voit d’ailleurs des choses assez diffĂ©rentes : chez Luna Rossa, deux personnes se partagent la barre, alors que chez d’autres, le barreur change de cĂŽtĂ©.

« Switchback, c’est l’architecture la plus aboutie
qu’on ait conçue sur ce genre de bateau
 Â»
 
Finissons par les autres projets du cabinet : oĂč en ĂȘtes-vous sur les futurs Imoca de The Ocean Race ?
Nous avons deux projets en cours : d’abord les deux bateaux de 11th Hour Racing, l’ancien Hugo Boss sur lequel on a mis de nouveaux foils, et le nouveau, actuellement en construction chez MerConcept. Ensuite, j’aimerais bien finir Switchback qui est en pause [le projet, portĂ© par Daryl Wislang, a Ă©tĂ© interrompu suite au retrait du sponsor, NDLR]. Le bateau est en vente, j’espĂšre qu’il y aura une suite, parce que c’est l’architecture la plus aboutie qu’on ait conçue jusqu’à aujourd’hui sur ce genre de bateau. Comme pour 11th Hour, les budgets de conception ont Ă©tĂ© supĂ©rieurs aux habitudes, ce qui nous a permis de travailler plu dans le dĂ©tail, notamment dans l’aĂ©ro et sur l’ergonomie. C’est une frustration de s’ĂȘtre arrĂȘtĂ© Ă  neuf dixiĂšmes des plans faits. On travaille aussi beaucoup sur le Maxi Edmond de Rothschild en rĂ©flĂ©chissant sur de nouvelles piĂšces : foils, systĂšmes mĂ©caniques, safrans

 
Vous avez aussi dessinĂ© le nouveau Pogo40 en construction au chantier Structures,  quel cahier des charges avez-vous dĂ©fini ?
Ça ne sert Ă  rien de faire la mĂȘme chose que ce qui a Ă©tĂ© fait ! Donc on a essayĂ© de faire un pas en avant substantiel, on a vraiment bien creusĂ© le sujet, on y a passĂ© beaucoup d’heures, c’était sans doute d’ailleurs assez disproportionnĂ© pour ce genre de projet, assez modeste financiĂšrement. J’espĂšre que ça va marcher !
BanniĂšre Ame de Bretagne
SI VOUS AVEZ PASSÉ LA SEMAINE À ACHETER VOS CADEAUX DE NOËL
 
C'EST FAIT

ESAILING. Stéphane Galzin (MCES Valentinelisa) a conservé son titre jeudi soir en remportant le Trophée national eSailing 2020 organisé par la FFVoile.
 
C'EST MAINTENANT

RECORDS. AprĂšs 16 jours et demi de mer, l'Ă©quipage de Sodebo Ultim 3 a Ă©tĂ© contraint de renoncer ce vendredi aprĂšs-midi Ă  sa tentative sur le TrophĂ©e Jules Verne suite Ă  une avarie sur le safran tribord.
 
C'EST BIENTÔT

MARIN DE LA DÉCENNIE. Le Marin français de la dĂ©cennie, qui remplace cette annĂ©e le Marin de l'annĂ©e, sera connu le 17 dĂ©cembre. Le vote du public est ouvert jusqu'au 16 Ă  23h59.  

SYDNEY-HOBART. Le coup d'envoi de la 76e Ă©dition de la Sydney-Hobart sera donnĂ© comme chaque annĂ©e, le jour du Boxing Day, le 26 dĂ©cembre. 89 bateaux, battant tous pavillon australien Ă  l'exception du 100 pieds monĂ©gasque Black Jack (ex Alfa Romeo) sont inscrits.
 
Data
Aube australe Ă  bord de l'Occitane en Provence

LA PHOTO DE LA SEMAINE PAR ARMEL TRIPON

Aube australe fĂ©Ă©rique - Ă  1h30 du matin - dans l'ocĂ©an Indien le long de la zone d'exclusion des glaces, Ă  bord de L'Occitane en Provence, le 60 pieds d'Armel Tripon. Le Nantais a bĂ©nĂ©ficiĂ© cette semaine de conditions favorables et de la vitesse de son plan Manuard pour grimper de la 18e Ă  la 14e place du VendĂ©e Globe, en traçant une trajectoire rectiligne. Il a dĂ©sormais dans le viseur, 600 milles devant lui, Clarisse CrĂ©mer et Romain Attanasio.
 

