Copy

#1 DANS LES COULISSES DU MARIN DE L'ANNEE

Neuf marins, dont trois duos, sont pressentis pour le titre de Marin de l’année 2015, attribué lundi prochain. Décryptage.
Qui sont les jurés ? 15 à 20 personnes, désignées par la FFVoile : élus fédéraux, responsables de clubs, journalistes, représentants de diverses institutions et... peu de coureurs. « Au début, il y avait beaucoup de spécialistes comme Marc Bouët ou Christian Le Pape
, nous confie un habitué. Aujourd’hui, on trouve plus d’institutionnels moins au parfum. » Cette année, la présidente est la chanteuse Nolwenn Leroy, pas vraiment la plus pointue en matière de voile. « Le président a aussi un rôle de représentation et de communication », justifie la FFV.
Qui choisit les nommés ? Une commission composée de cadres fédéraux. Antoine Albeau s’est ému que la Fédé ait attendu qu’il soit sacré champion du monde une 23e fois, estimant que son record du monde de vitesse (53,27 nœuds !) justifiait à lui seul sa sélection. « Nous attendions l'issue du Mondial, répond-on à la FFV, cela aurait pu être Pierre Mortefon (2e) s’il avait devancé Antoine. Idem pour Damien Seguin, champion du monde en 2.4, que nous n’avons rajouté que jeudi : nous sommes liés aux aléas du calendrier. » Reste que, pour le vote du public (deux voix), ouvert depuis le 23 novembre, Albeau et Seguin sont partis avec un paquet de jours de retard…
Comment se passe le vote ? A bulletin secret sur deux tours, précédé de débats souvent animés, autour d'un déjeuner, le jour de l'annonce. « Deux-trois grandes gueules tentent
toujours d’influencer les autres », raconte un convive. L'an dernier, le président, Bruno Troublé, a fait pencher la balance en faveur de Loïck Peyron. En 2010, Albeau avait été préféré à Cammas, un choix vivement désapprouvé par l'un des jurés, qui n'a pas été réinvité. Mais il faut bien reconnaître qu'à de rares exceptions près, le résultat est, la plupart du temps, assez cohérent.
[Drame chez Tip & Shaft : Tip vote Albeau ; Shaft vote Besson & Riou]

 
[SI VOUS AVEZ PASSE LA SEMAINE EN CONVOYAGE...]
Franck Cammas s'est sérieusement blessé pendant une séance d'entraînement en GC32 en baie de Quiberon ; préparation olympique terminée ; retour en 2016 après plusieurs mois de rééducation  
●  Le jeune Dunkerquois Aymeric Decroocq a remporté le challenge Espoir Bretagne - Crédit Mutuel et le Figaro qui va avec ; son dauphin Pierre Quiroga a remporté 6 jours plus tard la sélection Skipper CEM Espoir  ●  Spindrift et Idec cavalent dans le grand Sud, le premier devant le second, au coude à coude avec Banque Pop  ●  Damien Seguin décroche son quatrième titre mondial en 2.4 et la qualification pour les JO de Rio  ●  Sarah Steyaert et Aude Campan (29er) ont été elles aussi sélectionnées pour les JO, tout comme Jonathan Lobert, vice-champion du monde de Finn dimanche dernier.

#2 LA SOLITAIRE CHERCHE SPONSOR-TITRE

Alors qu'ils ont dévoilé comme chaque année son parcours à la veille de l'ouverture du Nautic, les organisateurs de la Solitaire du Figaro (OC Sport-Pen Duick) sont la recherche d'un partenaire-titre pour la prochaine édition. Eric Bompard Cachemire, sponsor principal de l'épreuve depuis 2011, n'a en effet pas souhaité renouveler son partenariat. Lorraine de Gournay, la fille d'Eric Bompard, qui a succédé à son père à la tête de l'entreprise familiale, n'a pas la même fibre nautique. Le ticket pour accoler son nom à la classique estivale est de 950 000 € HT par an.
On en sait plus, aussi, sur les tarifs pour accueillir la Solitaire : aux alentours de 200 000 € pour la ville de départ ; 120 000 € pour une étape ; 160 000 € pour une arrivée. Des sommes auxquelles il faut rajouter les prestations techniques des services municipaux et portuaires. Cette année, outre Brest et la presqu'île de Rhuys, des ports espagnols étaient candidats. Mais les sponsors, majoritairement français, préfèrent éviter de multiplier les escales à l'étranger. Le modèle actuel de parcours - 4 villes françaises, 1 ville étrangère - devrait donc perdurer, tout comme le choix du mois de juin plutôt qu'août. Plus que les sponsors, ce sont surtout les villes, confie-t-on chez OC Sport-Pen Duick, qui ne veulent plus d'une Solitaire en pleine saison estivale.

 
LA PHOTO DE LA SEMAINE PAR... JACQUES VAPILLON
Cette image de Luke Berry, prise pendant la première étape de la Mini-Transat, fait partie des 20 finalistes du concours Mirabaud Yacht Racing Image 2015.

