Copy
Bulletin n°23- février 2020
Ouvrir dans votre navigateur

Chers amis et bienfaiteurs, 

Cette période hivernale, marquée par les intempéries, le froid, les grèves de train, les virus et les compositions... s’est tout de même bien passée !
 Aucun incident grave n’est à déplorer et le moral des troupes reste au beau fixe. 

Notre équipe, abbés, professeurs et éducateurs poursuit avec patience et persévérance son oeuvre de transmission et d’éducation.

Les vacances qui arrivent permettront aux corps éprouvés par l’hiver d’arriver requinqués pour la quatrième période scolaire et le carême.

Nous vous souhaitons d’ici là une bonne entrée en carême. 

Grâce à vos dons, nous avons pu débuter une première tranche de travaux : le changement des fenêtres du deuxième étage.

Deux gros chantiers restent à réaliser : la réhabilitation des salles de classes du collège du réfectoire.

Nous avons besoin de vous.
Faites un don et relayez notre appel.
Votre générosité profite concrètement à nos enfants. 
Je fais un don

Lundi 6 janvier 2020, nous fêtions l'Épiphanie à l'école. Deux anciens élèves, actuellement séminaristes, étaient présents dans le chœur.

L’abbé Sevillia a rappelé aux élèves que, contrairement à Hérode qui voit dans la venue du Christ une menace pour son autorité temporelle, les rois mages rendent témoignage à la divinité de l'enfant Jésus et viennent se placer avec déférence sous son autorité divine.

Encensement de la crèche.

Chaque promotion de terminale symbolise la fécondité et l’aboutissement d'un travail pédagogique et académique.

Reprenant les traditions des écoles militaires, nos élèves de terminale organisent chaque année une belle cérémonie de présentation de leur promotion, au cours de laquelle ils entonnent un chant composé pour l’occasion devant l’écu du patron de promo, cette année "Le Dogue noir de Brocéliande" : Bertrand du Guesclin. 

Mardi 21 janvier 2020 nous célébrions à l'école une messe de requiem pour Louis XVI.

Il ne s'agit pas d'une complainte de nostalgiques mais d'un temps de recueillement dans lequel notre école doit puiser les grâces qui permettent d'aimer, de vivre et de mourir pour un idéal supérieur.

La semaine des compositions vient de s'achever. De la 6ème à la terminale nos garçons ont composé sur chacune des matières enseignées. C'est l'occasion de revenir sur l'ensemble des connaissances acquises depuis la rentrée mais aussi de se préparer aux futurs examens.

Le soleil est de retour (par intermittence ici en Normandie), le mois de janvier a été plutôt  froid et sec malgré quelques exceptions. Les jeux d'extérieur reprennent petit à petit. Tous les jours ces deux classes ont une heure de sport avant l'étude dirigée.

L'abbé Stemler arbitre une partie d'ultimate entre les élèves de 6ème et 5ème.

Les meilleurs vendeurs de chocolat de chaque classe ont été récompensés par une visite du Centre national du rugby à Marcousis. 

Ce vendredi c'était au tour de l'équipe de France féminine de rugby de s'entraîner... désolé les gars !

Crèches vivantes, scènettes sur l’épiphanie, chants de Noël, tous les élèves de la moyenne section au CM2 ont participé à ce magnifique événement .

Retour en images sur le spectacle de Noël du primaire :

M. Peltier, professeur de mathématiques est venu présenter aux élèves un robot. 

Des bruits de couloirs nous rapportent qu'un programme de recherche devrait bientôt permettre la mise en place d'une fonctionnalité "surveillance d'étude" grâce à l'intelligence artificielle. 

Seuls les plus vaillants fleuriront...

M. Lanos et son jeune stagiaire ont planté des hortensias dans le cloître. Malgré un climat propice, le principe de sélection naturelle veut que seules les variétés extrêmement résistantes survivent dans un environnement d'élèves. 

Le bureau de l'Abbé Leclair parviendra-t-il à battre les records de visites de celui de l'Abbé Stemler ? 
Gare à ceux qui viendront demander un deuxième goûter, on ne triche pas avec Mme Henri !

Parlez-en autour de vous :

les journées portes-ouvertes de l’ICV auront lieu les samedi 7 mars; 4 avril; 9 mai; 13 juin.

 

Nous voulions vous partager un article intéressant.

(Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite)
Intrusions permanentes, médisances sur l’école, mises en cause de certains enfants… Ce qui se raconte sur ces groupes dérape parfois.

Sont-ils pires que leurs enfants? Depuis trois ou quatre ans, les parents d’élèves prennent l’habitude de communiquer entre eux en créant des groupes WhatsApp, surtout à l’école primaire. Une messagerie instantanée bien pratique pour compenser les fréquents oublis des chérubins concernant les leçons et autres poèmes à apprendre. Une question sur le cahier de texte illisible, sur la réalité d’un contrôle de maths le lendemain? Il suffit de poster un message et les parents - surtout des mères - répondent dans la minute.
Pendant les grèves de décembre et janvier, faute d’informations rapides sur les fermetures d’école, de cantine, l’absence d’un enseignant, les messages crépitaient. L’instantanéité de l’application réjouit aussi les parents qui peuvent désormais profiter des photos prises en direct de la sortie piscine ou musée.

Il y a pourtant des inconvénients certains: la volubilité et la frénésie des messages qui peuvent arriver tard le soir et durant le week-end. «Je reçois souvent une bonne dizaine de messages par jour sur mon téléphone. C’est très envahissant, explique Béatrice, dont la fille de 9 ans est inscrite dans une école privée du centre de Paris.
Lire la suite
Nous avons besoin de vous.
Faites un don et relayez notre appel.
Je fais un don
Partager
Tweeter
Transférer ce mail à un ami
Votre générosité profite concrètement à nos enfants. 
Copyright © 2020 communication@croixdesvents.com, Tous droits réservés.

Nous ajouter dans vos contacts

Changer le mode de réception de ce mail ?
Vous pouvez 
changer vos préférences ou vous désinscrire.

Email Marketing Powered by Mailchimp