En partenariat avec  Logo Pantaenius
 
Yoann Richomme

DUTREUX ET SEGUIN, IMPRESSIONNANTS BIZUTHS !

Chaque semaine pendant le Vendée Globe, le double vainqueur de la Solitaire du Figaro, lauréat de la Route du Rhum 2018 en Class40, livre son analyse tactique et stratégique de la course, en exclusivité pour Tip & Shaft.

La semaine aura Ă©tĂ© intense pour les bateaux de tĂȘte ! On a vu Charlie Dalin et Thomas Ruyant traverser un gros coup de vent dans la nuit de mardi Ă  mercredi, racontant ĂȘtre passĂ©s sous grand-voile seule avec 3 ris, il n’y avait pas beaucoup d’autres solutions pour calmer leurs bateaux. L’inconvĂ©nient d’avoir des grands foils dans ces conditions, c’est que lorsque tu plonges dans la vague, ils ont tendance Ă  t’entraĂźner plus profond. C’est ce qui explique que les bateaux Ă  grands foils sont un peu plus lents dans la grosse mer que les bateaux Ă  dĂ©rives ou les foilers de gĂ©nĂ©ration 2016 qui n’ont pas Ă©tĂ© modifiĂ©s. Paradoxalement, les skippers doivent rester lents pour maĂźtriser les accĂ©lĂ©rations de leur bateau.

On entend dire que les foils d’Apivia ou de LinkedOut sont rĂ©tractables, mais ça dĂ©pend de ce que l’on entend par “rĂ©tractables”. Ils ont certes une fonction haute, qu’on voit quand ils sont au port, et une position basse, pour foiler. Mais dans la version haute, il suffit que tu gĂźtes de 20 degrĂ©s pour que le foil soit dans l’eau, donc on ne peut pas dire que leurs foils soient complĂštement rĂ©tractables, comme c’est le cas, par exemple, pour Bureau VallĂ©e et MaĂźtre Coq.

De l’utilitĂ© du pilote de secours...

Pour LinkedOut, privĂ© d'une partie de son foil bĂąbord, je ne suis pas convaincu que son handicap soit majeur pour l’instant. Le manque du tip sera sans doute plus gĂȘnant dans la remontĂ©e de l’Atlantique, quand il faudra serrer le vent. L’extrĂ©mitĂ© du foil gĂ©nĂšre en effet de l'anti dĂ©rive au prĂšs, donc c’est plutĂŽt aprĂšs le Horn qu’il sera handicapĂ©, d’autant qu’il naviguera la plupart du temps tribord amures.

La semaine a Ă©tĂ© marquĂ©e par plusieurs avaries, notamment pour Louis Burton et Damien Seguin, qui ont eu des problĂšmes de pilote automatique. Je l’ai moi-mĂȘme vĂ©cu avec Damien (Seguin) : un seul composant dĂ©faillant peut vite crĂ©er du dĂ©sordre si l’on ne prend pas les bonnes dĂ©cisions dans la mise en place de la solution de secours.

Normalement, tous les concurrents ont deux rĂ©seaux d’électronique et deux pilotes indĂ©pendants, donc quand le premier tombe en panne, on a “normalement” juste Ă  dĂ©marrer le deuxiĂšme et c’est reparti. Dans le cas de Louis, je ne sais pas pourquoi il n’a pas rĂ©ussi Ă  enclencher rapidement cette solution de secours. La consĂ©quence est, en tout cas, qu’il est parti au tas et a dĂ©chirĂ© des voiles, ce qui l’a encore plus ralenti.

Benjamin a acquis un niveau
de maĂźtrise Ă©levĂ© en quelques mois 

Sinon, comment ne pas parler de Benjamin Dutreux ! Il va de soi que le bonhomme a du talent - il a terminĂ© 5e de la Solitaire du Figaro en 2018 -, mais il faut quand mĂȘme une sacrĂ©e expĂ©rience pour mener un Imoca Ă  ce rythme-lĂ . J’ai du mal Ă  situer le potentiel du bateau, mais, pour moi, sur le papier, il est moins performant que Yes We Cam ! et Groupe Apicil. C’est donc que le marin a rĂ©ussi, en seulement quelques mois, Ă  acquĂ©rir un niveau extrĂȘmement Ă©levĂ© de maĂźtrise d’un 60 pieds. Je suis bluffĂ© de le voir maintenir ce rythme devant et ne pas faire de bĂȘtises.