#3 LA CLASSE MINI BALANCE ENTRE DZ ET LR

Comme tous les 4 ans, la Classe Mini - seule classe à être propriétaire d'un évènement - remet en jeu l'organisation de son épreuve phare, la Mini-Transat. Et comme il y a 4 ans, le match se joue entre les Douarnenistes de Bertrand Nardin et Gwen Chapalain, qui ont organisé les deux dernières éditions, et les Rochelais, qui souhaitent voir revenir chez eux la Mini qu'ils ont accueillie de 2001 à 2011. L'équipe rochelaise a changé, puisqu'elle est emmenée cette fois par un collectif porté par Jean Saucet et Antoine Grau, ancien président de la Classe Mini devenu maire de Lagord en 2014 et vice-président de l'agglomération de La Rochelle, et non plus par Grand Pavois Organisation. Le match est serré, les deux dossiers étant solides et sérieux, voire un peu trop... La Classe Mini ne rigole pas avec la procédure : les membres du conseil d'administration, réunis ce vendredi à Paris, votent à bulletin secret et nominatif. Le dépouillement se fera en privé samedi juste après la remise des prix de la Mini-Transat et du championnat de France au Nautic et il n'y aura pas d'annonce publique, histoire de ne pas froisser les Douarnenistes présents sur la Scène Nautic s'ils venaient à perdre l'appel d'offre...
 

#4 LES ACWS EN APPROCHE DE TOULON

Le circuit des America's Cup World Series (ACWS) va donc faire escale en France. Après Chicago en juin 2016 et Portsmouth en juillet 2016, les AC45 devraient venir voler à Toulon, face aux plages du Mourillon, le week-end des 17 et 18 septembre 2016, une semaine avant les Voiles de Saint-Tropez. Rien n'est encore signé avec l'America's Cup Event Authority, mais les négociations, très avancées, sont dans la dernière ligne droite. Le financement du budget - environ 2 millions d'euros, dont quelques 700 000 euros de frais de production audiovisuelle - n'est pas loin d'être bouclé. La préfecture du Var a été préférée à Marseille et Deauville/Le Havre. Lorient, partenaire officiel du défi français en tant que "port d'attache", ne s'est pas positionné, le plan d'eau n'étant pas idéal pour des régates de bateaux volants. Une structure ad hoc sera créée pour organiser l'évènement, en dehors de Groupama Team France. Si vous voulez en savoir plus sur le fonctionnement du défi français, Vincent Borde (directeur de la communication) et Louis-Noël Viviès (directeur commercial) en ont dévoilé une bonne partie lors de la conférence Eurolarge du 13 octobre.
 
#5 TIP & SHAFT A REPERE DERNIEREMENT :
  • "Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends", le récit de l'incroyable odyssée brésilienne d'Eric Bellion, en escale risquée à Récife avec son Imoca Comme un seul homme.
  • "Anne, sa soeur anne", le très beau post d'Olivier Chapuis dans son excellent blog Route Fond, chez Voilesetvoiliers.com, en hommage à Anne Caseneuve, disparue le 19 novembre à 51 ans.
  • "Ça foil en Bretagne !", quand Bretagne Développement International, l'agence de développement économique régionale, produit un superbe film institutionnel sur les foils !
  • "Gens de mer, image d’Epinal et finance internationale" : chez Tip & Shaft, on est fans de Code Zero, le think tank de Thierry Seray qui décortique les nouvelles tendances du sport, avec un penchant particulier pour la glisse et la mer.
  • "On vit sur une autre planète aujourd'hui", encore une passionnante interview de Vincent Riou, par Frédéric Pelatan dans le Journal du Nautisme, lu avec retard désolé ;-)
[MESSAGE(S) DE SERVICE]
Tip & Shaft est évidemment au Nautic, dès ce vendredi ; on est (toujours) dispo pour un café, faites-nous signe : axel@tipandshaft.com et pyl@tipandshaft.com  
●  Tip & Shaft sera aussi présent au Yacht Racing Forum de Genève, les 7 et 8 décembre (on vous l'a déjà dit, mais on répète)  ●  Plusieurs mercis pour ce numéro : Jean-Baptiste Epron + David Vanek + Jean-Marie Liot - eux aussi savent pourquoi...  ●  Sinon, oui, on est au courant, maintenant, que "tip" et "shaft" sont des expressions un peu salaces en argot anglais, et on kiffe d'être passé dans Sailing Anarchy. Mais la prochaine fois ce sera à cause d'un scoop !  ●  Nous avons envoyé cette newsletter à 1584 personnes ; on n'en revient pas nous-mêmes...
Des questions, des remarques, des protestations, des envies, des infos ? Contactez-nous !
Forward
Tweet
Share
Share
+1
© 2015 Tip & Shaft Tous droits réservés