Pour Damien, que je connais bien, je suis moins surpris. Ce qui est assez incroyable avec lui, c’est que son handicap ne se voit pas sur un bateau, il fait tout comme une personne ayant deux mains et c’est d’ailleurs dans cette optique que ses parents l'ont Ă©levĂ©. Il raconte souvent qu’ils lui achetaient des chaussures Ă  lacets et non Ă  scratch pour qu’il apprenne Ă  se dĂ©brouiller tout seul !

J’ai fait trois Transat Jacques Vabre avec lui, et pas une seule fois je ne me suis dis que je partais avec une personne en situation de handicap. Il a une facultĂ© impressionnante Ă  nous faire oublier cela, le sujet n’est d’ailleurs pas du tout tabou avec lui, on en rigole mĂȘme souvent. En 2019, lors d’une manƓuvre, son moignon Ă©tait restĂ© coincĂ© dans le manchon greffĂ© sur la colonne de winch : un de mes plus gros fous rires en mer ! Ceci Ă©tant dit, il m’a encore impressionnĂ© par sa capacitĂ© Ă  rĂ©parer son pilote. Il a Ă©tĂ© rapide, ingĂ©nieux, dĂ©terminĂ©, c’est presque un plaisir de faire face Ă  des galĂšres avec lui !

Routage Apivia

Leeuwin, c’est bientît !

D’aprĂšs mes derniers routages (voir ci-dessus), Charlie - reparti en vitesse cet aprĂšs-midi aprĂšs la traversĂ©e d’une petite bulle sans vent - devrait franchir la longitude du Cap Leeuwin dimanche 13 dĂ©cembre Ă  la mi-journĂ©e - la semaine derniĂšre, j’avais annoncĂ© le 11, preuve qu’il a Ă©tĂ© beaucoup moins vite que prĂ©vu. Pour le groupe de Jean, j’avais annoncĂ©  le 14, ce sera le cas. Il devrait ĂȘtre prĂ©cĂ©dĂ© de Yannick Bestaven, 3e cet aprĂšs-midi Ă  une vingtaine de milles de Thomas et auteur d’un trĂšs bel Indien, dans la discrĂ©tion.

Ensuite (voir ci-dessous), l’élastique devrait se retendre un peu en faveur des leaders :  entre lundi et mardi, une zone de vent faible touchera en effet le groupe de poursuivants. Si Charlie et Thomas parviennent Ă  tenir un bon rythme les quatre prochains jours, ils devraient reprendre de la marge en plongeant le long de la zone d’exclusion arctique - merci, au passage, Ă  la direction de course de l’avoir descendue plus sud juste Ă  temps. En tout cas, les conditions vont largement s’apaiser lors des prochains jours avec un vent moyen autour de 20 nƓuds et une hauteur de mer de 3 mĂštres. Un rĂ©pit bien mĂ©ritĂ© !

DerniĂšre minute :
privé de ses deux ordinateurs de bord, Fabrice Amedeo a signifié son abandon vendredi aprÚs-midi, il est le 6e concurrent du Vendée Globe à se retirer.

Routage poursuivants Dalin et Ruyant

LE MERCATO : MOUVEMENTS ET ANNONCES DE LA VOILE DE COMPÉTITION

Vous avez une info pour la rubrique #MERCATO ? Envoyez-nous un mail ! 
La premiĂšre parution est gratuite. La suivante coĂ»te 50 € HT.

 


DÉPART & NOMINATIONS

JOHN HOLT, fondateur du Scaramouche Sailing Trust, qui vise à initier des jeunes de tous horizons à la voile, a été élu marin international de la décennie par The Yachting Journalists' Association.

JAMES SPITHILL a été nommé directeur général et barreur de l'équipe américaine de SailGP pour la saison 2021. Rome Kirby, qui barrait le F50 US jusque-là, prendra en charge le contrÎle du vol.

STARBOARD, fabricant de planches à voile, dont la iQFoil, nouveau support olympique pour les Jeux de Paris 2024, a reçu le prix 2020 du développement durable remis par World Sailing.
 
JOBS & RECRUTEMENTS

BEYOU RACING recherche un-e ingénieur-e ou architecte naval (H/F) pour renforcer le bureau d'études sur le projet Charal, ainsi qu'un-e technicien-ne sur les parties électricité/électronique/informatique/communication par satellite, 5 ans d'expérience minimum pour les deux postes ; CDD pouvant déboucher sur un CDI, basés à Lorient, à pourvoir début 2021.

FABRICE AMEDEO recherche un-e boat captain pour son Imoca Newrest / Arts et FenĂȘtres ; poste Ă  pourvoir dĂ©but mars 2021, basĂ© Ă  La TrinitĂ©-sur-Mer. 

OC SPORT recherche un-e chef-fe de projet pour la Route du Rhum 2022 et The Transat CIC 2024 ; poste en CDI Ă  pourvoir au premier trimestre 2021, basĂ© Ă  Lorient.

INCIDENCE SAILS MÉDITERRANÉE recherche une personne pour la rĂ©paration de voiles de grosses unitĂ©s ; CDD Ă  pourvoir immĂ©diatement Ă  La FarlĂšde/Toulon (83).
 
STAGES

KARVER propose un stage d'ingĂ©nieur en conception mĂ©canique pour une durĂ©e de 6 mois minimum Ă  partir de fĂ©vrier/mars 2021 ; basĂ© Ă  Honfleur (logement fourni) ou Ă©ventuellement Ă  Lorient. 

OC SPORT recherche un-e stagiaire assistant-e sponsoring et partenariats ; stage conventionné de 7 mois à pourvoir immédiatement, basé à Lorient avec déplacements.

SPARCRAFT recherche un-e stagiaire ingénieur en licence ou master en programmation ; stage, de prĂ©fĂ©rence de 6 mois, basĂ© Ă  PĂ©rigny (17).
 
OFFRES DE SERVICES

JULES AUGUIN diplĂŽmĂ© d'un MEng ship science/yacht and small craft de l'UniversitĂ© de Southampton, recherche un CDD/CDI en tant qu'architecte/ingĂ©nieur naval dans le domaine de la voile. Mobile et disponible Ă  partir de janvier 2021.

BÉRENGÈRE PÉPION, responsable sponsoring du groupe Macif, est Ă  la recherche d'un nouveau poste dans l'univers du sponsoring/communication/Ă©vĂ©nementiel, disponible dĂšs janvier 2021.  
 


ANNONCES & PARTENARIATS

POS. REPORT, le nouveau podcast de Tip & Shaft, dĂ©crypte chaque mardi le VendĂ©e Globe pendant une heure avec les meilleurs experts. Le sixiĂšme Ă©pisode, avec Vincent Lauriot-PrĂ©vost, co-fondateur du cabinet d'architecture VPLP, et Marcus Hutchinson, team-manager de LinkedOut, est Ă  retrouver ici.

FRANÇOIS GABART est l'invitĂ© du 25e Ă©pisode d'INTO THE WIND, "le podcast des marins qui font des phrases", produit par Tip & Shaft. A retrouver sur tipandshaft.com.

LE CIO a validĂ© lundi le programme olympique des Jeux de Paris 2024 proposĂ© par World Sailing, mais pas dĂ©finitivement la course au large mixte : "Son introduction au programme est soumise Ă  des Ă©tudes complĂ©mentaires sur les coĂ»ts, la suretĂ© et la sĂ©curitĂ© des athlĂštes, dont les conclusions seront communiquĂ©es le 31 mai prochain", indique le ComitĂ© international olympique.

ACTUAL LEADER a officiellement conclu avec Macif l'achat du trimaran Ultim Ă  bord  duquel François Gabart a notamment battu le record du tour du monde en solitaire.

LA SAEM VENDÉE a prĂ©sentĂ© mardi les premiĂšres retombĂ©es du VendĂ©e Globe 2020, en forte croissance par rapport Ă  l'Ă©dition prĂ©cĂ©dente, avec, notamment, des retombĂ©es mĂ©dia pour le dĂ©part Ă©valuĂ©es Ă  13,9 millions d’euros.

LE GC32 RACING TOUR, qui n'a pu se tenir en 2020 Ă  cause du Covid-19, reviendra en 2021 avec cinq Ă©preuves, dont une nouvelle, la GC32 Occitanie Cup Ă  Port Camargue, qui inaugurera la saison du 21 au 25 avril.

LA TRANSAT JACQUES VABRE NORMANDIE LE HAVRE ouvrira ses portes plus tÎt que d'habitude en 2021, puisque le village sera inauguré le 14 octobre, dix jours avant le départ. Les Ultims seront de retour, tandis que la destination finale sera annoncée en janvier, entre une ville brésilienne et "un vrai outsider qui réunit tous les atouts nécessaires à ce nouvel élan".

STARS AND STRIPES, le dĂ©fi amĂ©ricain qui envisageait de s'engager dans la 36e Coupe de l'America, a officiellement signifiĂ© son retrait Ă  l'organisation.

LA GLOBE 40, course autour du monde par étapes dont la premiÚre édition devait s'élancer l'été prochain, a été reportée d'un an, en raison de la situation sanitaire. Le départ sera donné le 26 juin 2022 de Tanger. Une course virtuelle aura en revanche lieu en 2021 (départ le 27 juin).

LE MARTINIQUE CATA RAID, initialement programmĂ© du 24 au 31 janvier, se dĂ©roulera finalement du 14 au 20 mars 2021.

L'ASSOCIATION FRANÇAISE DE CLASSE 1 MÈTRE propose le prĂȘt d'un bateau pour la saison 2021, de prĂ©fĂ©rence Ă  un ancien rĂ©gatier souhaitant se mettre Ă  la voile radio-commandĂ©e (et non le contraire, comme indiquĂ© par erreur la semaine derniĂšre).

LA MINI-TRANSAT 2021 ouvre ses inscriptions mardi prochain.

LA TRANSAT EN DOUBLE CONCARNEAU SAINT-BARTHÉLEMY (ex Transat AG2R) dont le dĂ©part est prĂ©vu le 9 mai, a publiĂ© son avis de course (en français et en anglais) ; les inscriptions sont d'ores et dĂ©jĂ  ouvertes.

LA YOUTH FOILING WORLD CUP, compĂ©tition courue en Persico 69F qui a trouvĂ© un partenaire-titre, le Liberty Bitcoin Fund, a annoncĂ© de nouvelles dates, avec trois Ă©vĂ©nements : deux en Italie (du 19 fĂ©vrier au 12 mars et juillet/aoĂ»t) et un Ă  Hongkong en janvier 2022.

LA PORQUEROLLE'S RACE, qui n'a pu se courir en 2020, aura lieu en 2021 du 12 au 16 mai, les inscriptions sont ouvertes.

MAGIC MARINE, fabricant de vĂȘtements et accessoires nautiques, a Ă©tĂ© vendu par North Actionsports Group au groupe nĂ©erlandais Kogros Sport.

SLB PHARMA s'est engagĂ© pour deux ans aux cĂŽtĂ© du skipper Florian Gueguen et de l'Équipe Voile Parkinson en vue de la Route du Rhum 2022 en Class40, DLG PROFILS & COMPÉTENCES accompagnera Ă©galement le skipper jusqu'en 2023.

LAMOTTE et MODULE CRÉATION ont, quant Ă  eux, annoncĂ© la poursuite leur partenariat avec Luke Berry, toujours en Class40, pour la saison 2021.

DOYLE SAILS s'est engagĂ© pour trois ans en tant que fournisseur officiel des voiles du circuit SailGP ; la voilerie nĂ©o-zĂ©landaise sera Ă©galement partenaire de l'Ă©quipe kiwi.

LE TOUR DE BELLE-ILE 2021 a été confirmé le 8 mai.
 


LANCEMENTS

LA MINI GASCOGNA, organisée par Versace Sailing Management, fait son entrée au calendrier de la classe Mini pour 2021 (départ le 28 juillet) et 2023. Cette nouvelle épreuve en solo ou en double, parrainée par Lalou Roucayrol, se disputera en deux étapes, avec un aller-retour entre Le Verdon-sur-Mer et Getxo (Espagne).

JEAN-LUC DENÉCHAU, battu par Nicolas HĂ©nard en 2017, a annoncĂ© le lancement de sa nouvelle candidature Ă  l'Ă©lection Ă  la prĂ©sidence de la FĂ©dĂ©ration française de voile qui aura lieu le 27 mars 2021.

L'UNCL vient de lancer sa revue 2021, réalisée par Patrice Carpentier, qui retrace l'actualité des championnats UNCL 2020 et en présente les contours pour 2021.

L'ASSOCIATION ARRIVÉE FASTNET CHERBOURG vient d'ĂȘtre lancĂ©e pour organiser l'arrivĂ©e de la Fastnet Race Ă  Cherbourg-en-Cotentin lors des Ă©ditions 2021 et 2023. Elle regroupe les collectivitĂ©s partenaires : ville, communautĂ© d'agglomĂ©ration du Cotentin, dĂ©partement de la Manche et rĂ©gion Normandie.

CODEZERO, agence de marketing spĂ©cialiste de l'innovation dans le sport, lance son premier Codezero book annuel qui a pour objectif de dĂ©crypter le sport de demain, Ă  travers 6 thĂšmes et 36 analyses prospectives, dont plusieurs consacrĂ©es Ă  la voile de compĂ©tition. Les lecteurs de Tip & Shaft peuvent bĂ©nĂ©ficier d'une rĂ©duction de 20% sur le tarif normal de 50 € HT avec le code CODEZERO20.
 
VENTES & LOCATIONS

PATRICE ROYNETTE recherche un ber d'Imoca d'occasion.
 
En partenariat avec   Altaide Recrutement
François Gabart

LES 5 ARTICLES À LIRE CETTE SEMAINE
 


VOILES & VOILIERS/PHILIPPE JOUBIN
Michel Desjoyeaux : "Je suis effarĂ©, lorsqu'il y a 40 noeuds, tous parlent de tempĂȘte"
Le double vainqueur du VendĂ©e Globe dresse un premier bilan de l'Ă©dition 2020 aprĂšs un mois de course, rappelant qu'il y a moins de casse que d'habitude, la mettant notamment sur le compte d'une "extrĂȘme prudence" de certains.

20 MINUTES/WILLIAM PEREIRA
Vieux loup de mer, rigolard, compétiteur... Les milles visages du roi Jean Le Cam
Portrait d'un "navigateur Ă  dimension humaine", qui, selon son Ă©pouse Anne, a "le mĂ©rite de parler de la mĂȘme maniĂšre au prĂ©sident Macron qu’au jardinier".

LE TÉLÉGRAMME/ALINE MERRET
A terre, l'Ă©quipe gĂšre aussi la tempĂȘte
Comment l'Ă©quipe de Charlie Dalin a vĂ©cu les quelques heures dĂ©licates traversĂ©es en milieu de semaine par le skipper d'Apivia. "Quand la situation devient un peu compliquĂ©e, on s’organise pour ĂȘtre une partie de l’équipe ensemble. Si jamais il y a un incident grave sur le bateau, il faut qu’on soit capable d’agir rapidement", explique Antoine Carraz, responsable de projet.

COURSE AU LARGE
Nicolas HĂ©nard : "Il faut qu'on continue Ă  se battre pour convaincre !"
AprĂšs l'annonce par le CIO de repousser au 31 mai sa dĂ©cision sur l'introduction de la course au large au programme olympique des Jeux de Paris 2024, le prĂ©sident de la FFVoile appelle World Sailing et le comitĂ© d'organisation Ă  se mobiliser.

FIGARO NAUTISME/NATHALIE MOREAU
Rencontre avec Claire Renou, adjointe direction de course du Vendée Globe
Retour sur le parcours d'une des rares femmes à oeuvrer dans les directions de course des évÚnements nautiques, membre actuellement de l'équipe de Jacques Caraës sur le Vendée Globe.

Ce numéro de Tip & Shaft a été envoyé à 8 056 abonnés.

Numéro de commission paritaire : 0922 W 94338

Directeur de la publication : Pierre-Yves Lautrou
RĂ©dacteur en chef : Axel Capron
Edition internationale : Andi Robertson
Responsable développement digital : Grégoire du Penhoat
PublicitĂ© : Evolution Media - Jean-Christophe ChrĂ©tien & Camille BreneliĂšre

SE DÉSABONNER | PRÉFÉRENCES | ARCHIVES | CONTACT

Vous recevez cet email parce que vous vous ĂȘtes abonné·e Ă  Tip & Shaft.

Tip & Shaft est édité par la SAS Tip & Shaft au capital social de 5 000 euros
10, rue des Eglantiers 56260 Larmor-Plage - France
RCS Lorient n° 839 468 378 000 14

© 2015-2020 Tip & Shaft. Tous droits réservés.